Un seul coup d’œil aux confrontations antérieures suffit pour constater qu’un AJ Auxerre-LOSC apparaît souvent comme un match piégeux. C’est un fait, le stade de l’Abbé Deschamps ne figure pas parmi les destinations préférées des hommes de Rudi Garcia. Mais à l’heure de se rendre en terre bourguignonne avec l’étiquette de leader de la Ligue 1, les Dogues sont bien décidés à rompre avec leur passé récent. Sur le pré ensoleillé de l’enceinte icaunaise, le technicien lillois revient à son traditionnel 4-3-3 abandonné contre Nantes en Coupe de France (1-1, 3 tab à 2). Face au trident offensif Hazard-Sow-Gervinho, les locaux dévoilent immédiatement leurs intentions de positionner leur bloc très bas sur le terrain. Qu’à cela ne tienne, les Dogues mettent le pied sur le cuir et accélèrent. Le une-deux Sow-Gervinho est contré in-extremis par la défense ajaiste (1è) avant que la frappe lointaine du même Sow frise le montant droit de Sorin (5è).

Un Sow renversant !

Totalement survolté, le meilleur buteur de Ligue 1 nous gratifie même de l’un de ses gestes acrobatiques préférés. À l’affut d’un mauvais renvoi de Coulibaly, le numéro 8 lillois s’envole et catapulte le ballon au fond des filets d’une bicyclette pleine d'adresse (0-1, 10è). Quel but (son 16è de la saison) ! Les hommes de Jean Fernandez sont désormais contraints de sortir de leurs retranchements. Sur leur première offensive, Le Tallec décoche un coup de tête imparable…sauf pour Landreau qui préserve sa cage inviolée d’une détente verticale (12è). La partie est plaisante, on va d’un but à l’autre. Tandis qu’Hazard titille la lucarne icaunaise d’une lourde frappe excentrée du gauche (20è), Cabaye est obligé de sauver son camp en catastrophe à la suite d’un coup-franc auxerrois prolongé au second poteau (25è). À l’image du soleil couchant, la rencontre tombe en intensité à l’aube de la pause. Bourguignons et Nordistes se disputent la bataille dans l’entrejeu jusqu’à ce que M.Thual siffle la fin de ce premier acte.
 

L’AJA sort de sa réserve

Au retour des vestiaires, la donne est sensiblement la même. Les Dogues continuent d’afficher un visage offensif face à des Auxerrois remontés d’un cran dans leur positionnement sur le terrain. Le tout donne une partie engagée. Sur corner, le coup de tête de Jelen prenait la direction du cadre si Rami ne s’était pas interposé au premier poteau (56è). D’un but à l’autre, c’est maintenant Gervinho, lancé par Cabaye, qui bute sur Sorin (57è). Béria n’a, quant à lui, pas plus de chance. Servi par Hazard, il voit son tir manquer le cadre (65è). Les 120 minutes disputées en milieu de semaine contre Nantes commencent à peser lourd dans les jambes lilloises. Désireux d’injecter du sang neuf dans cette fin de partie, Rudi Garcia remplace Hazard par Frau (77è), puis Cabaye par Dumont (81è). À peine entré, le numéro 17 lillois prend sa chance suite à un long centre de Debuchy. Sa reprise de volée en première intention s’écrase dans le petit filet (82è).

Dudka glace les espoirs lillois

La fin de partie est à l’avantage des hommes de Jean Fernandez. Sur un coup franc joué côté gauche, le bloc lillois monte comme un seul homme histoire de placer l’attaque ajaiste en position de hors-jeu. M.Thual et ses assesseurs en décident autrement et laissent le jeu se poursuivre. Seul au second poteau, Dudka n’a plus qu’à ajuster Landreau (1-1, 86è). Que c’est dur pour des Dogues globalement dominateurs sur l’ensemble de la rencontre. L’entrée de De Melo en lieu et place de Sow (88è) n’y changera rien, Lillois et Auxerrois se quittent sur ce score nu (1-1). Au classement, le LOSC reste leader avec 5 points d'avance sur son dauphin parisien.