Aurélien Chedjou (défenseur du LOSC) : 

« On est champion mon gars ! Nous sommes bien évidemment tous très heureux ce soir. C’est difficile de trouver les mots. Après la coupe de France, le championnat, c’est vraiment une année historique pour le club. On va pouvoir profiter à fond de ce moment merveilleux. Dans vingt ou trente ans, nos enfants parleront de ce titre. Cela vient récompenser le travail de toute une saison. Il est beau ce doublé et je pense que l’on a marque de notre empreinte l’histoire du LOSC. On va finir par croire que Paris nous réussit bien (rires). On va maintenant le fêter dignement. »

Ludovic Obraniak (milieu de terrain du LOSC) :

« J’éprouve beaucoup de bonheur car cela n’a pas toujours été facile pour moi cette saison. Je m’étais dit que cette année, je me concentrerai uniquement sur mon football pour le bien de l’équipe. Au final, quand tu penses collectif et que tu ne baisses pas les bras, tu es récompensé à la fin. Il y avait de l’émotion, car nous avons vécu des moments rares. On rentre dans un cercle fermé car peu de joueurs ont eu la chance de réaliser un doublé dans leur carrière. Pour la plupart d’entre nous, la coupe de France constituait notre premier titre, alors tu imagines deux en une semaine… En plus, je risque d’être papa dans les jours qui arrivent. C’est un sacré mois de mai que je vis. »

Florent Balmont (milieu de terrain du LOSC) :

« Oui, sur le match, je suis frustré de ne pas avoir pu jouer. Mais au final, ce n’est que bonheur. Je n’aurais pas cru en signant à Lille il y a trois ans que j’allais faire le doublé. Ce sont des moments historiques et on aura des souvenirs plein la tête. C’est beau, l’ambiance était énorme au coup de sifflet final. Il faut apprécier ces instants de joie car j’ai l’impression que l’on ne se rend pas encore bien compte de ce qui se passe. On réalise mais dans une semaine ou deux, je pense que ce sera encore plus exceptionnel lorsque l’adrénaline sera complètement retombée. Demain, avec le défilé prévu, cela va être encore énorme de communier avec nos supporters. »

« Après la coupe de France, le championnat, c’est vraiment une année historique pour le club. » 

Aurélien Chedjou

 

Mathieu Debuchy (défenseur du LOSC) :

« C’est magnifique ce que nous avons réussi à faire cette saison. On a la chance d’avoir un groupe vraiment énorme. Pour le club, les joueurs, les supporters, c’est extraordinaire de remporter le championnat, une semaine après la victoire en Coupe de France. C’est vraiment trop bon car un championnat, c’est long et nous sommes restés solides du début à la fin. Ce soir, il y avait de la fatigue mais on a eu les ressources mentales pour aller chercher ce point face à une bonne équipe de Paris. Une nouvelle fois, on a montré qu’on était costaud. Ce n’était pas évident, ce qui rend le titre encore plus beau. On va pouvoir le savourer car ça fait trop longtemps qu’on l’attend. »

Rio Mavuba (capitaine du LOSC) :

« Magnifique, énorme. Remporter ce titre nous offre un doublé exceptionnel, il n’y en a eu que quinze ou seize dans l’histoire du football français. En plus, à Paris, on était les petits rois du Parc. Paris nous réussit plutôt bien en l’espace d’une semaine. C’est extraordinaire car le club attend ça depuis plus de cinquante ans et là, on ramène deux trophées d’un coup. Pour le public, les joueurs, le staff, les dirigeants qui sont derrière nous, c’est énorme. On a hâte de soulever notre Graal devant nos supporters dimanche prochain. C’est la plus belle saison de ma carrière et surtout, je suis très fier d’être capitaine de cette équipe. Je remercie mes partenaires car on a fait une saison extraordinaire. Je sais qu’il y a déjà le feu à Lille, on va pouvoir profiter de ces moments demain avec nos supporters. »

 

Yohan Cabaye (milieu de terrain du LOSC) :

« On a vécu une semaine fabuleuse. Ce soir, ce n’était pas facile car si on marque assez rapidement, on se fait rejoindre juste avant la pause sur un but litigieux. Ensuite, sur un fait de match en début de seconde période, les Parisiens se sont retrouvés à dix. On marque ce second but et on a alors trop vite voulu gérer ce résultat. On se fait rejoindre mais on a tenu jusqu’à la fin. Au coup de sifflet final, c’est la libération, un moment magnifique. C’était notre cinquième match en quinze jours, idem pour Paris, cela s’est joué au mental. On a été cherché cet objectif ultime tous ensemble. On va pouvoir fêter ça avec nos supporters et recevoir le trophée devant eux, ça sera un moment magique. En tant que nordiste, j’éprouve de l’émotion et il n’y a rien de plus beau. »