Rudi Garcia (Entraîneur du LOSC)

Objectif victoire. « Je n’ai aucun doute quant à l’état d’esprit de mes joueurs : on aborde le match aller contre le PSV avec la ferme intention de gagner. Bien entendu, je vais tenir compte du match qui a été réalisé contre Toulouse (2-0) et de celui qui aura lieu dimanche à Montpellier. De fait, il y a des paramètres à gérer : les blessures des uns et le maintient en compétition des autres. Ça passe par donner du temps de jeu à l’ensemble de l’effectif. En tout cas, on va essayer de défendre au mieux les couleurs de notre pays. »

Une écurie de choix. « Le PSV survole son championnat, marque beaucoup de buts. C’est le genre d’équipe qu’on souhaite affronter en Coupe d’Europe. Par le passé, on se souvient de leurs confrontations avec Lyon, mais aussi celles face à Bastia ou Saint-Etienne plus anciennement. On sait les Néerlandais performants sur le plan offensif. Il faudrait un plan sur chaque joueur qui compose l’attaque ! Mais ils connaissent la même situation que nous : ils occupent la position de leader et auront des impératifs en Eredivisie ce week-end. »

Rami absent, Béria incertain. « Quand on dispute sept matchs en vingt-et-un jours, on est forcé de réfléchir à ce que tout le monde soit à 100% le jour du match. L’équipe qui sera alignée demain sera celle qui pourra obtenir le meilleur résultat possible. Dès qu’on a quelques pépins comme avec Adil Rami - très incertain pour dimanche due à une entorse importante mais suffisante pour qu’il manque quelques matchs avec nous - ou Franck Béria, on sait qu’on est quantitativement en difficulté. »

Un élément naturel pris en compte. « Le terrain, on en a beaucoup parlé. C’est le même pour les deux équipes. Pour le moment, ça nous a plutôt réussis. Changer la pelouse semble difficile dans la mesure où on joue tous les trois jours. Mais si les conditions météo sont bonnes à partir de vendredi, elle sera peut-être remplacée. Nous sommes néanmoins au mois de février et tributaires du temps qu’il fera. »

Rio Mavuba (Capitaine du LOSC)

Hollandais surpris. « Il n’y a pas de secret pour occuper la première place de la L1. Les Pays-Bas connaissent peut être davantage Lyon par ses résultats précédents, mais cela fait deux ans que la donne a changé : Bordeaux puis Marseille ont été champions. Désormais nous sommes devants. En arriver là demande de l’humilité et du travail, tout simplement. Mais avant de penser à assumer ce statut de leader, on veut avant tout gagner pour nous qualifier. »

Ludovic Obraniak (Milieu de terrain du LOSC)

Déterminés à performer. « Effectivement, les probabilités donnent plus de chance d’aller loin en coupe de France puisqu’il ne reste que trois matchs à effectuer. C’est vrai qu’en coupe d’Europe, le parcours reste encore long. Mais c’est toujours passionnant et plaisant à jouer. On va essayer de créer un écart suffisant chez nous pour nous déplacer à Eindhoven avec une certaine confiance. »

Saisir sa chance. « Bien sûr, l’Europa League est une belle vitrine. On sait que du monde regarde, ça permet d’obtenir du temps de jeu. Ce sont les types de matchs importants pour garder la confiance. J’ai l’occasion de travailler aux côtés d’un très bon préparateur physique qui nous concocte des séances aménagées. La sélection nationale permet aussi de se maintenir dans le rythme. Après, tout est question de mental. Ça demande deux fois plus d’efforts. »
 

Fred Rutten (Entraîneur du PSV Eindhoven)

Respect de l’hôte. « D’après les derniers matchs, on voit que Lille est très efficace et enchaine les bons résultats. Mais de notre côté, avec Lens, Berg et Dzsudzsac, on a aussi des arguments. En tant que coach d’une grande équipe, on regarde au-delà des frontières. Et on voit que le LOSC évolue de manière positive depuis de nombreuses années. Le style de jeu pratiqué me plaît beaucoup. La qualité des joueurs lillois est indéniable. »

Sur tous les tableaux. « En ce qui me concerne, il n’y aura pas de grands changements dans mon effectif, voire pas du tout. Je ne fais pas aucune différence entre les compétitions à disputer car on souhaite être le plus performant partout. Demain, on va s’atteler à marquer. On connait l’importance de trouver la faille à l’extérieur en coupe d’Europe. »

Un seul être vous manque... « Très franchement, je n’aime pas parler des joueurs partis. Mais en perdant Ibrahim Afellay, ça a une petite incidence sur l’équipe. Malgré tout, je suis fier d’avoir pu vendre un joueur au meilleur club du monde, le FC Barcelone. »

Wilfred Bouma (Défenseur du PSV Eindhoven)

Des Néerlandais prévenus. « Lille est une très forte équipe. Si elle possède cinq points d’avance en Ligue 1, ça n’est pas le fruit du hasard. On s’attend donc à disputer une rencontre difficile face à un adversaire très fort. Pour contrecarrer les plans lillois, nous tenterons d’être le mieux organisé possible. Les conditions de jeu ne nous effraient pas : ces dernières semaines, on a joué sur des pelouses détériorées et c’est logique vu le temps qu’il a fait cet hiver. Comptez sur nous pour ne pas trop y prêter attention. »