Quand des conditions de déplacement en rappellent un qui s’est récemment bien déroulé, on se dit que c’est peut être de bon augure. Le LOSC a eu de quoi se remémorer son voyage à Caen il y a deux semaines, en atterrissant vendredi soir dans la tempête bordelaise, pour un match également programmé le samedi à 21 heures … On connait la suite, avec une victoire 5-2 sur les Normands. Sauf que là, la tâche s’annonce toute autre pour les Dogues face à une équipe girondine en pleine confiance. Même si les Lillois n’en manquent pas avec leur bonne position au classement et leur belle série en cours (trois victoires consécutives), on s’attend à vivre un match terriblement palpitant. Pour cela, Rudi Garcia a innové, plaçant par exemple Debuchy dans l’entrejeu. Côté bordelais, Jean Tigana peut à nouveau compter sur Diarra, suspendu depuis six matchs. Place à cette cuvée 2010-2011 de Bordeaux-LOSC !

Le LOSC mène aux points

Une indication au démarrage, le LOSC n’est plus leader après la victoire de Marseille sur Montpellier (4-0). C’est donc en seconds que, tout de blanc vêtus, les Lillois attaquent le match… par le bon bout ! Cabaye est au corner, Rami à la tête et Carrasso à la parade sur sa ligne (8’). Hormis cette énorme occasion, les deux équipes se neutralisent pendant vingt bonnes minutes, quadrillant parfaitement le terrain. Néanmoins, les Nordistes se montrent à nouveau les plus dangereux : coup franc lointain de Cabaye, Béria reprend dans le petit filet droit (25’). Près de la demi-heure de jeu, Chedjou lance Debuchy en profondeur sur la gauche, ce dernier dribble Carrasso mais s’excentre : son lob échoue à côté des cages (29’). S’en suit la p

remière incartade girondine, qui se conclut - après une insertion de Modeste par la droite - par un tir plein axe de Jussiê contré par la défense lilloise (30’). Les espaces s’ouvrent peu à peu...


Sow, encore et toujours à l’affût !

Si bien que Béria est tout proche d’ouvrir la marque ! Il devance la sortie du portier de la tête sur une longue ouverture, mais manque cruellement de réussite en voyant le cuir rebondir sur le poteau et ressortir (34’). Ce n’est que partie remise : sur le corner qui en découle, Rami talonne génialement dans la surface. Il trouve l’opportuniste Sow qui terrasse Carrasso ! (0-1, 35’) Le Sénégalais inscrit son dixième but de la saison en L1, le sixième à l’extérieur. Et c’est tout à fait mérité, le LOSC dominant largement au nombre d’occasions procurées. Juste avant la pause, les Dogues dressent la muraille de Lille pour contrecarrer la réaction d’orgueil girondine, en repoussant un shoot de Gouffran dans la surface (43’). M. Picirrillo renvoie tout le monde souffler un quart d’heure.


Rami remet involontairement les compteurs à zéro

Dès la reprise de la deuxième période, la formation au scapulaire perd son capitaine, Diarra, sur un pépin visiblement musculaire (47’). Un mal pour un bien ? Peut être, car derrière, le LOSC craque : coup franc tendu de Plasil dans la boîte, Rami dévie dans son but de la tête (1-1, 50’). Le public frigorifié de Chaban-Delmas se réveille, les Bordelais appuient sur l’accélérateur. Et Maazou teste les gants de Landreau qui se détend à merveille

sur une frappe puissante (58’). Les Bordelais ont changé clairement de ton et le LOSC en souffre. Jussiê le prouve encore en s’ouvrant le chemin du but, même si son tir s’envole (69’). Les Dogues contrent pour autant à cent à l’heure : Sow envoie Hazard sur orbite, mais le Belge ne parvient pas à faire la décision (70’). Ça va d’un but à l’autre…


Personne ne prend finalement l’avantage

Il reste un quart d’heure, soit l’équivalent du money-time et tout peut encore basculer. À l’image de la première mi-temps, les formations se tiennent en respect. L’équilibre semble plus net, même si Wendel croit doubler la mise sur un centre-tir qui rentre (81’). M. Piccirillo avait auparavant signalé hors-jeu de Jussiê. Les minutes s’égrainent et toujours pas de vainqueur en vue, alors qu’il ne reste que trois minutes de temps additionnel. Un dernier coup franc d’Obraniak donne la possibilité à De Melo de tuer le match. Mais le Brésilien voit sa tête passer au-dessus (90+2’). On en reste là…

Un point, c’est très bien ! Voilà ce que le LOSC doit se dire en sortant de ce match difficile en Aquitaine (1-1). Les hommes de Rudi Garcia vont maintenant prendre la direction de Lisbonne en UEFA Europa League (mercredi, 21h05), avant de recevoir Lorient en Ligue 1 (samedi 19 heures).