Plus rien à perdre ? Voilà sans doute comment les Dogues abordent cette phase retour des matchs de poules de la Champions League, en occupant la dernière place synonyme d’élimination totale si les choses en restent là. C’est donc dans un contexte où les chevaux doivent être lâchés qu’ils se rendent à Milan, pour le match tant attendu par tous depuis le tirage au sort. Face à l’Inter, il n’y a pas de place au calcul sous peine de subir la loi d’une formation extrêmement expérimentée, certes en souffrance dans le Calcio, mais qui ambitionne de décrocher une qualification confortable pour les phases finales. Les deux 4-4-2 (Sow et Jelen évoluent pointe) qui s’affrontent procèdent au coup d’envoi par l’intermédiaire de l’illustre M. Stark, le réputé arbitre allemand. Place au jeu, au spectacle et à un résultat positif pour les Lillois ?

Samuel débloque le compteur logiquement

En tout cas, l’entame donne implacablement raison aux Intéristes et les Nordistes peuvent dire merci à la baraka de Landreau, qui suit celle de Valenciennes : Milito, lancé par Chivu dans le dos de Rozehnal, voit son lob repoussé par la transversale (2’). Après ce démarrage assez compliqué, les Dogues se mettent en route : Jelen puis Pedretti s’essaient devant les cages, sans concrétiser (9’). Puis c’est la pression lilloise : coup franc d’Hazard, corners de Pedretti, centre de Cole au cordeau, ça ne passe pas (14’, 15’, 16’). Dans la continuité, les Milanais se montrent menaçants par Zarate qui oblige Landreau à l’arrêt (18’). Le corner de Sneijder qui en découle permet à Samuel d’ouvrir le score de la tête (1-0, 19’). La demi-heure de jeu écoulée, Sow tente un tir lointain, sans succès (35’). Tactiquement, les Italiens quadrillent parfaitement et sortent en proposant des contre-attaques fulgurantes. L’équation semble difficile à résoudre pour les Lillois. Sur le plan de la possession du ballon, de la domination territoriale, les Dogues y sont pourtant. Seulement, ils leur manquent le réalisme, le côté incisif offensif des Italiens, comme le démontrent ces nouvelles incartades de Zarate ou Milito stoppées de justesse par un Landreau vigilant (40’, 42’). Tous les espoirs restent malgré tout permis en seconde période.

Milito cherchait le but… il l’a trouvé, De Melo aussi !

Mais l’entame de celle-ci ressemble étrangement à la première : Milito, seul face aux cages, rate l’immanquable en enlevant trop sa reprise (47’). Puis, ça s’anime : Hazard lui répond en décochant une frappe sèche qui longe le poteau gauche (49’). Milito, qui s’enfuit seul au but, remet ça quelques instants plus tard. Landreau se couche bien (53’). Rozehnal y va de son shoot à son tour, au-dessus (54’), tout comme Sow de la tête sur corner (57’). L’heure de jeu passée, les Intéristes remettent le train en marche, notamment par un Zanetti exceptionnel. Il transperce la défense lilloise à droite et sert Milito dans un fauteuil. L’attaquant nerrazzuri n’a plus qu’à conclure (2-0, 65’). Cette fois, ça se complique sérieusement pour le LOSC… Côté occasion, on note celles d’Hazard (72’), Obraniak (73’) et Alavares (75’), sans conséquences. Mais alors qu’on pense que tous les espoirs sont anéantis, à dix minutes du terme, De Melo profite d’un cafouillage pour battre Castellazzi d’une pichenette inspirée (2-1, 83’). Et si les Dogues arrachaient un nul inespéré ? C’est bien entendu là que l’expérience des Intéristes ressort : changements, fautes utiles, etc. Toute la panoplie pour conserver un résultat, que l’Inter Milan obtient finalement… Toujours dernier avec deux points, le LOSC n’a pas dit son dernier mot dans cette Champions League. Deux victoires lors des deux derniers rendez-vous le qualifierait pour les phases finales : prochaine étape à Moscou, face au CSKA, le 22 novembre (18 heures).

Feuille de match : quatrième match la poule B en UEFA Champions League
(mercredi 2 novembre, 20h45)

Inter Milan-LOSC 2-1 (1-0)
Giuseppe Meazza, temps brumeux et frais

Arbitre : Wolfgang Stark (GER)

Buts : Samuel (19’), Zanetti (65’) pour l’Inter Milan ; De Melo (83’) pour le LOSC
Avertissements : Samuel (89’) pour l’Inter Milan ; Béria (86’) pour le LOSC

Inter Milan
Castellazzi - Zanetti, Lucio, Samuel, Chivu - Stankovic, Thiago Motta, Cambiasso – Sneijder (Alvarez, 67’) - Milito (Obi, 90’), Zarate (Pazzini, 79’)
Entraîneur : Claudio Ranieri

LOSC
Landreau - Debuchy, Rozehnal, Chedjou, Béria - Cole (Payet, 71’), Pedretti, Mavuba, Hazard - Jelen (De Melo, 46’), Sow (Obraniak, 60’)
Entraîneur : Rudi Garcia