Linselles, c’est traditionnel.

L’incontournable rendez-vous du 14 juillet pour le LOSC se déroule chaque année au stade Paul Delmotte de Linselles. Cette 38e édition accueille les Dogues, opposés à une formation de Cherbourg qui évolue en CFA. Quelques minutes avant le coup d’envoi, les Lillois tâtent le terrain en toute décontraction. Ça discute, ça sourit et le soleil en profite pour faire son apparition, lors de cette journée plutôt orageuse.

La baie des champs.

Dès la sortie des vestiaires, les Lillois se mettent au travail durant l’échauffement. Le charme de ces matchs amicaux réside dans le fait que les joueurs soient près du public qui les soutient tout au long de l’année. Les décors changent aussi, comparés aux grosses enceintes rencontrées pendant les matchs de Ligue 1.

Sow en hauteur !

D’entrée de jeu, le LOSC impose sa patte sur la partie. Pris à la gorge, les Cherbourgeois concèdent de nombreuses occasions et ne mettent pas longtemps avant de craquer : Sow décolle dans les airs et donne à Dumont, l’occasion d’ouvrir la marque (4’). Derrière, ce même Sow est impliqué sur le deuxième but marqué par les Lillois (15’). Le break est fait…

Du bon Dumont.

Surpris par une réduction du score normande après la demi-heure de jeu (37’), le LOSC repart à l’assaut des cages gardées par Lugier. Et ça paie ! Juste avant la pause, on retrouve Dumont (44’) et Sow (45+1’) pour la finition. Les hommes de Rudi Garcia prennent une avance confortable avant de souffler un quart d’heure.

La bataille de Normandie.

La seconde période, moins prolifique offensivement, permet à l’entraîneur losciste de procéder à une revue d’effectif. La densité du combat au milieu de terrain pousse les jeunes entrés en cours de jeu à se confronter à des duels, à essayer de trouver des solutions. La répétition se termine sur le score acquis à la mi-temps : 4-1.

Après ce succès logique, les Dogues mettent le cap sur la Belgique samedi, afin de rencontrer l’équipe de Courtrai (coup d’envoi 19 heures).