Comme chaque année en ce week-end du 15 août, Bison Futé voit rouge dans les deux sens. Ça tombe bien, c’est vêtus de cette couleur que les Dogues s’apprêtent à défier le leader parisien au Stadium. Pour leurs retrouvailles avec leur public, les Lillois n’ont qu’une idée en tête, se lancer à toute allure sur l’autoroute de la victoire en Ligue 1. Côté terrain, tandis que Cabaye et Chedjou effectuent leur retour de suspension, Rudi Garcia titularise un trio offensif composé de Gervinho, De Melo et Hazard. Place aux acteurs de cette affiche de la 2è journée ! D’entrée de jeu, les Dogues exercent un important pressing sur leurs hôtes. Ultra-dominateurs dans le premier quart d’heure, ils ne parviennent cependant pas à matérialiser leur ascendant sur les débats. Au point de penalty, De Melo est pourtant tout près de trouver le cadre sur un centre signé Hazard, mais sa reprise frise la barre de Coupet (19è).

Sur ses gardes, Landreau ne tremble pas

À la demi-heure de jeu, ce sont les Parisiens qui tentent de prendre la conduite des débats. Esseulé dans la surface, Nenê s’apprête à frapper quand Chedjou sauve son camp à la faveur d’une interception de grande classe (28è). Quelques instants plus tard, le coup de tête décroisé d’Erding tutoie le poteau gauche de Landreau (32è), lequel capte ensuite sans trembler deux puissants tirs lointains signés Sessegnon (35è) et Nenê (42è). Comme la fine pluie dans le ciel de Villeneuve d’Ascq, le rythme tombe en cette fin de première période. On en reste là pour les quarante cinq premières minutes.
 

Ça chauffe sur coups de pied arrêtés

Les Dogues reviennent sur le terrain avec de franches intentions. Monopolisant le cuir dans l’entrejeu, ils inquiètent à plusieurs reprises la défense parisienne. Il y a d’abord ce festival de Hazard côté gauche conclu par un centre pour Gervinho, lequel est repris de justesse au moment d’armer sa frappe (54è). Puis il y a ce puissant coup de tête de De Melo sur une passe signée Debuchy (55è). Les Parisiens répliquent. Sur coup-franc puis sur corner direct, Landreau repousse par deux fois les tentatives de Nenê (60è). D’un camp à l’autre, Cabaye sur corner alerte De Melo qui, sans élan, prend sa chance aux six mètres. Il faut un sauvetage en catastrophe de Camara pour éviter l’ouverture du score (64è). Jallet l’imite quelques instants plus tard sur un coup de tête déséquilibré de Debuchy (67è). C'était chaud sur le but parisien, ça l'est même davantage sur la cage lilloise lorsque Bodmer lance Hoarau en profondeur. Légèrement excentré, l'attaquant international français tente sa chance mais ne trouve pas le cadre (72è). Dans la continuité de cette action, Sow est lancé dans la bataille en lieu et place de De Melo (72è).


Nenê fait frissonner le Stadium sur le gong

À dix minutes du terme, Rudi Garcia injecte encore un peu de sang neuf dans son équipe. Le technicien nordiste remplace Hazard par Obraniak (82è). La partie est équilibrée. D’un côté comme de l’autre, on tente de gagner la rude bataille du milieu de terrain tout en veillant à ne pas se découvrir derrière. Le tir de Sessegnon à l’entrée de la surface à beau fuser sur la pelouse humide du Stadium, Landreau est sur ses gardes (88è). Côté Lillois, Frau est l’ultime entrant. Il succède à Gervinho (90è). Un tout dernier frisson parcourt le Stadium sur ce coup-franc travaillé de Nenê qui frise la lucarne de Landreau (90è+2) avant que M.Fautrel ne mette fin aux débats. Solide défensivement, le LOSC valide son deuxième match nul consécutif de la saison, 0-0, au terme d'une période relativement équilibrée. Au classement (anecdotique), le club lillois est 13è avec 2 unités.