Bravo Micka !

Avec ses 500 matchs atteints en L1, Mickaël Landreau n’est pas passé inaperçu. Logique, tant ce chiffre astronomique impressionne à seulement 31 ans, alors que ce seuil n’a été dépassé que par moins d’une vingtaine de joueurs dans l’histoire du football français. Cela valait bien une remise de prix des mains du Président Directeur Général du LOSC, Michel Seydoux. Avec la victoire au bout, une chose est sûre : Micka s’en souviendra !

La bataille du milieu.

Certes, les Dogues ont su décrocher un succès vraiment précieux dans la course au championnat, mais qu’il a fallu être costaud pour affronter les gabarits imposants des Toulousains. Durant la première période, les Lillois se sont attelés à répondre au défi physique, tout en parvenant à se créer de multiples occasions.

Trio d’enfer.

Quand les Hazard-Sow-Gervinho se mettent au diapason les uns des autres, cela donne généralement beaucoup de fil à retordre aux adversaires. À force de percuter, l’impact offensif nordiste finit par payer : Sow décoche une frappe lourde difficilement repoussée par Valverde, Gervinho suit et glisse irrémédiablement le ballon dans les filets des mauve et blanc, malgré la tentative de sauvetage de Gunino (1-0, 38’). Juste avant la pause, les Dogues prennent les commandes de la partie.

Défense d’entrer.

Durant la seconde période, les hommes de Rudi Garcia changent leur fusil d’épaule, laissant davantage la possession du cuir aux protégés d’Alain Casanova. Une stratégie à nouveau fructueuse puisque les Lillois conservent leurs cages inviolées, tandis qu’ils profitent de la moindre erreur toulousaine pour exploser en contre-attaque. Les joueurs sudistes repoussent l’échéance jusqu’au temps additionnel...

Le fantastique ratio de Tulio.

Non seulement le LOSC possède dans ses rangs le meilleur buteur du championnat en la personne de Moussa Sow (16 buts), mais quand ce dernier se fait remplacer par Tulio De Melo, les filets ne cessent de trembler ! Il aura juste fallu un petit quart d’heure pour que le grand attaquant brésilien s’exprime en inscrivant son troisième en Ligue 1, le cinquième toutes compétitions confondues. L’action ? Gervinho réalise un numéro de soliste parfait sur son aile droite en se défaisant du marquage de M’Bengue et sert en retrait son acolyte. En véritable buteur, Tulio dépose le ballon au fond des cages à l’aide du poteau droit (2-0, 90+5’). Le Stadium explose, la fête est totale !