Pierre-Alain, bonjour. Beaucoup d’observateurs présentent le Téfécé, actuel co-leader de Ligue 1 (13 points), comme la surprise de ce début de championnat. Es-tu, pour ta part, étonné par son entame de saison ?

Pas vraiment. Toulouse est une bonne équipe, stable et dotée de joueurs de talent. Même si l’an passé, elle a connu quelques difficultés à enchaîner les matchs en raison de sa participation à l’Europa League, elle est habituée à terminer dans le haut du tableau. Pour moi, ce n’est pas surprenant de voir le club toulousain parmi le peloton de tête. Côté terrain, cette formation est assez solide et particulièrement difficile à manœuvrer. Elle défend très bien, un peu à l’image d’Auxerre.

Peut-on la qualifier d’équipe revancharde ?

Il est clair que les Toulousains regrettent de ne pas avoir montré leur vrai visage la saison dernière. Même s’ils ont perdu Gignac, un élément clé de leur effectif, ils se sont adaptés à son départ en jouant différemment. D’autres joueurs prennent désormais plus de responsabilités et sont en passe de se révéler.

Hier soir, le TFC s’est incliné en 1/16e de finale de la Coupe de la Ligue, à Boulogne sur Mer (2-1 a.p). Est-ce un avantage pour le LOSC d’affronter une équipe ayant disputé 120 minutes quelques jours plus tôt ?

Ça peut l’être, mais dans le football, rien n’est jamais sûr. Pour participer cette saison encore à l’Europa League, nous connaissons bien ce genre de rythme à un match tous les trois jours. Jouer en semaine est forcément usant pour les jambes en vue du rendez-vous du week-end. Dimanche, cela pourra avoir un impact à un moment ou à un autre de la rencontre. À nous d’en profiter.

Quels seront les joueurs à surveiller, côté toulousain ?

Au milieu, il y a d’abord Moussa Sissoko, un garçon toujours régulier qui confirme son potentiel depuis quelques années, tout comme Etienne Capoue. L’autre élément dangereux de l’entrejeu se nomme Etienne Didot, un joueur très précieux à travers sa qualité de passe aux attaquants. Devant, il faudra se méfier de Daniel Braaten qui a déjà marqué par trois fois cette saison. De façon générale, veillons à rester vigilants sur coups de pied arrêtés. Ils disposent de grands gabarits bons de la tête.

« Si nous arrivons à rivaliser avec eux sur le plan physique et déployer notre jeu, nous pouvons leur poser des problèmes »

Quelle sera la clé de cette rencontre ?

Pour moi, une bonne partie du match va se jouer au milieu de terrain. En remportant cette bataille de l’entrejeu, nous arriverons à mieux remonter le ballon, donc à nous procurer des occasions. Cette équipe, on la connaît, on sait qu’il faudra se mettre à son niveau sur le plan physique. Si nous arrivons à rivaliser avec eux sur cet aspect et déployer notre jeu, nous pouvons leur poser des problèmes.

Dans quel état d’esprit vous trouvez vous ?

Notre volonté est claire : nous souhaitons poursuivre la série positive que nous avons débuté à Lens. Il serait bienvenu de remporter un troisième match consécutif en championnat, histoire d’effectuer un nouveau bon au classement. Maintenant, si nous pouvons conserver notre invincibilité sans l’emporter, nous n’hésiterons pas. Chacun sait combien il est difficile de s’imposer à Toulouse. En résumé, nous nous rendons au Stadium pour gagner, mais si nous ne pouvons engranger qu’un point, nous nous en satisferont.

À titre personnel, comment te sens-tu ?

Après une progressive mise en route, j’ai véritablement démarré ma saison après la trêve internationale. Le déclic est intervenu au cours du derby à Lens (1-4) où j’ai débloqué mon compteur but avant de doubler la mise.

Tu t’es fixé des objectifs ?

Non, si ce n’est celui de jouer un maximum de match. Pour tout attaquant, l’important est avant tout d’accumuler du temps de jeu. Après, naturellement, je souhaite marquer le plus de buts possibles. Mon record personnel figure à 17 réalisations (avec Sochaux, lors de la saison 2003-2004). Je sais juste que l’an dernier, j’ai marqué 13 fois en Ligue 1…

Merci à Pierre-Alain Frau. TFC-LOSC, c’est ce dimanche (17h) au Stadium de Toulouse.