Rachel, bonjour. Comment analyses-tu le début de saison de l’équipe féminine ?
Nous avons démarré par les grosses cylindrées du championnat. On savait que ce serait compliqué à Metz en ouverture, même si je trouve que le score (4-0) est sévère au regard de notre potentiel. Au final, on se prend une claque dès le premier match. Ensuite, sur notre revers à Arras (1-0), je dirais que le jeu n’a pas été à la hauteur des deux côtés. Je pense qu’un score de parité aurait été plus logique. Maintenant, comme lors de notre premier déplacement, on a été inhibées par la pression. Notre groupe est très jeune et il n’est pas forcément simple de gérer nos émotions. Dans le sens inverse, on a fait ce qu’il fallait à domicile, notamment contre Bischheim (5-0), dimanche passé. Je n’oublie pas non plus notre victoire contre Hénin Beaumont (2-0).

Que représente le fait de représenter le LOSC désormais ?
C’est tout nouveau pour nous. On doit porter cette étiquette et l’assumer tous les week-ends. On sait qu’on est attendues, que les regards sont désormais différents. Même si l’effectif est composé de 70% de joueuses qui évoluaient l’an dernier pour Templemars, on se doit de représenter fièrement ce blason qui est aujourd’hui le nôtre. Cela nous met une pression supplémentaire, une pression qui doit être positive et que l’on doit apprendre à bien gérer. C’est un plaisir, une joie et une fierté. On a vraiment été bien accueillies au sein du club et on sent qu’on fait partie de la famille LOSC.

151008saidi02_0.jpg

Dimanche, c’est Val d’Orge qui est au programme. Un autre gros défi en perspective ?
Cette équipe est dans le haut du tableau, même si elle a perdu pour la première fois de la saison à Reims (2-1). Ça reste une formation solide, qui met de l’impact et de l’agressivité. Ensuite, si on garde la maîtrise dans la conservation et  sur le plan technique, on est capable de leur poser des problèmes. Il faudra essayer de faire courir l’adversaire. Parfois, j’ai l’impression que sur certains matchs, on s’est mise en difficulté toute seule et il ne faudra pas reproduire les mêmes erreurs.

Et si vous avez fait un sans-faute à domicile, l’objectif est désormais de réaliser la même chose en déplacement…
Oui, on voudra aussi débloquer notre compteur à l’extérieur, car on est sorties de la zone rouge grâce notre victoire du week-end. Or on veut se stabiliser au classement. Pour cela, dans ce genre de rencontre, il faut qu’on soit plus tueuse devant le but car on a les occasions, mais on doit être plus efficace dans le dernier geste. Voilà, je pense que le doublé de Caroline (Gracial) va lui donner encore davantage de confiance, tout comme celui de Perrine (Tentelier) sur coups de pied arrêtés pour sa première sortie de la saison alors qu’elle joue en défense centrale. Il faut qu’on grandisse et qu’on s’améliore dans la finition.

Et personnellement, tu restes aussi sur deux passes décisives…
Oui, le coach m’a descendu d’un cran contre Bischheim. J’ai joué en 6 alors que d’habitude, je suis plutôt positionnée en 10. Je ne suis pas hargneuse et agressive dans le duel, par contre j’ai besoin de toucher un maximum de ballons pour m’exprimer pleinement, ce qui a été le cas sur cette rencontre. Cela me met en confiance d’être une des plaques tournantes de l’équipe pour être plus utile pour mes partenaires. Au final, dans ce rôle-là, je me suis bien sentie et ça s’est bien passé.

Merci Rachel Saidi. Val d’Orge-LOSC, c’est ce dimanche 11 octobre (15h), à suivre en live sur Twitter @losclive.

151008saidi03.jpg

Le classement des buteuses

1. Caroline Gracial 3 buts
2. Perrine Tentelier 2 buts
3. Camille Dolignon, Justine Bauduin 1 but

Le classement des passeuses

1. Rachel Saidi 2 passes
2. Rachel Robert, Jennifer Bouchenna, Anissa Dellidj 1 passe

Le programme complet de la 5e journée de D2

Dimanche 11 octobre (15h)
Arras FCF- US Rouvroy (10/10, 18h)
Val D’Orge FCF- LOSC
Bischheim CS Mars- Saint-Denis RC
FC Metz-Vendenheim FC
AS Nancy Lorraine- Stade de Reims
Hénin-Beaumont FCF-Lillers FC