Il y a parfois des jours où il ne vaut mieux pas mettre un chien dehors. Les conditions climatiques du moment, avec la dense pluie qui s’abat sur le Nord de la France depuis quelques jours, collent parfaitement au dicton. Mais il en faut plus pour décourager un Dogue ! En déplacement à Caen, le LOSC a néanmoins eu la belle surprise de découvrir une pelouse de d’Ornano impeccable. Pas question donc de parler de report pour cette 13e journée de Ligue 1… À cette occasion, Rudi Garcia décide d’aligner une équipe au visage séduisant, seul Balmont manquant à l’appel, remplacé par Gueye, titularisé pour la première fois en championnat. Côté Caennais, on note l’absence de l’ancien de la maison losciste, Tafforeau, victime d’une élongation. Que les débats commencent !

L’attaque lilloise met le feu aux poudres

Dix minutes. C’est exactement le temps qu’il a fallu aux acteurs de la partie pour se mettre en marche, après un round d’observation au rythme soutenu. La première incartade est l’œuvre d’Hazard qui s’infiltre dans la défense caennaise, centre en retrait et voit le ballon dévié du bout du gant par Thébaux, alors Sow rôdait (10’). Derrière, Rami ne se fait pas prier pour tacler de justesse, mais proprement aux devant de Traoré (11’). Le match prend forme… Ça vit, ça bouge et les équipes jouent crânement leur chance. Preuves en sont les tentatives de Cabaye - par deux fois - (18’ et 20’) et Gervinho (19’), avec des tirs non cadrés ou contrés. Dans la continuité, Heurtaux stoppe le ballon du dos, on croit à la main, il n’en est rien. Les attaques affluent ! Hazard déborde, Sow reprend de la tête, à côté (25’). Ce n’est que partie remise pour le buteur lillois : le Belge perce à nouveau son flanc gauche, remet en retrait pour Cabaye qui dévie presque involontairement à Sow. Ce dernier transperce Thébaux (0-1, 25’). Les Dogues poussent et sont récompensés.

Le hat-trick de Sow conclut une superbe mi-temps !

La folie s’empare alors de la rencontre : El Arabi percute et pousse Debuchy à intervenir dans la surface. Le Caennais tombe, M. Coué ne bronche pas (27’). S’en suit un numéro de duettiste impressionnant Sow-Gervinho sur la gauche. L’Ivoirien sprinte et sert finalement le Sénégalais en retrait. Ça fait mouche ! (0-2, 34’) Pas le temps de respirer que les Lillois repartent déjà à l’assaut. Ça explose de partout. Hazard envoie Gervinho en profondeur dans l’axe, le lob du n°27 échoue derrière les cages (39’). Pour autant, les Malherbois n’abandonnent pas : Nivet sème la pagaille dans la défense nordiste et trouve El Arabi. Le meilleur buteur de la L1 honore son statut et trompe Landreau (1-2, 40’). On croit à ce moment que la tendance va s’inverser, mais pas du tout ! El Arabi est rejoint dans ce classement par le héros de la première mi-temps, Moussa Sow, qui y va de son coup du chapeau avant la pause, reprenant une action fantastique entre Cabaye et Gervinho (1-3, 45+1’). Neuf réalisations pour la recrue estivale du LOSC, rien que ça…


Gervinho et Béria alourdissent la marque !

La deuxième période amène évidemment sa problématique pour le LOSC. Avec un break d’avance au tableau d’affichage, il s’agit de parler gestion de l’avantage, même si chaque contre lillois qui va se présenter, va être disputé à fond. Il faut surtout veiller à annihiler les velléités normandes. À ce sujet, seul Barzola fait chauffer les gants de Landreau autour de l’heure de jeu (58’). Plus loin, Béria s’échappant sur la droite, frappe en bout de course et force Thébaux à repousser sur Gervinho, qui ne parvient pas à redresser suffisamment (67’). De son côté, El Arabi continue son numéro impressionnant. Il décoche un shoot sec, magnifiquement claqué par Landreau (73’). Soudé comme un seul homme, le LOSC repousse les offensives, tout en continuant d’attaquer. Il faut le dire, les Dogues produisent un jeu vraiment intéressant, attrayant, avec des efforts effectués dans chaque ligne. Les entrants se mettent aussi au diapason : Sow se mue en passeur et offre un caviar à Frau. L’attaquant lillois voit son plat du pied flirter avec le poteau droit (81’). On croit le match terminé, le stade d’Ornano endormi, mais Traoré réveille les foules en marquant, dribblant la défense nordiste (2-3, 88’). On se dit alors que les Lillois vont frémir jusqu’au coup de sifflet final… Il n'en est rien ! Sur un nuage offensif, les hommes de Rudi Garcia achèvent leur œuvre de manière splendide, par un but opportuniste de Gervinho (2-4, 90+1’) et une frappe sèche de Béria dans la cible (2-5, 90+3’).

Grâce à un récital offensif, le LOSC réalise le bon coup de la soirée à Caen. En prenant les trois points de la victoire, avec cinq buts à la clé, les Lillois se placent sur la deuxième marche du podium, en attendant les rencontres dominicales. Que du bonheur avant de recevoir Monaco dimanche prochain !