S’extirper de la zone rouge après le joli coup réalisé face aux Verts, tel était l’objectif des Lillois au moment de se frotter à des Caennais placés sur le podium de la L1 et par conséquent, en pleine confiance. Mais pour les partenaires de Rio Mavuba, l’essentiel consistait surtout à conserver l’état d’esprit, celui qui les avait portés vers la victoire trois jours auparavant. Face à Malherbe, l’heure était donc à la confirmation !

Benzia, bis repetita !

Sur une pelouse ensablée, un peu dure, les deux formations ferraillent d’entrée de jeu. Surtout Caen, tout de suite explosif et incisif. La poussée normande dure près d’une demi-heure, alors que les Dogues font le dos rond et subissent les assauts de Seube (6’ et 13’) et Féret (9’) par exemple, sans rompre. Timidement, puis plus franchement, les Lillois refont surface. Ils exploitent même la seule occasion nette à mettre à leur actif : un contre supersonique mené par Boufal, qui jaillit de la surface et lance Sidibé sur l'aile gauche. En un temps, le latéral adresse un centre parfait pour Benzia qui contrôle, dribble Vercoutre et marque en pivotant. Sublime ! (0-1, 28') Le plan parfait pour des Lillois à l’affût, concentrés, prêts à bondir dès que le jeu le demande, avec un Benzia à la baguette qui, mine de rien, enquille son troisième but en quatre matchs, le deuxième de suite. La réaction d'orgueil normande de Féret qui sert Bazile à deux doigts de scorer n’y change rien (30'), les Nordistes ont du mordant et tiennent leur proie entre leurs crocs.

Du cœur, du courage et la gagne !

Seulement voilà, du côté de Caen cette saison, une mi-temps ne suffit pas. La bataille de Normandie se joue en deux actes et les Lillois semblent bien décidés à la remporter. D’ailleurs, ils ont la bonne idée de vite se mettre à l’abri, par l’intermédiaire de deux acolytes décidément très inspirés : Boufal et Benzia. Quand le premier tente un lob sorti du bout des ongles par Vercoutre, Benzia, au deuxième ballon, reprend et envoie un missile pleine lunette ! (0-2, 56’) Voilà l’attaquant losciste qui signe un doublé et permet de respirer un peu dans l’étouffante soirée normande. Car les Caennais prennent le mors aux dents. Ils poussent et obtiennent un pénalty qui les récompense de leurs gros efforts. Delort ne se fait pas prier pour l’exécuter et le transformer (1-2, 69’). Les vingt dernières minutes s’annoncent alors bouillantes… Le SMC se livre corps et âme dans le combat, y met toute son énergie, face à des Dogues qui résistent, luttent, défendent au courage. Les secondes deviennent des minutes, les minutes des heures. Et finalement, la délivrance ! Première victoire à l’extérieur du LOSC, première série de deux succès consécutifs et un bond immense au classement, de la 18e à la 12e place. C’est ce qui s’appelle une soirée gagnante ! À confirmer, bien sûr, face à Lorient samedi prochain (20h), au Stade Pierre Mauroy.

Feuille de la 17e journée de Ligue 1 - Saison 2015-2016

Samedi 5 décembre, 20h

SM Caen - LOSC 1-2 (0-1)
Stade d’Ornano, temps froid et sec, 16 000 spectateurs environ

Arbitre : Saïd Ennjimi

But : Delort (69’) pour le SMC ; Benzia (28’, 56’) pour le LOSC
Avertissements : Yahia (31’), Delaplace (78’) pour le SMC ; Benzia (62’), Corchia (62’), Enyeama (86’) pour le LOSC

SM Caen
Vercoutre - Appiah, Yahia, Da Silva, Imorou - Seube (Adeoti, 46’) - Rodelin, Delaplace, Féret (c), Bazile (Bessat, 72’) - Delort
Entraîneur : Patrice Garande

LOSC
Enyeama - Corchia, Soumaoro, Civelli, Sidibé - Mavuba (c), Balmont (Obbadi, 32’), Martin (Amadou, 79’) - Boufal, Benzia (Tallo, 79’), Bauthéac
Entraîneur : Frédéric Antonetti