Jacques Boels, le Directeur Adjoint de l’établissement, et Mohamed Adjir, le Chef de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, sont donc venus en préambule au Domaine de Luchin effectuer une intervention auprès des jeunes pensionnaires du centre de formation. Une intervention destinée à les sensibiliser de manière préventive, Jacques Boels rappelant que « n’importe quel citoyen est susceptible de se retrouver un jour devant les tribunaux » et que « parfois, les circonstances de la vie conduisent certains à commettre un délit. » De son côté, Mohamed Adjir a expliqué que « chacun n’est pas exposé aux mêmes dérives s’il  habite dans un quartier sensible ou à la campagne. Ce qui permet de s’en sortir, c’est la volonté. » Après un échange de questions réponses riche d’enseignements, Noah Fatar a remis - au nom de tous les joueurs - un maillot du LOSC aux deux intervenants. « C’était vraiment intéressant, souligne le joueur. Ça nous permet d’ouvrir les yeux sur un monde différent. Il ne faut pas oublier qu’à tout moment, on peut nous aussi être confronté à la justice pour mineurs. Nous avons beaucoup de chance d’être ici, dans un centre de formation et dans un milieu confortable. »

181220formation02.jpg
 

Un match de foot pas comme les autres

 
Après la théorie, place à la pratique avec une immersion au cœur même de l’établissement pénitentiaire de Quiévrechain. Les jeunes lillois - répartis en deux groupes sur deux vendredis - sont ainsi partis en visite dans cet établissement. Au programme ? Une présentation de la prison, avant de se rendre au gymnase pour une double activité sportive en compagnie de détenus. D’abord avec une rencontre amicale de football en salle où les deux camps ont fini par se mélanger. Puis avec une initiation au basket en fauteuil dans le cadre du Téléthon. Une riche matinée pour tous les acteurs, comme en témoigne le joueur losciste, Mohamed Belmokhtar : « Cela a été une grande découverte pour nous. On a pu observer les conditions des détenus et leurs cellules. Et j’ai trouvé ça très ludique de partager un moment autour du sport et du handisport. J’avoue, au départ, nous avions un peu d’appréhension de jouer contre ces jeunes détenus. Mais par la suite, on a eu des échanges sympas. J’imagine que ce n’est pas facile pour eux d’être loin de leur famille, même s’ils ont fait des "grosses bêtises". » La matinée s’est terminée par une collation commune, l’occasion d’échanger avec les détenus pour nos jeunes lillois pour au final une expérience qui les aura à coup sûr, marqués.

181220formation03.jpg