Ça y est ! Trois mois après son arrêt, le championnat reprend ses droits en ce samedi 7 août. Finis les devoirs de vacances, place à du concret, au doux, à l’unique parfum de la Ligue 1, celui qui transporte avec passion trente-huit fois dans l’année. Les studieux élèves lillois ont révisé leurs gammes durant six semaines de préparation et frémissent d’impatience d’entendre le coup de sifflet de départ. Pour son retour à la compétition, le LOSC a hérité d’un déplacement à Rennes, un sérieux client, régulièrement à l’affût du premier tiers du classement. Seulement voilà, l’équipe de Rudi Garcia aussi a des ambitions et ne souhaite pas revivre l’entame manquée de la saison dernière. Place aux débats, place au combat !
 

Landreau touche du bois, les Dogues bousculés

Les conditions de jeu ? Elles sont idéales : le ciel s’est dégagé, la verdoyante pelouse du stade de la route de Lorient respire et la température clémente promet un déploiement d’énergie conséquent. Bien sûr, comme tout démarrage, ça demande des réglages. Ceux du secteur défensif lillois apparaissent déjà bien ficelés, même si la première alerte concerne le but nordiste : esseulé dans le couloir droit, Leroy s’échappe et vient buter sur un Landreau très attentif (9’). La baraka ? Le portier losciste connait : sa transversale le sauve ensuite sur un coup franc du même Leroy (15’). Dans la foulée, l’approche des buts de Douchez (ralentie par la multiplication des fautes rennaises) se matérialise enfin : Debuchy obtient un ballon inespéré seul au point de penalty, mais, gêné par le rebond assez haut, voit sa reprise s’envoler (18’). Ça se précise plus loin sur une action des hommes de Frédéric Antonetti, conclue par Marveaux qui trouve le petit filet extérieur (23’). La pression monte...
 

Bangoura inscrit un but non valable

 

Et les Rennais en profitent, en finissant par débloquer le compteur : Bangoura, complètement hors-jeu à la réception du cuir, transperce sereinement Landreau des six mètres (1-0, 25’). Le but est validé... Injustement menés à la marque, blessés dans leur orgueil, les Dogues se rebiffent : corner d’Hazard, tête de Debuchy qui frôle le montant gauche (29’). Il faut le signaler, si le LOSC fait jeu égal avec le Stade Rennais, les Dogues subissent un traitement de faveur très prononcé sur le plan athlétique. Chahutés, les Lillois ne se découragent pas, preuve à l’appui avec une frappe cadrée de Rami (36’). Juste avant la pause, Sow se procure une énorme occasion. Son tir tendu croisé au sol flirte avec le montant droit breton (45+1’). L’égalisation lui échappe de peu et les Nordistes rentrent aux vestiaires en retard au tableau d’affichage.
 

Sow, comme chez lui !

Photo Eden Hazard

L’entame lilloise de la seconde période entretient cependant l’espoir. Dans les cinq premières minutes, on ressent l’envie nordiste de se projeter vers l’avant et surtout, une certaine domination physique qui s’installe. Frau atteint d’ailleurs les bras de Douchez sur une tête (48’). Le premier temps faible du match permet aux deux coachs de faire entrer du sang neuf offensif, avec De Melo (53’), puis Gyan (59’). Mais c’est l’heure de la révolte lilloise qui sonne : petite combinaison futée sur corner entre Frau et Hazard, le Belge perce et envoie Sow sur orbite ! (1-1, 61’) L’ex-Rennais décolle au deuxième poteau et marque son premier but lillois de la tête. Attention à la réaction bretonne, orchestrée par Leroy dont le shoot frise le poteau gauche (67’). Derrière, c’est l’énorme opportunité nordiste : au final, Sow se heurte deux fois au portier rennais (69’). Au tour de Dalmat, Gyan et Kembo-Ekoko d’inquiéter un Landreau impérial (72’, 76’ et 77’), l’arbitre refusant ensuite à juste titre un but hors-jeu des Rennais (78’). Mais ça chauffe ! Le mondialiste ghanéen Gyan manque finalement le but de la victoire d’un rien (90+2’).

Un point, c’est déjà bien ! Voilà ce que doivent se dire les Dogues au sortir de ce premier acte de la saison 2010-2011. Prochain rendez-vous : LOSC-PSG, dimanche 15 août (21h) au Stadium Lille Métropole.