LOSC-Montpellier (4-1), 28 mars 2010, 30è journée

Buteurs : Gervinho, Cabaye, Frau, Touré
« Le match aller (défaite 2-0) ne s’était pas vraiment passé comme on l’espérait. Nous avions à cœur de prendre notre revanche et étions gonflés à bloc. L’équipe a mis tous les moyens de son côté pour construire une nouvelle belle victoire. Le but était de museler leurs forces de frappe offensive comme Costa ou Montano, afin d’optimiser nos chances et de pouvoir développer notre jeu vers l’avant. »

Le Mans-LOSC (1-2), 24 avril 2010, 34è journée

Buteurs : De Melo, Cabaye
« Tous les vents étaient contraires lors de ce rendez-vous dans la Sarthe. Rami suspendu, Béria l’a remplacé dans l’axe de la défense avant de se blesser lui-même au cours de cette partie. J’ai fini la rencontre avec le guerrier Debuchy en défense centrale, ce qui était complètement inédit. Nous n’avions pas d’automatismes, mais la volonté de gagner a pris le pas sur le reste dans ce dernier sprint de la saison. Nous n’avions pas le droit à l’erreur au Mans, car même un résultat nul n’aurait pas été une bonne opération comptable. La mission a été accomplie avec panache. »

LOSC-Marseille (3-2), 8 mai 2010, 37è journée

Buteurs : Cabaye, De Melo, Debuchy
« Cet ultime rendez en championnat résume parfaitement notre saison et notre capacité à renverser des situations compromises. Beaucoup de gens pensaient que l’OM, tout fraîchement champion de France, viendrait au Stadium en simple voyage de tourisme et ne jouerait pas le jeu. C’est tout le contraire qui s’est produit. Même en infériorité numérique, les Marseillais ont scoré juste avant la pause, ce qui nous a donné un gros coup au moral. Le coach a fait entrer Tulio et son choix s’est avéré payant. Ils ont alors voulu conserver leur avantage au tableau d’affichage mais comme de notre côté, nous devions impérativement gagner, nous avons poussé sans relâche. Au final, le groupe est allé chercher une victoire aux forceps. J’étais content que Debuch’ marque ce but décisif car il a été énorme cette saison. »

LOSC-Valence (1-1), 17 septembre 2009, 1ère journée - UEFA Europa League

Buteur : Gervinho
« Pour notre entrée dans la compétition (en dehors du tour préliminaire et le barrage), on tombe sur un cador espagnol à domicile. Nous sommes un peu timorés au début car notre respect pour l’adversaire se transforme en peur. Mais nous parvenons tout de même à les mettre en danger. Et malgré l’ouverture du score de Valence, nous n’avons pas décroché et sommes parvenus à revenir à leur hauteur grâce à Gervais. Le groupe a manifesté une belle force mentale. Cela nous a donné de la confiance pour la suite. »

Slavia Prague-LOSC (1-5), 1er octobre 2009, 2è journée - UEFA Europa League

Buteurs : Suchy (csc), Frau, Gervinho, Souquet, Gervinho
« Je n’avais pas joué cette rencontre mais j’étais devant ma télé. Quand j’ai vu la composition de l’équipe, j’étais quelque peu surpris. Le coach a fait le pari d’aligner plusieurs jeunes, comme Souquet ou Vandam, dans son onze de départ. Le challenge a été relevé avec succès par l’équipe et au final, le LOSC a remporté la plus large victoire de son histoire sur la scène européenne. Le groupe avait montré un visage séduisant, des éléments comme Pierrot (Frau) ou Gervinho ont commencé à enfiler les buts comme des perles à partir de ce moment là. »

Fenerbahçe-LOSC (1-1), 25 février 2010, 16es de finale retour - UEFA Europa League

Buteur : Rami
« Après notre victoire 2-1 à l’aller, on savait qu’il ne fallait pas s’attendre à une partie de plaisir. Tout le stade était contre nous. Nous n’avions même pas vu nos supporters (il sourit), avant de les saluer à la fin, bien évidemment. Ce qu’il ressort de cette qualification, c’est la maturité affichée par le groupe malgré son jeune âge. Nous perdions 1-0 et nous ne nous sommes pas affolés malgré la pression ambiante. On ne s’est pas précipité, on a simplement cherché à développer notre jeu habituel et la récompense est venue avec ce but égalisateur de Rami. »

LOSC-Liverpool (1-0), 11 mars 2010, 8es de finale aller - UEFA Europa League

Buteur : Hazard
« C’est forcément un moment fort de notre parcours, mais ce match me laisse des regrets. Je pense que nous aurions pu marquer un second but à domicile au regard de notre prestation et des occasions que nous nous sommes procurées. Forcément, l’histoire se serait alors peut-être écrite de manière différente au retour. Au final, nous sommes sortis grandis de cette belle campagne européenne malgré notre élimination à Anfield (3-0). »

Merci Aurélien Chedjou