Jérémie, bonjour. Vous faites partie intégrante du LOSC depuis maintenant plus d’un mois, comment vivez-vous ce changement de statut ? 
Nous le vivons très bien. Il faut s’habituer progressivement à ces nouvelles conditions de travail qui sont pour nous optimales, à cet engouement qu’il peut y avoir autour du groupe… Il est clair que nous avons passé un cap. Les joueuses, quant à elles, vivent ce changement de manière très positive. Leurs conditions d’entraînement se sont améliorées car nous disposons maintenant de superbes installations, elles portent les équipements du LOSC… Les filles s’approprient peu à peu leur nouvelle identité. Elles sont entièrement dévouées à leur club et fières de porter ce maillot. 

Cet engouement nouveau n’a pas perturbé vos joueuses ? 
Jusque-là je n’en ai pas l’impression, même si elles m’en parlent énormément et d’autant plus aujourd’hui avec l’importance des réseaux sociaux. C’est un challenge excitant pour elles, quelque chose de nouveau et de plaisant. Mais ce sont des filles très sérieuses qui ont la tête sur les épaules et qui sont très travailleuses. Elles savent toutes qu’elles doivent rester focalisées sur notre objectif, celui de se maintenir en Division 2. 

inter2.jpg

Vous avez débuté votre préparation d’avant-saison fin juillet. À deux jours du début du championnat, comment jugez-vous la progression de vos joueuses ? 
À la reprise, il y avait beaucoup de travail à effectuer, mais dans l’ensemble, je suis satisfait du contenu des matchs amicaux. Notre effectif a été renouvelé à presque 50%. Des filles plus expérimentées se sont greffées au groupe et sont associées à des joueuses qui évoluaient avec moi lors des saisons précédentes. Dans l’ensemble, cette union s’est faite rapidement. Nous avons aussi pris la décision de faire évoluer notre système de jeu et notre animation offensive. Ce n’est pas évident de tout mettre en place. Il faut du temps et surtout être patient. 

« Elles sont impatientes de débuter le championnat »

Vous abordez le championnat avec un groupe plus étoffé, sentez-vous vos joueuses prêtes à aborder cette nouvelle saison ?
Je pensais que la mayonnaise serait longue à prendre entre les filles, mais l’entente s’est faite rapidement. Il est vrai que tout n’est pas encore parfait. Il y aura probablement quelques couacs et il restera certains points précis sur lesquels il faudra insister. Mais, jusque-là je suis content du travail fourni. Les filles sont concentrées, les consignes passent bien. Je ne sais pas si elles sont prêtes à aborder à 100% cette saison mais elles sont impatientes de débuter le championnat, ça c’est sûr.

Vous lancez votre championnat, dimanche (15h), par un déplacement à Saint-Symphorien, face au FC Metz, l’une des équipes reléguées en Division 2 en fin de saison dernière. Comment abordez-vous cette rencontre ?
Metz est pour moi la plus grosse équipe du championnat. Le calendrier n’est pas en notre faveur en ce début de saison. On se déplace à Metz, on reçoit ensuite Hénin-Beaumont qui a fini second du championnat de D2 la saison dernière et on se déplace enfin à Arras qui est avec Metz la deuxième équipe à descendre de D1. Mais revenons à ce premier match. Les Messines sont des joueuses expérimentées qui connaissent les exigences du haut niveau. C’est un groupe équilibré, qui se connait et au sein duquel il n’y a pas eu trop de changements. Elles seront déjà rôdées. Il faudra que mon équipe reste concentrée et parvienne à construire le jeu sans se laisser déstabiliser par tout ce qui entoure la rencontre. Je suis persuadé qu’elles sont capables de réaliser quelque chose à Saint-Symphorien.

Merci à Jérémie Descamps pour sa disponibilité. Rendez-vous dimanche sur Twitter (@losclive) pour suivre les coulisses de ce premier déplacement historique de "LOSC Féminines".