Quatre victoires consécutives, c’était tout simplement la meilleure série en cours d’un club de Ligue 1 et oui, elle appartenait bien au LOSC qui, le maintien maintenant assuré, s’est lancé dans une folle quête d’Europe. Rien de tel pour affronter Monaco ? Pas si évident que ça de prime abord, l’écurie princière se présentant en chasseur de Lyon, ce dernier ayant chipé vendredi soir - aux Monégasques justement - la place de dauphin du PSG. Voilà qui offrait donc une belle affiche comme on aime, avec deux formations qui comptaient bien jouer leur va-tout sur la pelouse villeneuvoise.

Eder-Amalfitano, quel sacré duo !

Un peu à l’image du succès lillois acquis à Nantes la semaine passée (0-3), tout démarre par une bataille rangée, une succession de duels dans l’entrejeu, que les Dogues négocient parfaitement. À tel point que la domination semble légèrement nordiste. Il ne manque alors plus qu’une concrétisation pour la valider. Ça tombe bien, Eder passe par un trou de souris, centre en retrait pour Amalfitano dont le plat du pied assuré est dévié par Subasic… sur le poteau gauche ! (16') Après ce coup de malchance, que faire ? Persévérer... "Same player shoot again" comme on dit : Eder dévie de la tête un centre vers Amalfitano, ce dernier - plein de sang-froid - contrôle, pivote et catapulte le ballon au fond ! (1-0, 37’) Une juste récompense. Il reste alors aux Lillois à faire le dos rond et à annihiler les tentatives sudistes jusqu’à la pause. Pour cela, à qui s’en remettre ? À Enyeama bien sûr ! Le gardien nigérian sort deux parades exceptionnelles : la première sur un tacle glissé de Fabinho (42’), la deuxième sur un réflexe incroyable devant Silva (44’). Voilà qui permet aux hommes d’Antonetti de faire logiquement la course en tête à la mi-temps.

Avalanche de buts lillois

On se dit alors que la gestion va se faire sereinement pour des Lillois en pleine confiance. Le temps défile et rien à signaler, ça se déroule à merveille. Puis en quelques secondes, tout dégénère... Un mauvais geste de Carvalho non sanctionné (54’), une réaction d’humeur de Civelli qui voit rouge (55’), une intervention musclée d’Echiejile lui aussi expulsé (65’), il n’en faut pas plus pour mettre le Stade Pierre Mauroy en ébullition. Porté par une vague de soutien à la limite de la frénésie, le LOSC ne perd pas son jeu, au contraire, il l’embellit. Action d’école entre Obbadi et Boufal, le numéro 7 ressert Obbadi qui décale pour Eder seul à droite, le plat du pied du Portugais s’en va petit filet (2-0, 68’). Splendide ! Et comme en première période, les Dogues dominateurs comptent sur un Enyeama divin pour maintenir l’écart : sa manchette sur une tête appuyée de Raggi est tout simplement hallucinante (74'). Derrière, les Nordistes enfoncent le clou : Obbadi, récompensé de ses innombrables efforts, trompe Subasic après un service impeccable de Boufal (3-0, 78’). "Et un, et deux, et trois zéro" entend-on dans les travées villeneuvoises. Il ne reste plus qu’à Sidibé de clore le spectacle, idéalement mis sur orbite par Tallo (4-0, 87’). La fête est totale, même si l’ASM vient sauver l’honneur dans les arrêts de jeu par Bahlouli (4-1, 90’+2).

Par ce succès, le LOSC consolide sa septième place, mais se replace surtout dans le dos des potentiels européens, en revenant à six unités de la troisième position occupée par… Monaco. La fin du feuilleton 2015-2016 s’annonce palpitant ! Prochain épisode à Ajaccio, samedi prochain (20h).

Feuille de la 33e journée de Ligue 1 - Saison 2015-2016

Dimanche 10 avril, 14h

LOSC - AS Monaco FC 4-1 (1-0)
Stade Pierre Mauroy, toit fermé, 32 125 spectateurs environ

Arbitre : Sébastien Moreira

But : Amalfitano (37’), Eder (68’), Obbadi (78’), Sidibé (87’) pour le LOSC ; Bahlouli (90’+2)
Avertissements : Obbadi (32’) pour le LOSC ; Raggi (43’), Fabinho (44’) pour l’AS Monaco
Expulsion : Civelli (55’) pour le LOSC ; Echiejile (65’) pour l’AS Monaco

LOSC
Enyeama - Sidibé, Basa, Civelli, Corchia - Balmont (c) (Soumaoro, 58’), Amadou, Obbadi (Mavuba, 82’) - Amalfitano, Eder, Boufal (Tallo, 83’)
Entraîneur : Frédéric Antonetti

AS Monaco FC
Subasic - Fabinho, Raggi, Carvalho, Jemerson, Echiejile - Toulalan, Silva - Dirar (Carrillo, 59’), Love (Bahlouli, 69’), Lemar (Mbappe, 59’)
Entraîneur : Leonardo Jardim