Bonjour Stéphane. Vous avez pris les rênes du groupe U17 cet été. Vous attendiez-vous à vivre un tel exercice 2015-2016 ?
À vrai dire, pas au point de challenger le PSG ou encore Le Havre, car il faut rappeler qu’au départ de cette saison, je disposais d’un effectif très jeune (6 joueurs U16 nés en 2000 ont intégré les U17). Mais les garçons ont su le faire. Ils ont rapidement pris en compte les conseils qu’on a pu leur apporter. Si bien que la progression entre les premiers matchs et ceux réalisés en deuxième partie de saison par rapport à la maîtrise du jeu ont été visibles.

Si on vous avait dit en début de championnat que vous finiriez dauphin du PSG, vous auriez immédiatement signé, non ?
(large sourire) On peut le voir comme ça. Disons que cette seconde place est une juste récompense pour l’ensemble de la saison que mes joueurs ont réalisé. Beaucoup de garçons ont évolué dans le bon sens. (il marque un temps d‘arrêt) Je m’explique : ils ont appris à jouer en équipe, à penser collectif. Alors oui, on a sans doute parfois manqué d’un peu de constance, mais c’est justement sur cet axe de progression qu’il faut travailler avec les jeunes joueurs. Ça ne les a pas empêchés de réaliser de très bons matchs, même si d’autres étaient moins aboutis. Au final, le bilan me paraît plutôt positif (les Lillois ont terminé à 4 points du PSG, avec 19 victoires, 3 défaites et 4 matchs nuls).

1_81.jpg

Comment qualifieriez-vous votre groupe ?
Mon équipe a un gros potentiel offensif, notamment cette génération 2000 qui possède des qualités de vitesse et de percussion très intéressantes. Bien sûr, il a fallu pour beaucoup d’entre eux leur apporter la notion de bloc défensif, insister sur la récupération du ballon. Mais quand je vois que nous terminons 2e meilleure attaque et aussi 2e meilleure défense de notre poule derrière le PSG, je me dis que ce n’est pas pour rien. Cela traduit un véritable investissement de chacun de mes joueurs.

Vous avez manqué de peu la qualification pour les phases finales, est-ce le seul regret que vous nourrissez cette saison ?
Oui, ça représente forcément une petite déception puisque nous n’échouons pas si loin et que les garçons s’étaient projetés là-dessus. Ç’a aurait été pour eux la cerise sur le gâteau d’une saison riche et aboutie. Ils auraient par ailleurs pu se confronter à des équipes qu’ils n’ont pas l’habitude de jouer et du coup, se jauger un peu plus sur leur niveau. Mais ainsi va le football et si nous ne sommes pas récompensés par cette participation aux play-offs, cela reste une saison satisfaisante. On va désormais pouvoir se projeter sur cet exercice 2016-2017 à venir et se servir de cette année pour repartir sur de bonnes bases.

Merci à Stéphane Adam pour sa disponibilité.