On en revient souvent au même constat : une équipe de football demande, à l’image d’une Formule 1, de minutieux réglages pour se montrer performante. Cette semaine, le LOSC a carrément procédé au changement de son pilote, installant Patrick Collot de manière intérimaire dans le baquet, à la place de Frédéric Antonetti. Au volant d’un bolide lillois qu’il connaît par cœur et qui tousse au classement (19’, 10 pts), l’ancien de la maison a procédé à quelques retouches : les clés du jeu sont confiées à Benzia positionné en courroie de distribution juste derrière Eder. De quoi regagner en vitesse et en percussion ? Il faut quoi qu’il en soit prendre l’aspiration sur Nantes (17’, 12 pts) dont les Dogues se trouvent dans le sillage pour remonter en championnat. Tout ça, sous haute tension forcément et sur la piste (impeccable) de la Beaujoire…

Corchia s’exerce aux coups de pied arrêtés, sans succès

L’entame de cette course aux points débute plutôt bien pour les Lillois : coup franc de Corchia, au-dessus de la lucarne droite (4'). En guise de réponse, Gillet envoie un tir qui s’échappe du cadre (10’). Dans le jeu, les Nordistes dominent indubitablement les débats, avec un Obbadi à la baguette, particulièrement inspiré. En face, les Nantais peinent à construire, se heurtant à un pressing haut. Pressing qui paye puisqu’on retrouve Corchia pour un coup franc dans l’axe obtenu au courage : Riou boxe le shoot des deux poings (33’). Dans la continuité, sur un corner mal dégagé, Lopes reprend de demi-volée un ballon qui traîne, contré in extremis par la défense adverse (36’). Mais c’est à peu près tout, et c’est bien mince. Et même si les Dogues se montrent légèrement dominateurs, il va falloir monter l’exigence d’un cran et huiler encore mieux les phases offensives pour, sait-on jamais, s’imposer.

Pas de récompense malgré quelques tentatives

En tout cas, les Lillois reviennent avec de bonnes intentions sur le pré. Deux occasions coup sur coup à mettre à l’actif de Benzia (48’) et Eder (51’) viennent faire passer un vrai frisson chez l’hôte jaune et vert, tout comme ce scud signé De Préville, presque "trop cadré" (56’). Quant à Benzia, qui réussit des dribbles déroutants, il se met sur son pied droit et décoche une frappe bien stoppée (68’). Puis le match s’enfonce peu à peu dans l’approximatif, éteignant totalement les spectateurs, les deux formations étant complètement à l’équilibre dans ce domaine. Les six changements effectués, il ne reste alors plus qu’une dizaine de minutes pour tenter de faire la différence. Mais à ce jeu-là, personne ne l’a emporté non plus, obligeant les deux équipes à se quitter dos à dos. Ça n’arrange personne, mais ça ne chagrine personne non plus, même si du côté du LOSC, chaque point est essentiel et le temps commence vraiment à compter.

Feuille de la 14e journée de Ligue 1 - Saison 2016-2017

Samedi 26 novembre, 20h

FC Nantes - LOSC 0-0 (0-0)
Stade de la Beaujoire, temps frais et sec, 18 125 spectateurs

Arbitre : Olivier Thual

But : -
Avertissements : Obbadi (43’), Benzia (52’) pour le LOSC

FC Nantes
Riou - Kwateng, Vizcarrondo, Diego Carlos, Lima - Gillet, Djidji (Touré, 83’), Thomasson - Thomsen (Iloki, 67’), Sala, Bammou (Harit, 57’)
Entraîneur : René Girard

LOSC
Enyeama - Corchia, Soumaoro, Basa, Béria (c) - Amadou, Obbadi (Bissouma, 65’) - De Préville (Terrier, 78’), Benzia (Amalfitano, 71’), Lopes - Eder
Entraîneur : Patrick Collot