Yassine, bonjour. Comment juges-tu ta progression depuis ton arrivée au LOSC (45 matchs de L1, 8 buts, 3 passes décisives) ?
Je pense que je m’inscris dans une certaine continuité. L’an passé, je n’ai pas toujours été sur le terrain (25 matchs en L1, 5 buts) et comme je suis jeune, j’espère forcément jouer régulièrement. Maintenant, c’était le choix du coach. Mais je pense que pour pouvoir progresser, il faut obtenir du temps de jeu. Aujourd’hui, je joue davantage, je suis donc dans une phase de progression constante.
 
Depuis la 14e journée (Nantes 0-0), tu es devenu un titulaire régulier de cette équipe…
Lorsque Patrick Collot a repris le groupe, il m’a accordé sa confiance, idem pour le coach  Passi. Je l’en remercie parce qu’il m’a relancé. Car cela n’a pas été facile d’être relégué sur le banc des remplaçants, voire en CFA avec l’équipe réserve. Je me suis réfugié dans le travail, car je sais que ça finit toujours par payer. Je veux désormais continuer sur cette lancée. Ce n’est pas une fin en soi pour moi. C’est un perpétuel recommencement chaque semaine, de se donner à fond aux entraînements pour gagner sa place.
 
As-tu le sentiment d’avoir progressé ?
Bien sûr, j’ai évolué dans de nombreux domaines. Je me rends compte qu’au fil des rencontres, j’ai plus d’assurance et de repères sur le terrain. Je suis content de pouvoir enchaîner les matchs, c’est sur cette route que je dois poursuivre mon ascension. Maintenant, j’ai aussi pleinement conscience que je dois m’améliorer dans plusieurs secteurs de mon jeu. J’aspire à être encore davantage décisif pour mon équipe et également plus régulier dans mes performances. J’aime marquer et faire des passes, mais le collectif prime avant tout.

170317benzia02.jpg

 
On te sent à l’aise dans cette position axiale. Tu confirmes ?
Je suis à la disposition du coach et je jouerais là où il choisit de me mettre, même si je pense que c’est effectivement en jouant dans l’axe que je peux au mieux exprimer mes qualités. Après j’ai la chance d’être polyvalent et de pouvoir évoluer sur un côté, comme à Lyon (1-2) par exemple. Et j’étais forcément content personnellement d’inscrire ce doublé face à mon club formateur. Mais je me souviens surtout que le contexte sportif n’était pas facile pour nous. Nous étions aussi à ce moment-là en crise de points.
 
Le LOSC veut assurer au plus vite son maintien, comment vis-tu cette situation ?
Je veux aider mon club à pouvoir remonter au classement. Ce n’est pas facile à vivre, je ne vais pas le cacher. Mais on ne peut s’en vouloir qu’à nous-mêmes, car on a mal débuté ce championnat. On a donc la place qu’on mérite. Maintenant, il faut savoir faire le dos rond, mettre le bleu de chauffe et travailler dur pour prendre un maximum de points dans cette fin de saison, pour essayer de se sauver rapidement.
 

“J’AIME MARQUER ET FAIRE DES PASSES, MAIS LE COLLECTIF PRIME AVANT TOUT”

 
170317benzia03.jpg


Tu as également inscrit un but très important à Toulouse (1-1) ?
Oui, il va nous aider dans cette course pour le maintien. On savait qu’il était important de ramener quelque chose de ce déplacement. On aurait pu l’emporter, on s’en sort aussi bien sur la fin avec cet arrêt de Vincent (Enyeama) sur pénalty. Lorsque je suis entré en jeu, le coach m’a demandé d’apporter ce que je sais faire. J’ai essayé de tout donner pour l’équipe. J’étais bien placé sur le but égalisateur. Je suis content pour moi, mais surtout pour le groupe.
Même si tout n’a pas été parfait, ça aurait été frustrant, car il y a quand même eu une grosse débauche  d’énergie de notre part.
 
Pour finir, Marseille se profile, comment imagines-tu ce match ?
C’est toujours une grosse affiche. On se doit de l’emporter, peu importe l’adversaire. D’autant que cela fait un bon moment qu’on n’a pas gagné devant nos supporters (en L1, il faut remonter au 10/12/16, contre MHSC, 2-1). Il faudra donc tout mettre en œuvre pour prendre ces trois points. Marseille a une très bonne équipe, des atouts offensifs, mais il faut vraiment remédier à cette crise de résultats à domicile. Pour y parvenir, on devra évoluer en bloc et mettre l’agressivité nécessaire dans ce type de rencontre.
 
Merci Yassine Benzia. Rendez-vous ce vendredi au Stade Pierre Mauroy pour vivre ce #LOSCOM en live. Comment ça vous n’avez pas encore vos billets ? Ne cherchez plus, ils sont là.


LOSC_ELISA_1280x502_2_0.jpg