Pourtant, et malgré cette domination sportive sans conteste sur leur adversaire du jour comme durant toute la saison de D2, la commission fédérale des règlements et contentieux a décidé de priver les joueuses du LOSC de leur victoire, de leur titre et par voie de conséquence de leur accession en D1 : le 24 mai, cette commission a en effet - dans une certaine précipitation - infligé un retrait de 4 points au LOSC au motif d’un problème administratif constaté sur la licence d’une joueuse de l’effectif, reléguant ainsi le LOSC à la deuxième place du classement derrière… La Roche-sur-Yon. Cette décision faisait suite à une réclamation posée… par les dirigeants vendéens qui, seulement après le match et leur déconvenue, se sont manifestés et ont semblé motivés par l’opportunité de pouvoir obtenir depuis leur bureau la récompense qu’ils n’étaient pas parvenus à gagner loyalement sur le terrain.

170529fem02.jpg
 
Le LOSC a ce jour fait appel auprès de la commission supérieure d’appel de la FFF de cette décision qui vient pénaliser le travail de toute une saison et retirer le mérite sportif de toute une équipe et de ses joueuses, alors que la source de cet imbroglio est totalement étrangère au LOSC. Tant sur la forme que sur le fond, le LOSC n’est coupable d’aucune faute. L’obtention de la licence et du contrat fédéral de la joueuse concernée a évidemment suivi la procédure normale et complète autant qu’elle a été homologuée par les instances du football concernées et dont la responsabilité semble ainsi engagée. Parallèlement, cette décision se montre absolument injuste et immorale. Elle va à l’encontre de toute considération éthique et sportive.
 
Par cet appel, le LOSC compte sur les instances fédérales pour trouver une issue juste et morale à cet imbroglio administratif et rétablir l’éthique sportive afin que soit définitivement et logiquement attribuée aux joueuses du LOSC leur première place au classement et leur promotion dans l’élite gagnées loyalement et collectivement avec travail, talent et mérite, sur le terrain.