Quel état de forme pour les deux équipes ?

Lancés du bon pied en Champions League après leur nul inaugural contre Wolfsburg (0-0) mardi au Stade Pierre Mauroy, les Dogues veulent poursuivre sur leur lancée ce samedi à Bollaert, dans leur deuxième match de la semaine. De son côté, le RC Lens, actuel 5ème de Ligue 1, est toujours invaincu en championnat. Les Sang et Or ont concédé trois nuls et gagné deux matchs. En cas de succès à Bollaert, le LOSC se replacerait au contact de la première moitié de tableau.

 

 

Des statistiques... contradictoires

Le RC Lens n’a toutefois remporté aucune de ses 4 dernières réceptions en Ligue 1 (3 nuls, 1 défaite), mais n’a plus enchaîné 5 rencontres sans succès à Bollaert depuis février-avril 2011 (6). Dans le même temps, le LOSC n’a remporté aucun de ses 3 derniers matchs à l’extérieur en Ligue 1 (2 nuls, 1 défaite), après avoir remporté 12 des 13 précédents (1 nul). Difficile d'aborder ce prochain derby à travers le prisme de ces statistiques, donc.

 

113, au summum

Ce Lens-Lille s’inscrit donc comme le 113ème match entre les deux voisins nordistes à travers l’Histoire, toutes compétitions confondues. Le bilan ? Il est en faveur du LOSC (44 victoires pour 34 nuls et 34 défaites).

Icon_win_200909_01_12.jpg
Pierre-Emerick Aubameyang face à Samba Sow, le 20 septembre 2009 (RCL-LOSC : 1-1)

 

L’ADVERSAIRE À SURVEILLER : JONATHAN CLAUSS

Le défenseur lensois, Jonathan Clauss, affiche la plus haute valeur d’Expected Assists en Ligue 1 en 2021 (6.72), témoignant de la qualité des dernières passes qu’il délivre à ses coéquipiers.



Le Dogue à suivre : Benjamin André

Dans l'entrejeu, Benjamin André a récupéré 2 088 ballons en Ligue 1 depuis ses débuts en 2011-2012. Ne cherchez pas, c'est au moins 630 de plus que tout autre joueur actuellement présent dans l’élite sur la même période. Samedi encore, ils era certainement l'une des chevilles ouvrières du milieu de terrain lillois.

Icon_AB1_0313.jpg

 

Souvenez-vous

4 + 3, ça fait 7. La saison dernière, le LOSC a marqué à sept reprises face à son voisin. Après le brillant (et indiscutable) 4-0 du match aller au Stade Pierre Mauroy, le 18 octobre 2020, Burak Yilmaz et ses partenaires l’ont emporté 0-3 à Bollaert au retour, le 7 mai dernier. Sans contestation possible.

 

 

La stat’

3 comme le nombre de buts inscrits par Burak Yilmaz face au RC Lens, en 2 matchs. L’homme qui a déjà disputé plusieurs dizaines de derbies en Turquie sous les maillots de trois grands clubs d’Istanbul (Fenerbahçe, Besiktas, Galatasaray) a montré à quel point il savait répondre présent dans les grands rendez-vous. Celui de ce samedi en est un.

 

Le saviez-vous ?

Le dernier RCL-LOSC à Bollaert et en public ? C’était il y a 11 ans, le 11 septembre 2010 (victoire lilloise 1-4). Depuis, le Racing a évolué en Ligue 2 avant de brièvement remonter en 2014-2015. Mais cette saison-là, le derby s’était tenu au Stade de France en raison des travaux à Bollaert (1-1, 07/12/14). Les Sang et Or sont ensuite redescendus en L2 avant de retrouver l’élite en 2020-2021 pour un derby dans l’entre lensoise… Mais à huis-clos, cette fois, en raison de la situation sanitaire.

Icon_win_110910_03_14.jpg
Pierre-Alain Frau, double buteur à Bollaert le 11 septembre 2010 (RCL-LOSC, 1-4)

 

Hier encore, ils étaient Lillois

Pegguy Arphexad, Éric Assadourian, Dagui Bakari, Guillaume Bieganski, Jules Bigot, Roger Boli, François Brisson, Philippe Brunel, Roger Carré, Bernard Chiarelli, Roland Clauws, Daniel Delangre, Fernand Devlaminck, Arnaud Dos Santos, Georges Duffuler, Pascal Françoise, Pierre-Alain Frau, Baptiste Guillaume, Dorian Klonaridis, Guy Lacombe, Michel Lafranceschina, Bernard Lama, Pierre Lechantre, Jean Luczak, Pierre Mankowski, René Marsiglia, Jean-Pierre Mottet, Juan Mujica, Slavo Muslin, Jean-Claude Nadon, Pascal Nouma, Edmond Novicki, Philippe Piette, Pascal Plancque, Thierry Rabat, Loïc Rémy, Nolan Roux, Antoine Sibierski, Alain Tirloit, Wilhelm Van Lent, Enzo Zamparini,

Icon_noe_301012_36_37.jpg