Jocelyn Gourvennec

« C’était un scénario très violent, cruel, bien sûr. Il s’explique, je pense, de deux manières, en deux temps qui impactent le scénario du match. Il y a d’abord deux décisions de l’arbitre, la première sur Burak, car il y penalty sur Burak avec un pied en avant de Biancone, qui touche le ballon, mais aussi le pied. Et un pied en avant à 1m50 de haut, c’est penalty. Et la deuxième décision, c’est qu’il y a une simulation manifeste de Dingomé, qui n’est pas touché. Alors que l’arbitre ne le parvienne pas à le voir, je peux comprendre, mais qu’à la VAR, on valide le penalty, c’est incompréhensible pour moi. Ça c’est le premier temps qui impacte le résultat et le fait qu’on soit menés à la mi-temps. »

« Et le deuxième temps, c’est nous qui nous mettons à la faute, très clairement. D’abord par Renato qui prend jaune puis rouge. Nous sommes alors à 10 et menés au score. Puis il y a ce deuxième penalty et ce deuxième carton rouge que je trouve très sévère. Mais nous n’avons pas montré le contrôle émotionnel qu’impose ce genre de match. La frustration a pris le dessus et c’est là-dessus qu’on s’est mis à la faute. On peut s’en prendre qu’à nous même. C’est aussi assez troublant de voir qu’il y a eu 3 penalties aujourd’hui, aucun pour nous, au moment où en face, ils le réclamaient fort. Ils ont communiqué là-dessus cette semaine. Donc c’est une très mauvaise après-midi, pas du tout celle qu’on souhaitait. Nous avions le contrôle du match en première mi-temps, nous n’étions pas mis en danger. C’est un scénario totalement improbable. C’est dur à avaler car on voulait vraiment confirmer notre victoire contre Strasbourg. »

« On doit être professionnels, on doit respecter notre club. Nous avons démarré la saison en gagnant le Trophée des Champions et même si on n’est pas dans les clous sur le plan comptable, on doit aborder les derniers matchs avec beaucoup de professionnalisme et de dignité. Nous devons bien finir cette saison en dents de scie. Je n’ai pas envie que le bilan de fin de saison se réduise à un derby perdu et une fin de saison mal maitrisée. Il faut retrouver de la sérénité pour bien terminer. Tant qu’il y aura des points en jeu, on ira jusqu’au bout. Peut être qu’on va finir sur les jantes, mais on se battra jusqu’au bout. »

Icon_BAP_010522_93_034.jpg