Rudi Garcia (Entraîneur du LOSC)

Toujours particulier. « Le vrai derby du Nord c’est Valenciennes, même si chaque année, on a l’impression de répéter les mêmes choses à propos de ce rendez-vous. On a aussi la sensation que la notion de derby se perd un peu, pour la simple raison qu’il y a de moins en moins de joueurs du cru dans les équipes. Pour les supporters, ce rendez-vous est toujours important, d’autant qu’il intervient dans une période durant laquelle nous avons envie de continuer notre série et de rester sur le podium. »

Seulement le derby en tête. « On s’apprête à affronter une équipe valenciennoise un peu en difficulté au classement. Nous savons qu’il s’agira d’un match disputé mais notre groupe est ambitieux. Le fait d’avoir su se qualifier cette semaine contre Sedan en gérant les temps de jeu des uns et des autres devrait nous éviter la fatigue. Depuis le début de saison, mes joueurs ont montré qu’ils donnaient tout dans les rencontres qui précèdent les échéances en Champions League. Je vais donc leur demander de ne pas changer… »

Tous les ingrédients réunis. « J’ai vu le dernier Valenciennes-Sochaux (3-0) au stade du Hainaut. Cette enceinte est une vraie réussite. Ce sera sympa d’y jouer dimanche, d’autant que l’ambiance sera bonne. Cela va nous changer de Nungesser, même si l’atmosphère y était particulière de par son histoire. En termes de confort pour les spectateurs, mieux vaut tout de même jouer au stade du Hainaut. »

Inverser la tendance à l’extérieur. « Depuis quelques années, nous avons pris l’habitude de ne plus perdre sur la pelouse d’équipes chez qui nous n’étions pas en réussite. On l’a par exemple vu cette saison à Auxerre (1-3). Alors si nos statistiques ne sont pas bonnes à Valenciennes, il faut que ça change. »

Des rapports amicaux. « Même si je le connais peu, j’apprécie Daniel Sanchez. J’aimais déjà beaucoup le joueur qu’il était et j’ai suivi le travail qu’il a réalisé au FC Tours. Je suis content de le voir en Ligue 1 et qu’il puisse montrer à tout le monde qu’il est un bon technicien. Je le croiserai avec beaucoup de plaisir dimanche. »

Continuer la série. « Si nous sommes invaincus à l’extérieur, c’est peut être parce que nous savons quels ingrédients mettre dans ce genre de rencontre. Soyons à 100% de notre jeu et de notre motivation, on multipliera nos chances de nous rapprocher des trois points. Nous avons été menés au score à Bordeaux (1-1), Saint-Etienne (1-3) et Auxerre (1-3) avant d’arracher le nul ou de l’emporter. »

Mickaël Landreau (Gardien de but du LOSC)

Le chat noir Nungesser ? « Nous avons à cœur de nous montrer réguliers et de pouvoir rester dans une dynamique positive. Depuis quelques semaines on mesure pleinement l’importance des résultats en championnat pour bien préparer les autres compétitions. Ça n’a pas été simple pour nous ces dernières années à Valenciennes. On espère que ce manque de réussite était surtout dû à Nungesser et que tout va maintenant changer. »

Derby entre amis. « Valenciennes est une équipe avec laquelle on a beaucoup d’affinités. À titre personnel, je m’entends très bien avec Nicolas Penneteau et Jean-Louis Leca, sans doute grâce au rapprochement qui existe avec Christian Mas, l’entraineur des gardiens et Greg Wimbée qui était encore valenciennois la saison dernière. À chaque fois, les VAFC-LOSC sont des rencontres serrées et engagées mais plutôt saines. Il n’y a aucune animosité. On a hâte de jouer ce match-là. »

Un équilibre trouvé. « Dans l’ensemble, tout ce qu’on réalise cette saison est cohérent. Nous ne possédons pas un domaine dans lequel nous déplorons de grosses carences et un autre où nous sommes en surrégime. On est complet, notre jeu a un petit peu évolué compte tenu des qualités des uns et des autres. »

VAFC-LOSC, c’est ce dimanche (coup d’envoi à 21 heures) au stade du Hainaut.