Retour à leur pain quotidien, celui de la Ligue 1 ! Tandis qu’octobre pointe le bout de son nez, les Dogues reçoivent Montpellier au Stadium, trois jours après leur nul obtenu en terres belges contre le KAA Gent (1-1), en UEFA Europa League. Devant des Héraultais déjà dotés de 11 points au classement (autant que le LOSC), les Nordistes comptent bien renforcer leur série d’invincibilité autant que leur spirale positive en championnat. Pour ça, Rudi Garcia a décidé de reconduire son système tactique en 4-3-3. Sow, Frau et Gervinho sont positionnés aux avant-postes, soutenus par le trio Mavuba-Cabaye-Chedjou. Incisifs à la récupération, les Loscistes démarrent la partie avec enthousiasme, monopolisant largement le cuir dans le camp pailladin. Lillois le plus dangereux de ce début de match, Sow parvient à valider la nette domination de son équipe. Sur une longue transversale en cloche de Debuchy, Rami remise du haut du crâne pour l’international sénégalais, dont le coup de tête plongeant au second poteau trouve le chemin des filets (1-0, 19è).

Moussa Sow fait son show !

Piqués au vif, les Montpelliérains répliquent dans la foulée. Sur un contact entre Debuchy et Camara en pleine surface de réparation nordiste, M.Turpin désigne le point de penalty. Stupéfait, le Stadium assiste, impuissant, à l’égalisation de Giroud, lequel prend Landreau à contre-pied (23è, 1-1). Malchanceux, les Dogues le sont quelques instants plus tard. Le missile de Cabaye des 25 mètres (25è), puis le retourné acrobatique de Sow au point de penalty, s’écrasent tous deux sur la barre transversale (30è). Survolté, l’ancien attaquant rennais n’a pas dit son dernier mot. Lancé depuis l’entrejeu par Rami, il devance la sortie de Jourdren et redonne l’avantage au LOSC, d’un plat du pied lobé tout en finesse (33è, 2-1). Le match demeure assez ouvert. Gervinho, contré par le portier montpelliérain (34è), ou Giroud, dont la frappe enroulée termine sa course à ras du montant droit de Landreau (36è), sont tout près de faire mouche. Capté par le portier pailladin, le coup de tête de Frau au second poteau, suite à un corner de Cabaye, vient quant à lui parachever une première période de grande qualité. 2-1 pour le LOSC à la pause.

Les Dogues guettent l’ouverture

Loin de se relâcher, les Dogues reprennent la partie avec les mêmes intentions. Le tir de Frau en pleine course est stoppé par Jourdren (48è), tout comme l’est celui de Pitau face à Landreau (50è). Nouveau meilleur buteur du LOSC en Ligue 1 (4 réalisations), Sow est tout près de signer le hat-trick sur un centre venu de la gauche qu’il ne parvient pas à convertir au point de penalty (53è). Devant la volonté affichée par les hommes de René Girard, les Lillois s’attèlent à gérer leur avantage au score tout en essayant de s’immiscer dans la moindre brèche offerte par leur adversaire du jour. Le danger, il est pourtant porté par les Pailladins, comme sur cette tentative à ras de terre de Belhanda échouant à quelques centimètres du poteau gauche de Landreau (63è). Désireux de renouveler ses batteries offensives, Rudi Garcia procède à deux changements. Hazard remplace Frau (66è), puis Dumont supplante Cabaye au milieu de terrain (74è).

Banco pour le duo Hazard-Gervinho

À dix minutes du terme, le LOSC veut tuer le match. Pour ça, il possède deux armes particulièrement efficaces. La première se nomme Hazard et part seule sur le côté gauche, balle au pied avant de servir sur un plateau la seconde, Gervinho. D’un plat du pied plein de sang froid, l’Ivoirien trompe Jourdren (3-1, 81è). Auteur d’un doublé et d’une prestation particulièrement aboutie, Sow cède sa place à Vandam (81è), recevant par la même occasion une standing ovation du Stadium. Sereinement, les partenaires de Rio Mavuba effectuent les efforts suffisants pour annihiler les dernières intentions héraultaises, comme ce tir en pivot de Giroud capté par Landreau (91è). Par ce  brillant succès à domicile, les Lillois montent sur la troisième marche du podium. Tout un symbole !