Cela faisait presque un an jour pour jour qu’ils n’avaient plus goûté à une demi-finale de Coupe de la Ligue (3 février 2015, LOSC-PSG, 0-1). Autant dire qu’en vrais habitués de ce niveau dans l’épreuve (3e demie en 3 ans), les Lillois étaient parés, motivés, assez expérimentés pour défier une équipe bordelaise impitoyable il y a dix jours en terres girondines (16 janvier, 1-0). Une revanche à prendre, un blason à redorer alors que les trois derniers matchs lillois se sont soldés par autant d’échecs, quoi de mieux pour rebondir que de décrocher le précieux sésame permettant de s’ouvrir les portes du Stade de France ?

Quand Benzia va, tout va

Mais d’abord, qui dit événement exceptionnel, dit ambiance des grands soirs ! L’enceinte villeneuvoise résonne drôlement bien en ce soir de fin janvier. Ça se sent, tout le monde espère une heureuse qualification… qu’il va falloir aller chercher ! Les hommes de Frédéric Antonetti le font comprendre d’emblée, ils la veulent à tout prix, arc-boutés sur les buts bordelais dès l’entame de match. Cinq minutes de va-et-vient incessants… et déjà une récompense : Benzia s’ouvre les buts plein axe, sa frappe bien aidée par la déviation du défenseur finit au fond de filets (1-0, 7’). Impact maximal ! Déterminés, hargneux dans le bon sens, voire survoltés, les Dogues ne laissent pas leur proie respirer : Bauthéac centre pour Benzia, la reprise en tacle glissé passe d’un cheveu à droite (15’)…

Une frayeur… suivie d’une sacrée ferveur !

Les actions s’enchaînent sur le but de Prior, mais ni Balmont (20’), ni Sidibé, buteur "hors-jeu" (21’), ni Soumaoro et Obbadi (22’) ne parviennent à faire le trou. Dommage, car le LOSC domine de la tête et des épaules. Sauf que décidément, rien ne sera épargné aux Nordistes en cette période, en atteste la perte de balle fatale de Soumaoro, dont profite un Chantôme à l’affût (1-1, 34’). Même la splendide réaction d’orgueil sur un contre conclu par Lopes ne trouve pas la lumière (38’). Alors, à quoi s’en remettre ? À un but venu du ciel ? C’est quasiment le cas, sur ce lob magistral de Lopes qui permet aux Dogues de reprendre les devants ! (2-1, 42’) Et derrière ? Ça déroule ! Coup-franc de Lopes sur la tête de Civelli qui trouve… Soumaoro : le défenseur central se rattrape de son erreur et cette fois, fait le break ! (3-1, 44’) Et ce n’est pas fini : peu après la reprise, Bauthéac vient subtilement placer un extérieur du pied gauche pour enfoncer le clou ! (4-1, 56’) Trois buts d’avance à l’heure de jeu, une gestion totale des débats, la route vers la finale ne fait que s’éclaircir au fil des minutes pour le LOSC. Cerise sur le gâteau ? Ce déboulé de Tallo qui sert Boufal, pichenette de ce dernier et clou du spectacle pour une finale amplement méritée ! (5-1, 90’+2) C’est terminé, les Dogues filent vers le Stade de France et battent Bordeaux sur un score qui rappelle 1985... Tout simplement magique !

Feuille de la ½ finale de la Coupe de la Ligue - Saison 2015-2016

Mercredi 26 janvier, 21h

LOSC - FC Girondins de Bordeaux 5-1 (3-1)
Stade Pierre Mauroy, temps doux et sec, toit fermé, 25 000 spectateurs environ

Arbitre : Clément Turpin

But : Benzia (7’), Lopes (42’), Soumaoro (45’), Bauthéac (56’), Boufal (90’+2) pour le LOSC ; Chantôme (34’) pour le FC Girondins de Bordeaux
Avertissements : Obbadi (45’+1) pour le LOSC ; Khazri (44’), Sané (51’) pour le FC Girondins de Bordeaux

LOSC
Enyeama - Corchia, Soumaoro, Civelli, Sidibé - Balmont (c) (Pavard, 75’), Amadou, Obbadi - Bauthéac, Benzia (Tallo, 83’), Lopes (Boufal, 89’)
Entraîneur : Frédéric Antonetti

FC Girondins de Bordeaux
Prior - Poko (Sané, 25’), Guilbert, Yambéré, Contento - Plasil (c), Chantôme, Traoré - Rolan, Crivelli, Khazri
Entraîneur : Willy Sagnol