Rudi Garcia (Entraîneur du LOSC)

« Alors qu’on n’a que deux points après quatre journées - ce qui est très faible -, deux victoires seront suffisantes pour nous qualifier : ce nul entre Trabzonspor et Moscou est la bonne nouvelle de la soirée. Hormis cela, concernant le match, on a manqué de capacité d’accélération dans les trente derniers mètres, ce qui n’est pas si étonnant puisqu’on a joué il y a trois jour seulement, pendant que l’Inter a compté un jour de récupération de plus. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne nous a pas mis dans les meilleures dispositions pour aborder ce match-là. Après, cela fait deux fois qu’on rencontre l’Inter Milan, en perdant à chaque fois, la marche est donc un peu trop haute pour nous, même si on a l’impression d’avoir effectué deux rencontre similaires, c’est-à-dire en étant plutôt bien dans le jeu, sans être efficaces dans les zones de vérité. Le haut niveau est une affaire de détails et sur le premier but, on ne se met pas vite en place, le marquage n’est pas respecté. On laisse alors cette équipe intériste mener au score et on sait combien elle adore ça, car elle défend très bien ensuite. »

« On avait mis un plan de jeu en place : laisser sortir les Italiens pour avoir des espaces à exploiter, c’est pour ça que Jelen a été titularisé. Mais j’ai trop peu vu cette recherche de la profondeur et donc le respect du plan de jeu en première période, tant que le score était à 0-0. Une fois que l’Inter a mené, nous avons dû changer notre fusil d’épaule. L’entrée de Tulio De Melo nous a amené de la présence dans la surface et dans les airs. Sans lui, nous aurions pu centrer pendant quatre-vingt-quinze minutes sans jamais mettre en difficulté cette défense centrale de qualité dans le jeu de tête. Je n’éprouve aucun regret par rapport à la tactique mise en place. On sait que cette équipe de l’Inter est très dense dans l’axe et qu’elle ouvre les côtés. Elle se le permet car elle ne craint pas les centres. On a été meilleur en deuxième mi-temps, comme à l’aller.  »

« L’Inter est un grand d’Europe. En Champions League, les Intéristes sont présents et devants comme prévu. Maintenant prouvons que nous sommes du niveau des équipes des deuxième et quatrième chapeaux, ce qui veut dire gagner à Moscou et contre Trabzonspor à domicile. On a notre destin entre nos mains, on sait ce qu’on doit faire pour terminer deuxième de cette poule. On est inexpérimenté mais soyons tous convaincus qu’on puisse élever notre niveau. »

Franck Béria (Défenseur du LOSC)

« J’ai envie de dire que c’est une mauvaise soirée avec la défaite, qui reste toutefois chanceuse puisque la qualification est à portée de main. Ce qui est décevant, c’est de voir toute la débauche d’énergie, d’envie qu’on met depuis le début de cette compétition, sans qu’on soit vraiment récompensé de nos efforts. Mais c’est la différence entre une équipe d’expérience en Champions League et nous qui apprenons. Si on veut mériter de passer, ça passe par deux victoires face à des formations qui sont abordables. L’expérience a fait la différence mais pas seulement : la qualité aussi, que ce soit dans le jeu dos au but, l’absence de déchet technique, les contrôles et les passes réalisés à la perfection. Il n’y a pas de place au hasard face à une équipe comme l’Inter. »

Tulio De Melo (Attaquant du LOSC)

« On était bien rentré dans ce match, en posant des problèmes à cette formation intériste, jusqu’au moment où, comme les grandes équipes savent le faire, les Milanais ont débloqué la situation sur un coup de pied arrêté. Avec cet avantage, les Italiens se sont sentis plus sereins dans la partie, en faisant beaucoup tourner le ballon. Je garde quand même en mémoire le bon état d’esprit qu’on a montré dans ce match. D’un point de vue personnel, je suis ravi d’avoir marqué. C’est un but qui nous a donné beaucoup d’espoirs de revenir à 2-2, même si ça n’a pas été le cas. Heureusement, l’autre résultat de la soirée nous convient et nous laisse en course pour la qualification pour les phases finales. »

Claudio Ranieri (Entraîneur du FC Internazionale Milan)

« Ça n’a pas été une partie aussi facile que ça car on savait que Lille ne perdait pas beaucoup à l’extérieur et restait sur treize matchs sans défaite hors de ses bases. Les Lillois cherchaient à poursuivre leur série et à se relancer dans cette Champions League. Ce fut donc une victoire importante pour mon équipe. Nous savions que Lille pouvait utiliser un 4-3-3 ou un 4-4-2. L’expérience de mes joueurs a peut-être pu faire la différence. N’oublions pas que je possède une équipe championne d’Europe et championne du monde. On doit continuer à jouer de la sorte, avec des emblèmes comme Milito qui, même s’il a raté des occasions, a finalement marqué. Nos supporters nous ont aussi beaucoup aidés à décocher la victoire. Je crois que notre niveau physique s’améliore. Je suis satisfait de tous les joueurs, de ma défense, avec un Zanetti extraordinaire. »