Jamais loin de l’essentiel : le football

« Mon nouveau rôle se veut assez transversal. Il s’agit de travailler en lien avec la direction, de la représenter le cas échéant, mais aussi d’effectuer une passerelle auprès des joueurs et du staff, de façon à subvenir à leurs besoins. C’est pourquoi j’agirai en étroite collaboration avec plusieurs services, qu’il s’agisse de l’organisation, des opérations ou des médias. Ce sont des personnes de l’ombre très importantes dans le fonctionnement du club. Je vais apprendre des uns et des autres dans différents domaines. Et ça, c’est très motivant, car je vais maintenir un certain niveau d’adrénaline en restant au contact de ce que j’aime le plus, à savoir le football. »

170623beria02.jpg
 

Avec humilité et enthousiasme

« Dans un groupe, il existe des règles de vie à respecter. Je m’y suis attelé pendant toute ma carrière de joueur. Il s’agit de véhiculer une image, des valeurs propres au LOSC. Luis Campos a estimé que j’étais une personne capable de remplir ce rôle-là. Le plus important pour moi sera de ne jamais interférer avec qui que ce soit, de rester à ma place, de ne pas perturber le travail des joueurs, du staff, qui représentent le moteur du club. Je suis novice dans ce métier. Aujourd’hui, je n’ai jamais fait que du football. J’aborde donc cette aventure avec beaucoup d’humilité, en essayant de me nourrir de l’expérience de Luis Campos et Marc Ingla qui seront mes référents. »
 

Une suite logique ?

« Quelque part, j’aborde cette nouvelle carrière comme une suite. J’estime avoir eu beaucoup de chance en tant que joueur. Depuis que je suis ici, j’ai toujours senti un renouveau, une attractivité, un objectif bâti sur une perpétuelle progression. Et ça, c’est exceptionnel à vivre pour un joueur, surtout dans le même club pendant dix ans, avec des entraîneurs et des directions différentes. »

170623beria03.jpg
 

Le choix de raccrocher les crampons

« C’est moi qui ai décidé d’arrêter ma carrière. C’est un choix. Je n’étais ni blessé, ni en bout de course, ni sans opportunités. J’ai reçu cette proposition de la part du club avec énormément de fierté. Je n’ai jamais eu, dans mes différents contrats, de certitude quant à mon après-carrière. Le club ne me devait rien, aucune reconversion. Et là-dessus, je n’ai jamais menti, je me suis toujours focalisé sur le terrain, sans jamais me projeter au-delà. Alors oui c’est vrai, je ne suis plus footballeur. Je n’ai pas encore assez de recul pour regretter que ma carrière de joueur soit terminée. À l’heure actuelle, je ne ressens aucun manque, je me trouve vraiment là où je veux être, à savoir dans le domaine sportif. Je continuerai à transmettre des valeurs. Simplement, je ne le ferai plus comme coéquipier. »
 

Fier d’avoir écrit un bout de l’histoire

« Mon attachement pour le LOSC, je l’avais déjà en tant que joueur. Ce club m’a énormément apporté. J’ai la chance de faire partie d’une progression. Je me rappelle que quand je suis arrivé en 2007, on se changeait là-bas, au fond dans les préfabriqués (il montre l’entrée du Domaine de Luchin). Le site était en cours d’aménagement. Je ne suis pas arrivé au pire moment, il ne faut pas se faire passer pour ce qu’on n’est pas. Avant ma génération, des gens ont aussi contribué à faire ce que le LOSC est aujourd’hui. Mais je suis heureux et fier d’avoir fait partie de la suite, d’avoir écrit un mini-bout de l’histoire. »
 
Un grand merci à Franck Béria pour sa disponibilité. On lui souhaite le meilleur dans ses nouvelles fonctions au cœur de ce beau et grand projet #LOSCUnlimited.

170623beria04.jpg