Michel Seydoux, bonjour. Quel est votre rôle et en quoi consiste votre mission sur la renégociation des droits audiovisuels de la Ligue 1 ?

J’ai été mandaté par les présidents des clubs professionnels pour piloter le dossier visant à développer une approche novatrice de la question audiovisuelle de notre championnat. Avec plusieurs experts, nous allons proposer un plan d’action pour redéfinir le "produit Ligue 1" et comprendre les nouvelles habitudes de consommation (et leurs évolutions) de nos téléspectateurs. Il est certain que je me sers de mon expérience de Président de club, d’homme de l’audiovisuel et de Président de la commission marketing de la LFP pour conduire ce projet.

Cette mission se matérialise de quelle manière ?

Nous allons mener des études économiques et marketing, avec l’objectif d’offrir à la Ligue 1 la meilleure exposition possible. La première concerne la création d’une chaîne de football sur la TNT. La seconde consiste à analyser l’état actuel du produit, de façon à formuler de nouvelles propositions que j’espère révolutionnaires et de le faire évoluer afin de répondre aux attentes de nos publics.

Comment est perçue cette volonté de redéfinir le format du championnat chez les représentants des autres clubs ?

Pour la première fois, les clubs sont tous concernés par la façon dont nous allons faire évoluer ce championnat. Aujourd’hui, la prise de conscience est forte. J’ai une immense confiance en ce "produit Ligue 1", le seul feuilleton français à vivre en live, et dont le suspense est toujours garanti.

Quelles sont les pistes étudiées ?

Il n’existe aucune limite dans notre réflexion, sauf celle de respecter le sens éthique du sport. La Ligue 1 à 18 clubs, les play-offs, la mise en place d’une licence pour accéder à l’élite en fonction d’un cahier des charges précis sont autant d’hypothèses de réflexion que nous devons mener. Quoi qu’il en soit, nous allons être exigeants vis-à-vis de nous même, n’hésitant pas à adopter des mesures fortes pour améliorer la compétitivité de notre championnat et le rapprocher de ses voisins européens en termes de chiffre d’affaire. Prenons notre destin en main ! Cela passe notamment par un appel d’offre réussi pour les droits TV.

Quand espérez-vous obtenir les premiers résultats ?

On espère terminer ce travail de brassage d’ici la fin de l’année 2010. Nous émettrons alors des propositions pour qu’un consensus acceptable soit trouvé entre les représentants des clubs français. Nous pourrons ensuite entrer dans la seconde partie de la mission qui consistera à concevoir les lots avec la collaboration de nos juristes. Enfin seulement, nous pourrons lancer l’appel d’offre aux potentiels acquéreurs de la Ligue 1.

Merci Michel Seydoux.