Un stage pas comme les autres chez les Bleues

 
Floriane Azem   : « Cette convocation en Équipe de France B était une grande première pour moi. Jusqu’ici, j’avais simplement été appelé chez les U19. Mon sentiment ? J’étais à la fois contente et stressée (rire). Le stage s’est bien passé, il y avait beaucoup d’intensité lors des séances d’entraînement. Je ne retiens que du positif de cette expérience. »
 
Jessica Lernon : « Pour moi, c’est la seconde fois. J’avais été en Équipe de France militaire en octobre 2015, puis avec les B en avril dernier pour le match en Serbie (0-2). Je suis aussi très satisfaite, car comme l’a dit Floriane, il y avait beaucoup d’intensité au sein d’un groupe où il n’y avait quasiment que des joueuses de D1 (sur les 26 filles convoquées, 7 seulement évoluent en D2). C’est un autre niveau, même si j’ai déjà connu l’élite du foot féminin pendant trois saisons avec Arras. Ça joue en trois touches de balle maximum. Ça nous permet de progresser. »
 

 

Le maillot de l’Équipe de France


Floriane Azem : « C’est une fierté de représenter son pays. On est contente de porter ce maillot. On veut l’honorer au mieux en se montrant à la hauteur sur le terrain. C’est le but de toute joueuse de revêtir un jour cette tunique bleue. »
 
Jessica Lernon : « C’est certain, on a un objectif collectif avec le LOSC, mais je pense aussi que chaque joueuse possède un objectif individuel, avec en ligne de mire l’Équipe de France. Alors quand on a la chance de porter cette tunique, on profite de chaque instant et ensuite, on la garde bien au chaud (elle sourit). »

161228azemlernon02.jpg
 

Floriane vs Jessica, ça donne quoi ?


Floriane Azem : « Après deux séances, une basée sur le jeu et l’autre sur des spécifiques attaque/défense, on a fait une opposition entre nous, même si au début, on devait jouer contre l’Équipe de France Universitaire. On a eu le droit à trois mi-temps de vingt-cinq minutes. »
 
Jessica Lernon : « Et on n’était pas dans la même équipe (elles se marrent). Mais cette opposition était intéressante, même si je n’ai pas forcément joué à mon poste de prédilection tout au long du match. À un certain moment, je me suis même retrouvé milieu gauche, après avoir évolué en latérale, à droite et à gauche. »
 
Floriane Azem : « Moi, ça va, j’ai joué dans les buts durant toute la partie (rires). J’ai été sollicitée plusieurs fois et je n’ai pas pris de but. J’étais donc satisfaite. »

 

 

Un regard sur l’Équipe de France A


Jessica Lernon : « Les A étaient à Clairefontaine en même temps que nous. Nous avons donc été les voir plusieurs fois à l’entraînement. C’est carrément un autre monde, le fossé est énorme. On voit qu’elles sont habituées à jouer ensemble, les automatismes sont là. C’est impressionnant. Les consignes du nouveau sélectionneur (Olivier Echouafni) sont très claires. Il arrête chaque phase de jeu pour replacer ou corriger. Ça donne envie d’y aller un jour… »

161228azemlernon03_0.jpg

 
Floriane Azem : « Carrément, oui. Mais il faudra d’abord accéder à la D1 avec le LOSC pour espérer y prétendre un jour. Et il reste beaucoup de travail à faire. »
 
Jessica Lernon : « Toute joueuse aimerait être en Équipe de France. Le fait d’être en B est déjà une bonne chose, c’est une belle étape.  D’ailleurs, Olivier Echouafni est venu voir l’opposition, il a pris des notes… »

Le LOSC et les Bleues

 
Jessica Lernon : « On nous a posé beaucoup de questions sur la section féminine du LOSC. On leur a expliqué le fonctionnement, même si l’entraîneur de l’Équipe de France B (Jean-François Niemezcki) connaît très bien Lille, il vient souvent voir nos matchs de championnat d’ailleurs. Tout le monde nous imagine déjà en D1, mais il ne faut se projeter si loin, la saison est longue. » 
 
Floriane Azem : « Le jour où la liste est sortie, c’est Jules-Jean (Leplus) qui me l’a appris. Je ne le croyais pas au début. Et quand je suis arrivée dans le vestiaire pour l’entraînement, toutes les filles m’ont applaudie. Elles nous ont félicitées et étaient contentes pour nous. »

161228azemlernon04_0.jpg

 
Jessica Lernon : « Un pression supplémentaire ? Non, on veut juste essayer d’être tout le temps à 100% voire plus, pour se montrer à la hauteur de ce maillot. On doit être concentrées à l’entraînement ou en matchs. La suite ? Il y a deux stages prévus en janvier et en mars, un tournoi en Croatie est au programme, avec 4 rencontres. »
 
Floriane Azem : « On va d’abord continuer à bosser à fond avec le LOSC et après seulement, on regardera la liste au mois de janvier. »