p16_Asloum1.pngUne salle mythique pour un événement hors norme

« Organiser cet événement au Zénith est un vrai challenge pour nous qui essayons de mettre la boxe à l’honneur à travers cette réunion d’un niveau international. On pourra notamment y voir de nombreux boxeurs professionnels originaires des Hauts-de-France, comme Mathieu Bauderlique, médaillé de bronze aux derniers J.O., mais aussi à Licia Boudersa, championne du monde et originaire de Lille. Je pense également au Picard Yvan Mendy, ainsi qu’à d’autres boxeurs très talentueux venus de la métropole lilloise et de Belgique. Le public lillois a donc aujourd’hui la chance de voir à la maison des champions internationaux, dans plusieurs catégories, à des niveaux différents, sans oublier un combat féminin d’envergure, puisqu’il y a un titre mondial à la clé. »
 

Une deuxième ceinture mondiale pour la Lilloise ?

« Licia Boudersa est une boxeuse qui possède de grosses qualités, mais aussi une importante marge de progression. Depuis son titre mondial WBF en septembre dernier, elle est entrée dans le grand bain. Maintenant, en tant que tenante d’une ceinture mondiale, elle est "la fille à battre". C’est donc ce qui va lui permettre de hausser son niveau, car elle n’aura pas le choix si elle veut conserver son titre. Elle va se faire challenger par des boxeuses du monde entier. Jeudi, elle tentera de conquérir la ceinture IBO, une autre fédération. »
 

Le Noble Art comme école de la vie

« Il faut savoir que la boxe est avant tout un sport d’opposition. L’objectif est de toucher sans se faire toucher. Le punch seul ne suffit pas, tout est question de technique. C’est aussi un sport qui permet aux plus jeunes de développer la coordination entre les jambes et le reste du corps, qui donne confiance en soi. Je suis d’ailleurs bien placé pour en parler puisque j’étais quelqu’un d’extrêmement timide. À 16 ans, je faisais 1m42 pour 34kg. Une crevette. La boxe m’a aidé à me construire et dans ce sport, ce n’est pas le plus fort qui gagne, c’est le plus malin, le plus stratège. Quand tu te trouves sur le ring, entre 16 cordes, tu ressens un instinct de survie, tu "renifles" ton adversaire en essayant de déceler ses failles, ses peurs. Tu guettes la moindre attitude, le moindre regard. »

190314Asloum1.png
 

Le ballon rond ? Son premier amour

« Le foot a été mon tout premier sport. J’ai joué à l’Association Sportive Portugaise de Bourgoin-Jallieu, un club de quartier de la ville d’où je suis originaire. J’avais même participé aux détections pour intégrer l’équipe d’Isère. J’évoluais latéral ou numéro 6. J’avais trois poumons, si je ne voulais pas que tu passes, tu ne passais pas (sourire). Plus sérieusement, mon papa ne voulait pas qu’on traine dehors, il nous a donc incités à faire beaucoup de sport. Du foot, du hand, du rugby, puis la boxe. À un moment j’ai dû faire un choix et vu que j’étais champion de France scolaire en boxe, j’ai choisi les gants. Progressivement, je me suis rendu compte que j’étais fait pour les sports individuels. Quand je gagne, c’est grâce à moi, mais si je perds, c’est à cause de moi. »

 

Foot, boxe : des valeurs communes

« Il existe pas mal de valeurs communes entre les footballeurs et les boxeurs, mais aussi tous les sportifs de haut niveau. La première chose que je dis aux enfants qui veulent se lancer dans un sport, c’est de prendre du plaisir. Car sans passion, tu ne peux pas te faire mal. Et pour réussir dans une discipline, il faut se faire mal. Dans tous les sports, le plaisir est la clé pour réussir des choses hors norme. La deuxième valeur clé, c’est le sérieux, le travail. Dans ton sport, tu seras en concurrence avec le monde entier. Donc si tu n’en fais pas plus que les autres, tu seras comme tous les autres. Enfin, la troisième chose, c’est l’intelligence, la capacité à écouter et à appliquer tout de suite. Ne pas être arrogant, même s’il faut de l’égo pour être un champion. Mais il est question de le doser. »

 

La réussite du LOSC ? Pas surpris

« J’aime le sport en général. À partir du moment où il y a du beau jeu, j’aime le regarder. Et de ce point de vue, on peut dire qu’on est servis cette saison avec le LOSC. Le club a la chance d’avoir un très bon entraîneur qui connait bien la Ligue 1, en la personne de Christophe Galtier. Il possède une philosophie qui me plait, je ne suis pas étonné de voir le LOSC jouer un rôle important cette saison. Il y a un énorme mental dans cette équipe. Et ça c’est le plus difficile à conserver. Il va falloir être fort d’ici la fin de saison car toutes les équipes voudront "taper" le deuxième. Les joueurs devront se battre jusqu’au bout. »
 
190314galtier.png
 

La reine des arènes

« Ce Stade Pierre Mauroy est magnifique. Je me souviens d’ailleurs que le LOSC fut le premier des clubs français à inaugurer sa nouvelle enceinte. C’est lui qui a lancé cette nouvelle ère et on peut dire qu’il a placé la barre très haut. La différence majeure avec les autres stades, c’est qu’il est modulable. Il offre donc tellement de possibilités. Mon rêve absolu est d’ailleurs un jour d’organiser le championnat du monde de boxe au Stade Pierre Mauroy, dans une configuration proche de celle de la Coupe Davis, par exemple. Mais commençons déjà par le Zenith (sourire). »
 


Le programme de boxe NO LIMIT au Zenith de Lille


NO-LIMIT-BOXE_4092258012335974761.jpgChampionnat du Monde IBO Poids Super Plumes (10 rounds x 2 minutes)
Licia BOUDERSA (FRA) vs Djemilla GONTARUK (BEL)
 
Championnat WBA Intercontinental des Poids Mi-Lourds (12 rounds x 3 minutes)
Mathieu BAUDERLIQUE (FRA) vs Mustapha CHADLIOUI (ESP/MAR)
 
Championnat WBA Intercontinental des Poids Légers (12 rounds x 3 minutes)
Yvan MENDY (FRA) vs Hakim BENALI (ESP/MAR)
 
Les champions Roubaisiens Maidin EL GARNI et Oualid BELOURA , les lourds-légers Samuel KADJE et Hervé LOFIDI ainsi qu’un autre derby Franco-Belge opposant le lillois Mohamed ELACHI à Michael RECLOUX (BEL), compléteront cet alléchant programme !

Vos places ici