Sans titre-3_1.pngParmi les qualités de ce Lillois, né à Hellemmes le 30 Mai 1908, nous placerons en tête la fidélité, puisqu’il aura été joueur au SC. Fives, à l’Iris Club Lillois, à l’Olympique Lillois, à Fives de nouveau, avant de signer à l’O.I.C.L. qui préfigurait la grande équipe du LOSC dont il allait devenir l’inamovible coach. André Cheuva fut un jeune footballeur surdoué. Il n’a que 16 ans lorsqu’il débute en équipe première à Fives. Vite repéré par le puissant voisin de l’OL, c’est sous le maillot blanc cerclé de rouge qu’il se révèle pleinement et multiplie les sélections à différents niveaux : équipe du Nord, “Lions des Flandres”, France Militaire… Le 9 Mai 1929, il fête la première de ses sept sélections en Équipe de France A, contre l’Angleterre (1-4). Il aurait pu en compter beaucoup plus, si…

 

PRIVÉ DE COUPE DU MONDE PAR… SA FIANCÉE

Pressenti pour participer à la première Coupe du Monde 1930 en Uruguay, il se heurte à l’obstination de sa fiancée, Rose-Aimée, qui refuse de le laisser partir aussi longtemps vers les contrées lointaines d’Amérique du Sud ! Cheuva plie devant l’ultimatum sentimental : il n’embarquera pas sur le “Conte Verde”, le paquebot qui emmène les équipes européennes verts Montevideo… En 1932, à la surprise générale, Louis Henno est le plus prompt à faire adhérer son club fivois au professionnalisme naissant, tandis qu’Henri Jooris et l’OL tergiversent. Dans la foulée, il débauche trois des meilleurs joueurs lillois : Berry, Cheuva et Vandeputte, ce qui permet au jeune André de retrouver le club de ses débuts. Il retournera cependant à l’OL en 1938, à point nommé pour disputer la finale de la Coupe de France 1939. En 1945, après trois saisons passées sous l’éphémère maillot de l’OICL, il achève sa carrière à l’Olympique Marcquois. Il a alors 37 ans…

 

LE PLUS GROS PALMARÈS DU FOOTBALL LILLOIS

Fin 1945, Louis Henno, le président du LOSC, n’a pas oublié celui qui fut son coéquipier à Fives et lui propose de devenir l’entraîneur de la meilleure équipe française ! Cheuva restera en poste pendant quatorze saisons et accumulera les trophées, notamment quatre Coupes et un Championnat, mais accompagnera aussi le club dans son déclin. Décrit comme malléable, il faisait surtout preuve de loyauté vis-à-vis de son Président dont le destin sportif était intimement lié au sien. Il le prouva une dernière fois en juillet 1959, lorsqu’il démissionna pour suivre le dirigeant lillois dans sa retraite forcée. On retrouvera André Cheuva sur le banc de Boulogne sur Mer, Saint-Quentin et Tourcoing. Puis, il reviendra se reposer dans sa villa de Marcq en Baroeul, où il mourra le 5 février 1989, à l’âge de 81 ans.

p21_Cheuva1_0.png
André Cheuva aux petits soins pour les crampons de Strappe et Baratte