Pentagone_8.png LE CONTEXTE

La Coupe de France, c'est ce tournoi un peu étrange où les favoris plient occasionnellement sous le poids cumulé d'un adversaire survolté et la pression de l'élimination directe en une manche. La méfiance et la concentration dominent, donc, à l'heure d'affronter le Gazélec Ajaccio, une équipe de National 2 privée de championnat (actuellement suspendu pour raisons sanitaires), qui n'a donc rien à perdre sur ses terres corses. En face, les Dogues doivent profiter de ce match pour se mettre en chauffe avant le déplacement périlleux à Monaco dimanche prochain, mais aussi prolonger leur itinéraire dans une compétition où il ne restera, en cas de qualification, que quatre matchs à gagner pour le trophée

Icon_MM1_5113.jpg

Pentagone_3.png LE MATCH

Après Aguibou Camara en 1/32e de finale face à Dijon, c'est au tour du (sensiblement) moins jeune Orestis Karnézis d'étrenner le maillot du LOSC en match officiel pour la première fois cette saison. Il faut dire que la riche expérience de notre portier grec est un atout précieux dans ces matchs pièges, a fortiori quand Christophe Galtier, encore privé de Burak Yilmaz, décide de laisser souffler José Fonte, Renato Sanches et ses trois Jonathan (Ikoné, Bamba, David) au coup d'envoi. Avec Xeka redescendu en défense, et un ticket "titi-minot" Weah/Lihadji en support de Yazici, c'est donc un onze insolite qu'a proposé le coach pour défier Ajaccio. Peut-être est-ce pourquoi à défaut de créer le danger, nos Dogues ont surtout passé la rencontre à ne pas s'y mettre, verrouillant l'essentiel des offensives corses. La maîtrise technique a suffi pour faire la différence, même si Lihadji, Yazici et Weah ont manqué chacun leur tour l'occasion d'ouvrir le score - il aura fallu attendre un but malheureux de Durimel contre son camp (10', 0-1) pour animer le tableau d'affichage. 

Face à des Corses résistants et des Dogues imprécis (comme cette jolie pichenette d'Araujo dans le petit filet... extérieur à la 50'), Christophe Galtier décidait d'injecter du sang neuf avec notamment les entrées de David, Sanches, Bamba et Ikoné - un coaching payant, puisque le break interviendra d'une tête piquée de Xeka sur un service-caviar de Renato (72', 0-2), avant que David ne mette définitivement les siens à l'abri de toute inquiétude (notamment après la réduction du score corse en fin de rencontre...) sur une frappe sèche servie par Ikoné (87'). Mission acomplie pour le LOSC qui confirme sa solidité et sa maîtrise hors de ses bases. Bravo les gars !

Icon_MM1_5075_0.jpg

 

Pentagone_3.png LE TWEET

 

Pentagone_6.png LA SUITE  

Ce n'est certes qu'un match, un de plus, mais celui-ci éclairera sans nul doute d'une lumière particulière la fin de saison des Dogues : le LOSC, leader de Ligue 1 Uber Eats, se déplacera dimanche prochain à 17h05 sur la pelouse de l'AS Monaco, l'une des équipes les plus menaçantes de la saison ! Match à enjeu : une victoire en Principauté conforterait les Lillois sur le podium, tout en éloignant l'un de ses adversaires directs de celui-ci. 


Icon_MM1_5209_0.jpg
 

Pentagone_7.png la feuille de match

gfa-logo.png GFC AjaccioLOSC_0.png1-3 (0-1)

1/16eme de finale de la Coupe de France - Saison 2020-2021
Mercredi 7 mars 2021 - 18h30 - Stade Ange-Casanova (huis clos)

Arbitre : B. Millot

Buts :  Durimel (csc, 10'), Xeka (73'), Lopy (csc, 84') pour le LOSC, Pollet (87') pour Ajaccio

Avertissements :  Morgan (49'), Pineau (90') pour Ajaccio, Weah (53'), Djaló (54') pour le LOSC

GFC Ajaccio : Cottes – Duflos (Pélican, 67'), Durimel, Lopy, Pineau - Goguey (Pollet, 80'), Pereira Lage (Gyeboaho, 73') - Gameiro, Daury (Guerbert, 80'), Morgan - Penneteau (Camara, 67')
Entraîneur : David Ducourtioux

LOSC : Karnézis - Bradaric, Djaló, Xeka, Pied (Botman, 83') - Soumaré, André (Sanches, 62'), Araujo - Lihadji (Bamba, 62'), Yazici (Ikoné, 73'), Weah (David, 62')
Entraîneur : Christophe Galtier