Rudi Garcia (Entraîneur du LOSC)

« On a fait un gros match : il n’y a qu’à ce titre qu’on peut gagner ici. On a vu une première période avec beaucoup de rythme et d’occasion, sans efficacité offensive et un gros temps fort lorientais durant lequel Micka Landreau a été exceptionnel. Même si ça faisait deux pénaltys à un non sifflés pour nous à la mi-temps, on a su se montrer solides défensivement en deuxième période. Puis on trouve l’ouverture par Mathieu, ce qui est symbolique car c’est un joueur qui ne lâche jamais. Les cadres ont tiré le groupe vers le haut ce soir. Sincèrement, je n’étais pas inquiet. Sur les deux derniers matchs, on aurait pu sortir avec deux victoires. Par contre j’ai aimé l’implication de tous mes joueurs. Quand le Dogues est blessé, il est dangereux... »

« Micka est un grand gardien, d’expérience. Il a répondu présent, en donnant confiance à sa défense. Sur le terrain et en dehors, c’est un cadre important et il l’a montré sur le terrain. On a aussi eu un Benoît Pedretti capable de distiller de très bons ballons dans le dos de la défense de Lorient. Je pense que le but est venu de cette manière. Il a été très précieux dans le jeu et dans l’agressivité. Mais tout le monde a été bien ce soir. C’est une vraie satisfaction de récolter ce bon veux 1-0 des familles. Je n’avais aucun doute quant à la motivation des garçons. Ce qui compte maintenant, c’est l’avenir et ce voyage à Sochaux. »

« Le point noir de la soirée est d’avoir perdu Flo (Balmont), avec trois matchs à jouer en peu de temps. Heureusement, Idrissa est très bien entré dans le match. On verra sous 48 heures pour connaître l‘exactitude de sa blessure. C’est survenu sur une frappe durant l’échauffement. »

Christian Gourcuff (Entraîneur du FC Lorient)

« Durant ce match, j’ai vu 90 minutes du même tonneau : on a été dominé constamment. On est sorti davantage en première période, avec des occasions en contre. Mais on n’arrivait pas à se défaire du pressing lillois, à cause de notre déficience technique. On a mieux tenu le ballon en deuxième mi-temps, sans être dangereux. La victoire de Lille est tout à fait logique, il n’y avait pas photo entre les deux équipes. Ce qui me gêne, c’est qu’on présente du jeu quand l’adversaire n’en propose pas. Sauf que ce soir, les Lillois sont venus nous chercher très haut et on n’a pas su faire face. Mentalement on n’est pas prêt à l’intensité de la compétition. Je n’ai pas senti mon équipe sous pression, par contre il va vite falloir se réveiller. Ne nous leurrons, on revient à la réalité : l’objectif reste le maintien. »

Rio Mavuba (Capitaine du LOSC)

« C’était important de rebondir et je trouve ç’a été encore plus beau de le faire ici, à Lorient, dans un stade qui ne nous réussit pas forcément. On a réagi en équipe, en prouvant que quand on joue avec notre cœur et nos qualités, on est évidemment capable de gagner des matchs. Quand on ne commet pas d’erreurs individuelles, qu’on est concentré pour attaquer et défendre ensemble, ça amène des victoires. C’est vrai qu’on a peut-être augmenté le niveau d’agressivité. Gardons cette motivation, cette même intensité à Sochaux, où ça s’annonce compliqué face à une équipe qui a besoin de points. De notre côté, si on souhaite garder cette troisième place, ça passe par un résultat là-bas. »

Mauro Cetto (Défenseur central du LOSC)

« On restait sur deux défaites : une en championnat et l’autre en Coupe de France. On avait à cœur de se rattraper, en sachant qu’à Lorient, c’est toujours difficile de s’imposer. Mais on a fait le match qu’il fallait et on prend les trois points. Il était important de montrer que les commentaires nous concernant n’étaient pas justifiés. Je pense que venir gagner au Moustoir, face à une formation redoutable, ça prouve que le groupe a du caractère. L’idée maintenant est de prendre les matchs les uns après les autres et cela se poursuit mercredi à Sochaux. Personnellement, je suis heureux d’avoir retrouvé la Ligue 1. La rencontre fut difficile, notamment en première mi-temps où il y a eu énormément de rythme, des occasions de part et d’autre. En deuxième période, on s’est senti mieux défensivement et on est parvenu à inscrire ce but qui fait la différence. Il me faut encore du temps pour que je puisse peaufiner mes repères bien sûr, sachant que j’étais un peu en manque de rythme aussi car je ne jouais pas beaucoup à Palerme.  Mais c’est plus simple avec les victoires. »