Rudi Garcia (entraîneur du LOSC) :

« On a bien maitrisé notre match sur un terrain qui devient de plus en plus difficile pour développer notre jeu. C’est l’inconvénient majeur. Malgré cela, on a su avoir une maitrise forte en première période et faire le plus important, c'est-à-dire ouvrir le score. Ensuite, notre plan de jeu était simple : ne pas s’exposer aux contres toulousains et pouvoir bénéficier d’attaques rapides. On a peut-être parfois manqué de justesse sur certains choix lorsque l’on avait des espaces à exploiter grâce à la vitesse de nos trois attaquants. La délivrance est venue tard mais elle est arrivée, c’est ça le plus important. Par contre, on a cadré pratiquement 60% de nos frappes et on n’a quasiment pas été en danger. La pelouse ? Je profite qu’on ait gagné pour insister sur ce point et il faudra en tirer les enseignements pour les prochaines échéances Il est difficile de pouvoir relancer proprement, cela est même très risqué à cause de l’état du terrain et on l'a vu ce soir de la part des deux équipes. Il devient impossible de jouer plusieurs matchs de suite sur une telle surface. On va se pencher sur le problème et savoir si ça s’améliore ou alors s’il faut la changer. La blessure de Rami ? Il a une entorse de la cheville mais je ne connais pas encore le degré de la gravité. »

Alain Casanova (entraîneur du TFC) :

« Je pense qu’il n’y a rien à dire sur la supériorité de Lille ce soir. Même si on réalise une bonne entame de match, sans complexe, on s’est ensuite trop mis en difficulté sur des pertes de balle directes pour pouvoir rivaliser. Cela a favorisé leur jeu en attaque rapide. Avant d’ouvrir le score, le LOSC s’est créé trois situations franches et il aurait fallu être beaucoup plus juste techniquement, malgré l’état du terrain et la pression lilloise, pour être moins en danger. Cela n’a pas été le cas et une fois que vous êtes menés, ça devient très compliqué. Le résultat ne peut pas être contestable. On ne voulait pas subir et on sait qu’on prenait un petit risque mais je ne voulais pas voir mon équipe acculée sur nos seize mètres. On aurait pu changer le cours du match sur l’occasion de Machado ou sur des contres où on arrive en supériorité numérique sans parvenir à les mener jusqu’au bout. »

« Il devient impossible de jouer plusieurs matchs de suite sur une telle surface. On va se pencher sur le problème et savoir si ça s’améliore ou alors s’il faut la changer. »
Rudi Garcia

Florent Balmont (milieu de terrain du LOSC) :

« Nous avons livré le match qu’il fallait ce soir. Nous étions attendus au tournant, on se devait de répondre présent. Nous, on ne se prend pas la tête, on avance sereinement dans ce championnat, même si on essaie de nous mettre un peu la pression. On est bien là, on prend les matchs les uns à la suite des autres. On a gagné contre Toulouse et il va désormais falloir aller chercher un résultat positif à Montpellier. On a entendu que nous avions réalisé une contre performance à Auxerre alors qu’on restait sur plusieurs revers là bas. On a aussi lu que nous commencions à baisser physiquement. Au final, nous sommes toujours présents et on engrange de l’expérience à tous les niveaux à travers un match comme celui de ce soir. C’est forcément un plus pour la suite. On poursuit notre petit bonhomme de chemin, on continue notre série positive, et nous avons encore montré notre solidité défensive. C’est aussi important. Derrière, ça suit et j’ai toujours dit que Marseille et Lyon seront là. C’est motivant. »

Mickaël Landreau (gardien de but du LOSC) :

« Franchement, pour ma 500è en Ligue, 1, le plus important à mes yeux demeure le résultat. C’est un match intéressant de notre part, pas simple. Il y avait beaucoup de rythme, face à une bonne équipe de Toulouse. Je pense que nous méritions notre victoire car notre prestation d’ensemble a été très cohérente. Nous nous sommes procurés pas mal d’occasions. Et défensivement, comme depuis quelques matchs, nous avons été costauds grâce au boulot de l’ensemble des joueurs. Jouer sur plusieurs tableaux ? On verra. Pour l’instant, on sait très bien que la priorité reste le championnat. On essaie de se concentrer sur le match que l’on a à réaliser. Après la saison est encore très longue et il nous arrivera certainement de perdre des points, puis d’en regagner sur nos concurrents. Cinq points d’avance, ça peut vite s’effacer en deux matchs, ce qui ne signifie pas qu’on n’a pas envie de continuer notre parcours. »