Son parcours de footballeur

« J’ai commencé le football à l’âge de 5 ans à Gien (club de D3 nationale) puis à Lambersart. J’ai ensuite intégré le club de Lesquin qui évoluait en CFA2 et après j’ai poursuivi mon parcours du côté de Seclin en DH. Par la suite, j’ai décidé de quitter la France pour rejoindre Peruwelz, un club belge de 4ème division nationale. Après avoir évolué dans plusieurs clubs en Belgique, j’ai décidé de raccrocher les crampons à l’âge de 34 ans. » 
 

Son rôle au sein de la section féminine au LOSC

« Je suis entraîneur adjoint de l’équipe première depuis 2017. En parallèle, je suis professeur d’EPS et responsable de la section sportive féminine de football au collège de Courcelles. Dès le départ avec Rachel, nous avons réussi à mettre en place une certaine complicité qui nous permet d’être complémentaire. Nous partageons la même conception et vision du football, les mêmes idées et la même pédagogie. On a réussi à trouver notre place l’un envers l’autre. »

2_6.jpg
 

Un mode de fonctionnement bien huilé pour un duo qui fonctionne à merveille

« Nous sommes en perpétuelle communication dans la conception des séances, sur les choix à faire pour le match du week-end et sur notre projet de jeu que nous mettons en place. Bien évidemment, je suis à l’écoute des attentes de Rachel sur les thématiques de séances, mais nous échangeons sans cesse afin d’être le plus pertinent possible pour faire progresser nos joueuses et notre équipe pour atteindre nos objectifs fixés. Nous animons les séances ensemble. J’aime aussi être dans l’observation afin de continuer ma progression personnelle, c’est à dire avoir un recul sur le contenu proposé par les joueuses mais aussi sonder l’état de fraîcheur physique et mental du groupe. »
 

Son meilleur souvenir avec le LOSC

« J’ai plusieurs souvenirs qui me viennent à l’esprit : tout d’abord le maintien en D1 en 2017-2018, un maintien décroché grâce à une victoire sur le fil obtenue à Bordeaux (1-2) lors de l’ultime journée de championnat. Je pense aussi à notre remontada en 2019 face à Guingamp lorsque nous venions de reprendre l’équipe. On se retrouve mené 0-3 à la pause au Domaine de Luchin. Les filles se battent alors pour revenir et recollent à 3-3, on aurait même pu arracher la victoire en toute fin de partie. Enfin, bien évidemment, je me souviens forcément de cette finale de Coupe de France contre Lyon en 2019 malgré la défaite (3-1). Nous avions été à la hauteur de l’événement, une belle fierté pour tout ce groupe. »

3_1.jpg
 

Le début de saison des filles

« Nous sommes invaincus depuis le début du championnat avec quatre victoires et un nul à notre actif avant l’arrêt à cause de ce second confinement. On a tous forcément la montée en D1 dans un coin de notre tête. Et nous avons un groupe de qualité constitué de jeunes joueuses et de filles d’expérience. L’Idée était de conserver une grosse partie de l’effectif de l’an passé pour être dans une certaine continuité mais aussi pour amener de jeunes joueuses à intégrer ce groupe de D2. Car la formation au LOSC est de qualité, puisqu’aujourd’hui, certaines commencent à taper à la porte de la D2. J’en profite pour dire un grand bravo aux éducateurs des catégories jeunes. Notre groupe vit bien et progresse. Maintenant, nous devons garder la tête sur les épaules et continuer à bosser en restant humble. Pas question de se relâcher et de nous reposer sur nos acquis. La route est très encore longue. »
 

La suite ?

« Avec le confinement, notre belle dynamique positive a hélas été stoppée nette, il a fallu s’adapter au quotidien… Le travail pendant le confinement a permis à nos joueuses de s’entretenir. Le retour sur les terrains a été vécu comme une délivrance pour nos joueuses. On a ressenti une réelle envie de bosser et de prendre du plaisir à jouer. Aujourd’hui, nous sommes confiants et on a hâte de retrouver la compétition. Il faudra être prêt dans tous les domaines et on va travailler pour réussir cette mission. »

4.jpg