ET AINSI NAQUIT LE BATON DE BOURBOTTE…

Les plus anciens fidèles s’en rappellent, François Bourbotte – brassard de capitaine fixé au biceps – emmenait les Dogues au titre de champion de France lors de la saison 1945-1946. L’international français (17 sélections) se muait ainsi en parfait candidat pour donner son nom à ce qui s’appelle aujourd’hui le Bâton de Bourbotte, né lors de la même année. Parce que oui, ce trophée virtuel à la réputation grandissante s’est ainsi associé au nom du capitaine de son premier détenteur. Et au LOSC, on en fait donc une petite fierté…

3569630463_ed8a5ea43d_o.jpg
 

DES REGLES ANCIENNES, UNE TRADITION QUI PERDURE

Né en 1946, le Bâton de Bourbotte s’est reposé sur les fondations bâties dès 1930 par le Bâton de Nasazzi, un trophée similaire dédié aux équipes nationales. Les règles sont simples : pour l’obtenir, il faut donc battre le détenteur. À l’heure actuelle, c’est l’AS Monaco – champion en titre - qui mène la danse, n’ayant toujours pas été vaincu cette saison.
 


Pour la petite histoire, lorsque le LOSC a obtenu le Bâton de Bourbotte en 1946, il l’a gardé durant cinq rencontres avant d’être vaincu par … Roubaix, voisin nordiste. Ainsi débutait un passage de relai de plus de 70 ans… 

Pour en savoir plus sur ce trophée qui traverse les époques, direction le site officiel du Bâton de Bourbotte ou retrouvez-le sur Facebook et Twitter.