Son triptyque de déplacements en une semaine, le LOSC le démarre du côté de Lorient, avant Sochaux mercredi et Rennes dimanche prochain. L’air doux breton a chassé le froid polaire de ces derniers jours et, sur le désormais fameux synthétique lorientais, les conditions de jeu ne souffrent d’aucun problème. Seul ennui de dernière minute à dénoter chez les Lillois, la blessure de Balmont à l’échauffement (ishio-jambiers), remplacé par Gueye... Pas de quoi échauder les Dogues, prêts à réaliser une performance de premier ordre, chez des Merlus qui ne leur réussissent traditionnellement pas tellement dans le Morbihan.

Les Dogues sont costauds, Landreau a les gants chauds

Le premier pétard du soir au Moustoir ? Il est signé Roux, qui récupère le cuir et le catapulte au-dessus des cages (7’). Monnet-Paquet apporte une réponse quasi immédiate, Landreau capte (8’), tout comme sur la tête de Romao (14’). Loin d’être désagréable, la partie prend vite de la consistance : le mouvement Hazard-Cole-Béria voit la reprise du défenseur latéral lui coller à la chaussure (17’). Dans la foulée, Monnet-Paquet sert idéalement Emeghara, parade prodigieuse de Landreau ! (19’) En tout cas, dans l’agressivité, les Dogues sont là. La preuve en est, Debuchy met Lecomte à contribution en reprenant un centre précis de Pedretti (32’). Derrière, Landreau est de nouveau déterminant : il sort aux devants d’un Emaghara parfaitement servi par Douniama (35’). Le portier des Dogues remet ça en détournant un coup franc de la lucarne (37’), avant d’effectuer un arrêt décisif (38’), le tout face à Mvuemba. C’est le quart d’heure Landreau. Les Lillois ne s’en laissent pas compter pour autant : par deux fois, Cole manque l’ouverture du score d’un rien, sur un plat du pied (43’) et après un retourné acrobatique (45’). 0-0 à la pause, ça n’est pas cher payé pour ces deux formations joueuses.

Merci Debuchy !

D’une intensité légèrement inférieure, la seconde période débute calmement et ne laisse poindre d’occasions. Ça quadrille bien de part et d’autre, en attendant de trouver la brèche. Rien à signaler donc, si ce n’est que le crachin breton fait son apparition et que les Merlus apportent du sang neuf (58 et 68’). Si le LOSC porte davantage le ballon, Lorient essaie d’exploser sur le moindre contre. Le temps défile, les organismes commencent à être émoussés, d’où l’entrée en jeu de Payet (73’). Quand surgit… Debuchy ! À l’image de son but l’an dernier au même endroit, le latéral international profite d’une louche malicieuse de Pedretti dans le dos des Lorientais, pour crucifier Lecomte à l’aide du poteau droit (0-1, 77’). La délivrance ! Le plus dur semble être fait contre des Lorientais un peu assommés. Hazard est même tout proche d’alourdir la marque au sortir d’un rush dont il a le secret (89’), tout comme Payet dont le tir enroulé n’inquiète pas Lecomte (90+1’). M. Bien renvoie tout le monde aux vestiaires : les Dogues décrochent une victoire et trois points mérités ! Prochain rendez-vous à Sochaux, mercredi soir (18h30, match en retard de la 22e journée de Ligue 1).

Feuille de match de la 24e journée de Ligue 1
samedi 18 février, 19 heures

FCL-LOSC 0-1 (0-0)
Stade du Moustoir, 14 812 spectateurs, temps frais et sec

Arbitre : Wilfried Bien

Buts : Debuchy (77') pour le LOSC
Avertissements : Ecuele Manga (82') pour le FC Lorient ; Cole (42'), Béria (71’) pour le LOSC

FC Lorient
Lecomte - Gassama, Ecuele Manga, Falette, Mareque - Romao (c.), Mvuemba, Coutadeur (Jouffre, 58’), Monnet-Paquet - Douniama (Autret, 83’), Emeghara (Barthelme, 68’)
Entraîneur : Christian Gourcuff

LOSC
Landreau - Debuchy, Cetto, Chedjou, Béria - Mavuba (c.), Gueye, Pedretti - Cole (Payet, 73’), Roux (Jelen, 88’), Hazard (Bruno, 90+2’)
Entraîneur : Rudi Garcia