La journée avait bien démarré…

Après la défaite de Saint-Étienne vendredi soir, le LOSC était assuré de terminer au minimum sur le podium. Avant d’affronter Bordeaux, un match crucial dans la course à la deuxième place, les supporters se sont donnés rendez-vous sur le parvis pour lancer le match. Avec une ambiance déjà électrique !

 

Le soleil et l’ambiance au rendez-vous

Tout était prêt pour passer une soirée de folie. Dès l’entrée des joueurs sur la pelouse pour l’échauffement, les supporters acclamaient leurs 18 Dogues. Avec plus de 41 000 spectateurs et un toit ouvert pour accueillir les rayons du soleil, l’après-midi promettait d’être belle…

 

Loïc Rémy, unique buteur, et de quelle manière !

Notre numéro 9 est en feu sur cette fin de saison. Buteur face à Nîmes (5-0) puis à Lyon (2-2), l’attaquant lillois a encore planté, cette fois contre Bordeaux (1-0). Après une astucieuse passe piquée de Jonathan Ikoné sur coup-franc, Loïc Rémy propulse le ballon au fond des filets d’une volée du droit. De quoi laisser pas mal de monde sans voix (du moins, sur le moment).

 

Avant la délivrance, Magic Mike à la parade

Si globalement, les Bordelais ont eu bien du mal à contourner le bloc défensif lillois, Jimmy Briand s’est offert la seule frappe cadrée du match côté Girondin. Seul face à l’attaquant adverse, Mike Maignan s’est montré redoutable et s’est offert un 14ème clean-sheet cette saison. Et forcément, ça impressionne !

 

Et puis… l’explosion !

Trois coups de sifflet, et la jubilation. Le LOSC vient de battre Bordeaux et n’est plus qu’à un orteil, un ongle d’une place en phase de poule de la Champions League. Alors forcément, on fête ça, que ce soit dans les tribunes ou sur le terrain, dans les vestiaires, et même dans la salle de presse !

 

Les supporters fêtent (déjà) la Champions League

Le LOSC compte ce matin 6 points d’avance sur l’Olympique Lyonnais, avec un goal-average de +16 par rapport aux Gones. Supporters, vous avez décidé de fêter ça avec originalité ou simplicité. Car on y est presque...

 

Et puis…