Samedi soir, le LOSC a écrit l’une des plus belles pages de son histoire en décrochant la sixième coupe de France de son histoire face au Paris Saint-Germain (0-1). Si l’évènement a été fantastiquement et sobrement fêté avec le peuple nordiste, les partenaires de Rio Mavuba se replongent avec une détermination sans faille dans un dernier sprint du championnat plus que passionnant. L’objectif ? En cas de succès face à Sochaux, ce mercredi au Stadium Lille Métropole, les Lillois feraient un pas sans doute déterminant vers le titre (une première depuis 1954 !) puisqu’ils posséderaient alors six longueurs d’avance sur l’OM. Quo de neuf dans les rangs lillois ? Rudi Garcia doit une nouvelle fois composer sans Balmont (ischio-jambiers) et peut en revanche compter sur le reste de son effectif. L’entraîneur losciste a choisi de remplacer le numéro 4 lillois par Obraniak, le buteur héroïque du Stade de France. Le reste du onze de départ ne change pas, l’international polonais prenant la place de Gueye dans le onze titulaire. Le décor est planté, place au spectacle !

 

Le duo Gervinho-Hazard met le feu à la défense doubiste

 

Les vingt-deux acteurs sont accueillis par un tifo en l’honneur des Dogues et le début de partie est relativement animé. Les Nordistes veulent imposer leurs griffes sur les débats face aux Lionceaux. La preuve ? À la sorte d’un corner d’Obraniak, Béria prend sa chance et adresse la première frappe cadrée du match (6è). La réplique sochalienne est immédiate mais Landreau est attentif pour capter une reprise de la tête de Carlao, suite à un corner de Boudebouz (7è). Les Lillois appuient sur l’accélérateur au quart d’heure de jeu et se procurent coup sur coup deux énormes occasions. Eden passe la seconde dans le couloir gauche, avant de délivrer un extérieur dont il a le secret. Gervinho profite de l’offrande mais le cuir vient s’écraser sur le poteau droit des cages de Richert (17è). Dans la foulée, c’est encore le numéro 26 losciste qui sert idéalement Gervinho. Ce dernier efface le portier doubiste mais ne parvient pas à attraper le cadre (19è). Le tandem Obraniak-Gervinho enchaine sans plus de réussite (21è).

 

Sow passe la surmultipliée sur la pelouse du Stadium

Les hommes de Francis Gillot souffrent sous la pression nordiste, tout en restant menaçants sur les contres, à l’image de cet essai de Maiga qui fait passer des frissons dans les travées de Villeneuve-d’Ascq (25è). Les Lillois reprennent pourtant leur marche en avant pour forcer leur destin. Cabaye adresse un tir intercepté par Richert (26è). Gervinho place ensuite Sow sur orbite. Le meilleur buteur du championnat efface le gardien sochalien mais se retrouve dans une position trop excentrée pour accrocher la cible (30è). Le dernier quart d’heure de ce premier acte tourne toujours à l’avantage des Nordistes et à la suite d’un centre de Debuchy, Gervinho délivre une subtile déviation vers Sow. L’international sénégalais déclenche une reprise accrobatique qui n’attrape pas la cible (40è). On en reste là pour ces quarante-cinq premières minutes dominées par les joueurs de Rudi Garcia. Durant la pause, l’ambiance est toujours aussi chaude avec Michel Seydoux qui effectue un tour d’honneur avec la coupe de France. Les Loscistes reviennent sur la pelouse avec la ferme volonté de faire sauter le verrou doubiste.

Gervinho fait mouche sur une offrande de Sow

 

Ça repart sur des bases similaires avec une ouverture de Rami pour Obraniak. Richert repousse des deux poings (47è), puis Gervinho trouve une nouvelle fois le poteau sur sa route (48è). L’action suivante est payante puisque Sow sert idéalement Gervinho qui ne se fait pas prier pour mettre le ballon hors de portée de Richert après que le cuir ait heurté le poteau droit du gardien sochalien (1-0, 53è). C’est la délivrance dans les tribunes du Stadium et Sow, bien servi par Obraniak, est tout proche de doubler la mise, avant que Cabaye n’oblige Richert à s’employer sur une lourde frappe lointaine (54è). Les Nordistes gèrent leur avantage tout en continuant à produire du jeu et une nouvelle tentative de Cabaye qui frise le poteau (66è). Sochaux n’a pourtant pas abdiqué et sur une remise de Maiga, la tentative d’Ideye rase le montant de Landreau (70è). La fin de match est crispante même si les Dogues font blocs. Sochaux termine à dix après la sortie sur blessure de Butin, Francis Gillot ayant effectué ses trois changements (83è). De Melo bute sur Richert et Gervinho manque ensuite le cadre (90è+1). Au coup de sifflet final, le bonheur est totale tout comme la communion avec le public. Le LOSC se rapproche un peu plus du titre.