À l’entame de l’automne, l’été fait de la résistance ! 26° au thermomètre à cette période, du jamais vu à Villeneuve d’Ascq depuis que le LOSC y a pris ses quartiers en 2004. Cette température exceptionnelle donne un parfum particulier à ce rendez-vous dominical face au Stade rennais. De ces conditions idéales, les entraîneurs doivent s’en servir pour demander à leurs éléments de développer le jeu que l’on attend : lécher, spectaculaire et efficace. Les clubs nordistes et bretons, tous deux engagés en Europe, se suivent aussi bien au classement que dans la manière d’obtenir des résultats. Reste la vérité, celle du terrain…

Sow-Balmont : que c’est bon !

Avec les Rennais, le refrain est souvent le même : d’abord répondre au combat physique et remporter les duels. De ce point de vue, les hommes de Bretagne mettent le curseur assez haut, imposant une pression athlétique importante. Pas de panique chez les Dogues. Ils développent même un premier mouvement collectif qui s’avère payant : Debuchy adresse un centre que Cole réceptionne et bonifie. Sow profite du cafouillage défensif pour décocher un tir à ras de terre imparable (1-0, 7’). Quelle entrée en matière ! Bien que refroidis par l’ouverture du score lilloise, les Bretons continuent d’imposer une agressivité… à la limite du raisonnable. Une répétition de fautes des visiteurs que M. Bien finit par sanctionner (23’, 31’). L’homme en noir permet aux vingt-deux acteurs de d’hydrater par cette étonnante chaleur (26’). Un peu d’eau et ça repart ? On ne croit pas si bien dire, puisque sur un coup-franc enveloppé d'Hazard qui suit, Balmont à la déviation trompe Costil et double la mise ! (2-0, 32’) Deux réelles occasions, deux buts : le réalisme lillois marche à plein régime. Il s’en faut d’un cheveu pour que les Dogues atteignent les 100% de réussite, lorsque Sow, du bout de la chaussure, dévie une offrande d’Hazard (bien servi par Cole). Cette fois le portier breton est à la parade (44’). Globalement, si les Rennais mènent dans l’agressivité à la pause (14 fautes à 4 !), le score reflète parfaitement la domination lilloise.

Une gestion lilloise parfaite

Frédéric Antonetti ne tarde d’ailleurs pas à changer deux éléments au retour des vestiaires : il sent que son équipe souffre. L’effet ne se fait pas attendre : Landreau s’interpose avec classe par deux fois sur la même action, devant Féret puis Pitroipa (49’). Kembo-Ekoko - nouvel entrant - voit quant à lui son tir effleurer le montant gauche (58’). Les Rennais haussent clairement le rythme… et les Dogues résistent plutôt bien. Rudi Garcia demande au public d’encourager les siens dans cette bataille face à un adversaire bagarreur, loin d’être résigné (70’). Alors que les minutes s’égrainent, les Bretons commencent à s’essouffler à force de buter. Les Lillois en profite : Hazard sert Cole, l’Anglais décroise son shoot, Costil capte (83’). Efficaces aussi bien offensivement que défensivement, les Lillois tiennent cette fois le bon bout, au sortir d’une série interminable de cinq matchs nuls. La victoire leur permet non seulement de dépasser leurs adversaires rennais au cassement, mais de faire un bon pour pointer à une cinquième position plus conforme au talent de cette équipe. Place désormais à une trêve internationale de deux semaines amplement méritée, avant de revoir le LOSC en championnat à  Auxerre, le 15 octobre prochain.

Feuille de match de la 9e journée de Ligue 1
dimanche 2 octobre, 17 heures

LOSC-SRFC 2-0 (2-0)
Stadium Lille Métropole, temps chaud et sec

Arbitre : Wilfried Bien assisté de Laurent Stien et Éric Danizan

Buts : Sow (7'), Balmont (32’) pour le LOSC
Avertissements : Balmont (58’) pour le LOSC ; Mavinga (23'), Tettey (31’), Kana Biyik, 67’) pour Rennes

LOSC
Landreau - Debuchy, Basa, Rozehnal, Béria - Mavuba, Balmont (Gueye, 59’), Pedretti - Cole, Sow (Rodelin, 79’), Hazard (Jelen, 89’)
Entraîneur : Rudi Garcia

Stade Rennais FC
Costil - Mavinga, Foulquier (Danze, 46’), Kana-Biyik, Tettey (Kembo-Ekoko, 46’) – Féret (Montano, 76’), Mandjeck, M'Vila, Pitroipa - Pajot, Hadji
Entraîneur : Frédéric Antonetti