À l’heure de boucler leur quatrième et ultime derby de la saison en championnat, les Dogues accueillent des Valenciennois en quête de points sur une pelouse du Stadium totalement rénovée en milieu de semaine. Privé de Balmont (suspendu), Rudi Garcia opte pour un dispositif offensif avec le quatuor Hazard-Gervinho-Sow-Frau aux avant-postes. Sous un ciel bas, ce sont les Lillois qui tentent de prendre les premières initiatives en procédant par de longs ballons. Frau (4è), puis Sow par deux fois (6è et 8è), s’engouffrent dans les derniers mètres adverses sans toutefois pouvoir tenter leur chance. En face, les hommes de Philippe Montanier ne sont pas en reste, ils prennent même l’ascendant sur la partie. Si Pujol, des 20 mètres, frappe au dessus (15è), le jeune Nam voit quant à lui son face à face avec Landreau remporté par le gardien losciste (16è). Sollicité, le portier lillois (qui a d'ailleurs reçu son trophée de joueur de Ligue 1 du mois de février avant le coup d'envoi) repousse ensuite fermement une tentative lointaine de Pujol (20è). Le VAFC pousse.


Et de 30 en Ligue 1 pour Sow

Dominés sur leur terrain de jeu, les Dogues réagissent avec fermeté. Éliminant ses vis-à-vis côté droit, Hazard adresse une merveille de centre en retrait à Sow qui, seul au point de penalty, voit le cadre se dérober sur sa reprise (26è). D’un but à l’autre, le tir excentré de Mater n’inquiète pas Landreau (34è). Quoi qu'il en soit, le réveil lillois est bel et bien enclenché. Il y a d’abord cette ouverture millimétrée de Frau pour Gervinho, dont la tentative est contrée par Penneteau (38è). Dans la foulée, c’est au tour de Sow de faire parler la poudre. Des 20 mètres, l’attaquant international sénégalais décoche un missile du gauche qui se loge dans la lucarne valenciennoise (39è, 1-0). Il inscrit-là son 18è but de la saison en championnat (le 30è de sa carrière). On en reste là pour ces 45 premières minutes.

Pujol remet les pendules à l’heure

Le deuxième acte débute sur les mêmes bases. Dans son style tout en touché de balle, Gervinho se lance dans une longue chevauchée qu’il ponctue d’une frappe croisée du gauche. C’est de peu à côté (49è). Les Dogues ont clairement pris la mesure de cette seconde période, monopolisant le cuir dans l’entrejeu et remportant la majeure partie des duels. Paradoxalement, c’est à ce moment bien précis de la rencontre que le VAFC revient au score. Recevant le ballon à l’entrée de la surface, Pujol égalise d’un tir croisé (59è, 1-1). Piqués au vif, les Lillois réagissent immédiatement. Sur une contre-attaque rondement menée, Hazard décale Frau dont la tentative flirte avec la barre transversale de Penneteau (64è). On était tout près du 2-1. Le numéro 17 du LOSC cède ensuite sa place à Obraniak pour la dernière demi-heure de jeu (65è).
 

Hazard délivre le peuple lillois

Tandis que De Melo succède à Gervinho (75è) sur le devant de l’attaque lilloise, le LOSC accentue encore un peu plus son pressing. Le coup-franc travaillé de Hazard est dévié par le haut du crâne de l’attaquant brésilien. C’est au dessus (82è). Récupérant le ballon le long de la ligne de corner, Sow remise plein axe. Cabaye ne se pose pas de questions et frappe mais bute sur une forêt de jambes valenciennoise (87è). Si les ultimes minutes sont à sens unique, on se dirige malgré tout vers ce score de parité. C'est sans compté toute l'abnégation de Lillois déterminés à prendre les trois points. La récompense ? Elle intervient suite à une touche vite jouée aux abords de la surface du VAFC. Côté droit, Hazard reçoit un "caviar" de Mavuba qu'il ne tarde pas à bonifier.  Le numéro 26 propulse une fusée qui file jusque dans le petit filet de Penneteau (2-1, 90è+2). Le Stadium explose de joie, puis livre une standing ovation à l’international belge qui est remplacé par Gueye pour les ultimes secondes (90è+3). On n’ira pas plus loin dans ce derby, le LOSC s’impose sur le fil et conforte sa place de leader de la Ligue 1.