Son parcours de joueur

« J’ai joué au football jusqu’à mes 38 ans. Je suis passé par plusieurs équipes et à plusieurs niveaux : National, CFA et CFA 2. D’après les échos, j’avais la réputation d’être un bon gardien. Lorsque j’avais 15 ans, j’ai même eu l’opportunité de signer à Lens mais mes parents ont refusé. Malgré ça, je n’ai aucun regret dans ma carrière. »

MARCEHAL02.jpg
 

Son parcours d’entraîneur

 « Mon parcours d’entraîneur est aussi long que mon parcours de joueur. J’ai débuté dans le club de ma ville comme coach de foot à 11 chez les jeunes, puis à Lesquin où des U19 nationaux à la CFA 2, j’ai pu assister des coachs qui m’ont beaucoup appris. Ensuite, pendant 10 ans, j’ai été coach adjoint et coach des gardiens à Arras en CFA. À travers cette expérience, j’ai pu comprendre les différents soucis de coaching aux côtés de coachs formidables, honnêtes et sincères. Et pour finir, j’ai intégré le LOSC en 2017 suite à l’appel de Jérémie Descamps (ancien entraîneur du LOSC), avec qui j’ai évolué dans ma carrière de joueur. Enfin un club professionnel ! J’en rêvais depuis très longtemps après avoir énormément donné pour la formation. »

MARCEHAL03.jpg
 

En dehors du foot

« En dehors du football, je suis agent de maîtrise principal pour le service des sports de ma commune depuis 23 ans maintenant. »
 

Son rôle au sein de la section féminine

« Au niveau de la section féminine, je suis aujourd’hui à la disposition de Rachel Saidi, la coach de l’équipe première, et de Caroline La Villa, l’entraîneur des U19. J’ai sous mon aile cinq gardiennes avec qui je travaille quotidiennement. Je fais en sorte de répondre aux demandes des coachs et de contribuer à la réussite du LOSC et de sa section féminine. Pour obtenir un renseignement sur les différents critères de chaque gardienne, Rachel et Caroline passent d’abord par mon avis, la finalité de la décision revient bien évidemment aux coachs. »

MARCEHAL04.jpg
 

Sa manière de travailler avec les gardiennes

« Je travaille par cycle avec une différence importante sur la charge de travail et l’exigence entre les gardiennes. Je connais Elisa Launay depuis 4 ans maintenant, ça se passe très bien. Elle a confiance en moi, on avance donc dans le bon sens. Plus récemment, Justine Bouquillon et Flavie Philippe nous ont rejoints, elles ont des qualités différentes. Nous sommes heureux dans le travail au quotidien ! Il y a aussi Amandine Strebelle, la gardienne de l’équipe réserve, elle a un emploi à côté du football, alors avec les conditions de travail, ce n’est pas toujours évident... Mais quel courage chez cette fille ! Enfin, Lilou Drieux, jeune gardienne qui est arrivée au LOSC en juillet. Nous l’incorporons régulièrement à nos séances. Les filles sont très solidaires et l’aident beaucoup ! »
 

Son regard sur le poste de gardienne et son évolution

« Le poste de gardienne est certainement le poste le plus difficile dans le foot féminin puisqu’il demande de grosses qualités athlétiques. Ces capacités sont d’autant plus difficiles à aller chercher chez les filles car c’est un poste qui demande une grosse détente verticale et horizontale, de la vitesse, un bon jeu aux pieds, une lecture du jeu rapide… Aujourd’hui, les filles s’entraînent beaucoup plus, la technique en mouvement a beaucoup évolué et tactiquement, c’est beaucoup plus rigoureux. Les gardiennes vont plus vite et le coaching est complètement différent. »

MARCEHAL05.jpg
 

Son meilleur souvenir au LOSC

« Mon meilleur souvenir avec le LOSC est certainement mon arrivée ! Je ne m’y attendais pas du tout… Ensuite, l’aventure humaine que je partage avec l’ensemble du staff (Fred, Stef, Olivier, Adrien, l’autre Stef, Chris et Rachel) qui sont des personnes fantastiques que je côtoie au quotidien et avec qui il y a une vraie osmose. Chacun d’entre nous est à fond dans le travail pour pouvoir atteindre nos objectifs, mais on n’oublie pas l’essentiel : vivre des moments et des émotions magnifiques qui resteront gravés à vie. Pour un club comme le LOSC, l’objectif est forcément la montée en D1. Même si le groupe est très jeune, on en a les moyens ! Le staff est aussi issu de la formation. Espérons que la Covid 19 nous laisse un peu de place pour nous donner l’opportunité de tout faire pour atteindre notre objectif ! »