Pierre-Alain Frau : "Pas d’hésitation, je suis Lillois !"

#DerbyIsBack ! À J-11 de #LOSCRCL, Pierre-Alain Frau nous en parle.

Dans l’histoire moderne, il est peut-être le joueur ayant le plus souvent fait trembler les filets du derby. Buteur à quatre reprises durant le "Nordico", Pierre-Alain Frau, Lensois en 2005-2006, puis Lillois de 2008 à 2011 n’a pas oublié ces rendez-vous si particuliers. À J-11 de #LOSCRCL, il se souvient.

"Pierrot", bonjour. Notre première question, tout le monde se la pose : comment as-tu fait pour marquer autant lors des derbies ?
(il sourit) Je ne sais pas. Peut-être que je me trouvais dans les bonnes équipes aux bons moments. Lorsque je suis arrivé à Lens (en décembre 2005), nous avions un très gros effectif. Le LOSC aussi d’ailleurs. La différence de niveau n’était pas énorme entre les deux clubs. C’était très équilibré. En revanche, durant mes années loscistes, je pense que Lille se situait un cran au-dessus.

Ton premier but dans ce qu’on nomme parfois le "Nordico", tu l’as inscrit sous le maillot "Sang et Or", le 29 avril 2006 à Bollaert (victoire lensoise, 4-2). T’en souviens-tu ?
Oui, ça me revient. C’était à trois journées de la fin. Une victoire importante car nous avions un peu chuté au classement. Elle nous permettait donc de garder le contact avec le bon wagon. Et puis en face, le LOSC était sur le podium. Il y avait aussi et surtout l’enjeu du derby, un match attendu par tout le monde. Je me souviens que les supporters avaient été très contents. Surtout qu’on avait assisté à une belle rencontre. Je me demande même s’il ne s’agit pas de la dernière victoire lensoise contre Lille (c’est le cas en Ligue 1. En réalité, le RCL était ensuite venu à bout des Dogues le 26/09/07 en Coupe de la Ligue, 1-0).

Deux ans plus tard (LOSC-RCL, 2-1, le 10/05/08), tu récidives. Mais cette fois, dans le camp d’en face…
Je venais d’arriver au LOSC quelques mois plus tôt et ça ne se passait pas très bien. On va dire que je n’étais pas au niveau attendu. Le fait de marquer dans le derby m’a donc aidé à me libérer, à trouver mes marques. À vrai dire, j’ai vécu ce but assez bizarrement puisqu’il envoyait quasiment le RCL en Ligue 2, à une journée de la fin du championnat. Cela me rendait triste car il s’agissait d’une équipe dans laquelle j’évoluais deux ans plus tôt, où j’avais passé de bons moments. Je ne souhaitais pas la voir descendre. Mais bon, ainsi va le football.

On se retrouve maintenant en 2010 (le 11/09) pour une victoire lilloise à Bollaert (1-4) ponctuée par un doublé de ta part. Un moment forcément marquant, non ?
C’est vrai. Je me rappelle d’ailleurs davantage de celui-là que des deux précédents. Lors du premier, je venais d’arriver à Lens. Pour le second, j’étais un néo-Dogue. Tandis qu’en 2010, j’avais été adopté, j’ai vraiment joué ce match dans la peau d’un Lillois. Et j’ai réussi à marquer deux fois alors que je venais à peine d’entrer. On avait une équipe très forte cette année-là.

C’était effectivement en 2010-2011, la saison du doublé. Te souviens-tu de tes deux buts avec précision ?
Oui, surtout du premier. Je revois encore Yohan (Cabaye) frapper. On savait que lorsqu’il déclenchait, il fallait suivre. Le gardien étant souvent amené à relâcher. Quand j’ai vu le tir partir, j’ai foncé comme un fou vers le but. J’ai eu la chance qu’elle me revienne un peu dans les pieds, je dois l’avouer. Le deuxième but ? C’est un centre que Ludo (Obraniak) me remise de la tête. (il marque un temps d’arrêt) Beaucoup d’images me viennent en tête, ce sont de grands souvenirs pour moi.

Chaque amoureux du LOSC se pose cette question : que ressent-on lorsqu’on marque dans ce genre de rendez-vous ?
Une grosse joie et une énorme envie de la partager. Mon doublé, je l’ai réussi juste devant le parcage lillois, à Bollaert. Alors autant dire que je n’avais pas envie de garder ces moments-là pour moi. On connaît l’importance d’une victoire dans un LOSC-RCL pour les supporters. En plus, nous étions dans une vraie période de communion avec le public. Sportivement, tout était au beau fixe. Je me suis donc spontanément dirigé vers les tribunes.

Toi qui as connu les publics lensois et lillois, vit-on le derby de façon différente selon le club qu’on supporte ?
(il réfléchit) Pas réellement, en fait. Il y a une constante, celle de vouloir gagner à tout prix. Tous les supporters voient ce match de la même manière, comme celui de l’année, celui qu’on coche dans le calendrier dès sa publication. Mais pour avoir aussi eu la chance de disputer des PSG-OM ou des OL-ASSE, je trouve que les LOSC-RCL sont plus sympas à jouer, il y a moins d’agressivité sur et en dehors du terrain. Malgré la rivalité entre les deux clubs, on arrive quand même à rester raisonnés.

Tu as probablement dû le noter, le #DerbyIsBack. Garderas-tu un œil sur ce sommet régional, dimanche 3 mai prochain ?
Bien sûr que je regarderai ! Sportivement, l’enjeu ne sera pas le plus passionnant, mais il restera toujours cette question de suprématie. Ce match tiendra forcément à cœur aux deux équipes. N’oublions pas non plus qu’on va assister au premier LOSC-RCL de l’histoire du Stade Pierre Mauroy. Donc quoi qu’il arrive, il sera historique.

Notre dernière question n’est peut-être pas la plus simple pour toi : de quel côté ton cœur penchera-t-il ?
(tout de go) Pour moi, maintenant il n’y a plus d’hésitation, je suis Lillois ! (il s’adresse au rédacteur de LOSC.fr) Et ça, tu peux l’écrire sans problèmes (sourire) J’ai vécu tellement de choses exceptionnelles au LOSC que ça me restera à vie. Ça ne peut pas être différent. Un pronostic ? 3-0. Tu signes tout de suite, j’imagine (sourire).

Merci à Pierre-Alain Frau pour sa gentillesse et sa disponibilité. #LOSCRCL, c’est dimanche 3 mai prochain (horaire à définir). Le #DerbyIsBack et il reste des places ! Cliquez ici.

 


 

Pierre-Alain Frau

Né le 15 avril 1980 à Montbéliard (25)
Attaquant
International Espoirs (6 sélections), puis A (0 sélections mais 2 convocations)

Clubs : FC Sochaux-Montbéliard (1997-2004), Olympique Lyonnais (2004-dec 2005), RC Lens (dec 2005-juin 2006, prêt), Paris Saint-Germain (2006-janv 2008), LOSC (janv 2008-juin 2011), Stade Malherbe Caen (2011-2012), Al-Wakrah SC (2012-2013), FC Sochaux-Montbéliard (nov 2013-juin 2014)

Palmarès :

- Champion de France de Ligue 2 (2001)
- Champion de France de Ligue 1 (2005, 2006, 2011)
- Vainqueur de la Coupe de France (2011)
- Vainqueur de la Coupe de la Ligue (2004)
- Vainqueur du Trophée des Champions (2004, 2005)
- Vice-Champion d’Europe Espoirs (2002)

Pierre-Alain Frau, qui prépare actuellement ses diplômes d’entraîneur, est aujourd’hui le coach des U13 du FC Sochaux-Montbéliard.

Suggestion d'articles