Pentagone_8.png LE CONTEXTE

 

Un derby, ça ne se joue pas… ça se gagne”. L’expression a été utilisée de nombreuses fois. Mais jamais elle n’a eu autant de sens qu’aujourd’hui à l’occasion de la 36ème journée de cet incroyable championnat. Car oui, au-delà du derby, c’est une marche à franchir pour atteindre les étoiles et continuer de rêver. Mais avant cela, il est question de fierté et d’un combat dans lequel on ne lâchera pas. C’est parti pour le derby !

 

Pentagone_3.png LE MATCH

 

Les Dogues ont un rêve et comptent tout faire pour l’atteindre. Et ça se voit. Dès le coup d’envoi, les Lillois accaparent le ballon et se montrent dangereux. Servi dans la surface par Yilmaz, Bamba est fauché. Pénalty ! Le Kral s’en charge et transforme (0-1, 4’). Quel début de rencontre ! Difficile d’imaginer meilleure entame pour le LOSC. Un rapport de force qui s’équilibre dans les minutes qui suivent. Dans un vrai duel tactique, les deux blocs cherchent à s’imposer et peinent à trouver la profondeur dans le dos des défenses. Alors quand le temps fort est adverse, les Lillois peuvent compter (comme toujours) sur Maignan, auteur de deux parades décisives (28’, 34’). De quoi fâcher le roi Burak. Des 30 mètres, le Turc envoie un missile sol-air qui vient se loger dans la lucarne de Leca (0-2, 40’). Le LOSC est devant à la pause.

Les Dogues ne reviennent pas rassasiés de la pause. En confiance, les hommes de Christophe Galtier assoient leur domination sur les Lensois. Araujo est même tout proche d’inscrire le troisième but mais Leca arrête sa frappe du bout des doigts (55’). Dans la foulée, David enfonce le clou d’une frappe sèche du gauche (0-3, 60’). Quand il est comme ça, ce LOSC-là est inarrêtable. Pour que tout le monde participe à la fête, le coach fait entrer Ikoné, Weah, Pied, Yazici. Dans une fin de saison à enjeu, chaque Dogue aura son rôle à jouer, symbole d’un effectif de qualité et d’une cohésion sans faille d’un groupe uni dans le même objectif : le titre de champion de France. Supérieurs, les Lillois s’imposent dans ce nouveau derby et nous prouvent que oui, le Nord est définitivement lillois.

 

Pentagone_3.png Le Moment

 

40ème minute. Servi aux 30 mètres, Burak Yilmaz emmène le ballon sur son pied gauche et envoie un boulet de canon flashé à 95km/h absolument imparable pour le portier adverse. Un but absolument exceptionnel qui restera à coup sûr dans l'Histoire du LOSC...

Icon_BAP_070521_93_056.jpg
 

Pentagone_3.png L'homme

 

Burak Yilmaz. Difficile de trouver davantage de superlatifs chaque semaine qui passe. Mais que dire de plus sur Burak Yilmaz, si ce n’est qu’il est un merveilleux joueur de football ?
 

 

Pentagone_3.png LE TWEET

 
 

Pentagone_6.png LA SUITE

 

Deux matchs. À commencer par un nouveau combat qu'il faudra remporter sur la pelouse de l'AS Saint-Étienne (dimanche, 21h). Ce qui est sûr, c'est que le LOSC restera quoiqu'il arrive en tête du championnat au terme de cette 36ème journée. Vivement dimanche prochain.
 


Pentagone_7.png la feuille de match

langfr-130px-Logo_RC_Lens_2014.svg_.png RC LENS - LOSC LOSC_0.png : 0-3 (0-2)

36ème journée de Ligue 1 Uber Eats - Saison 2020-2021
Vendredi 7 mai, 21h - Stade Bollaert-Delelis

Arbitre : M. Turpin

Buts : Yilmaz (4', 40), David (60') pour le LOSC.

Avertissements : Araujo (39'), Fonte (65') pour le LOSC. Michelin (29', 35'), Fortes (67') pour le RC Lens.

Expulsion : Michelin (35') pour le RC Lens.

RC Lens : Leca - Cluass, Gradit, Fortes, Bade, Michelin - Cahuzac, Doucouré (Mauricio, 85'), Fofana (Da Costa, 85') - Kakuta (Sotoca, 72'), Ganago (Kalimuendo, 72')
Entraîneur : Franck Haise 

LOSC : Maignan – Çelik (Pied, 75'), Fonte (c.), Botman, Reinildo - Araujo (Ikoné 67'), Xeka (Bradaric, 85'), Soumaré, Bamba - David (Weah, 67'), Yilmaz (Yazici, 75')
Entraîneur : Christophe Galtier