Une première en Bleu pour Mathieu ? « Je serai probablement présent au Stade de France ce soir pour, peut être, voir trois Lillois de la saison dernière au coup d’envoi de ce France-Albanie, dont Mathieu Debuchy. Je lui souhaite de tout cœur de vivre sa première sélection. Je me doutais qu’il était tout près du groupe derrière Bacary Sagna et Anthony Réveillère. Laurent Blanc respecte une logique de groupe et il s’y tient. Mais j’avoue avoir hâte de voir ce qu’il peut apporter en équipe de France, notamment sur le plan offensif. »

Un atout pour l’avenir. « Depuis que Laurent Blanc est à la tête de la sélection, Mathieu a toujours figuré dans la préliste, preuve qu’il a su prendre le train en marche alors qu’il y avait déjà pas mal de monde dedans. Le joueur autant que l’homme a démontré - et démontre encore - qu’il possède le niveau pour évoluer en Bleu. Il n’a que 26 ans. Sur les cinq ou six prochaines saisons, il doit, pour moi, faire partie de ce groupe. C’est un garçon qui a pris conscience de son potentiel et qui travaille dur au quotidien. »

Une nouvelle dynamique. « Avec la victoire à trois points, que ce soit en Champions League ou en Ligue 1, on sait que les matchs nuls ne font pas avancer mais laissent toutefois l’équipe dans une dynamique positive. Nous n’avons perdu qu’une de nos onze dernières rencontres et marqué à dix reprises. Avant Rennes, cette statistique représentait quelque chose sur laquelle on pouvait s’appuyer et qui nous faisait dire que nous étions plus proches de la victoire que de la défaite. J’espère que ce succès face aux Bretons va nous donner un élan pour la prochaine série qui nous attend. »

« Avec cette équipe là, on peut aller au combat »

Des Dogues en embuscades. « Nous arrivons à un quart du championnat, mais il reste très difficile de juger son niveau global puisque nous n’avons pas encore affronté toutes les équipes. Une chose est sûre : nous n’avons volé aucun point. De ce côté-là, nous sommes plutôt fidèles à ce que nous réalisions la saison dernière. Aujourd’hui, nous pointons à une unité du podium. C’est ce qui est le plus important à mes yeux. »

Serré jusqu’au bout ? « Les joueurs vivent et travaillent bien ensemble. Ce sont des voyants plutôt positifs, car on sait qu’avec cette équipe là, on peut aller au combat. Rien n’est encore joué en Ligue 1, il existe des écuries capables de changer d’univers et de revenir dans le haut du tableau. Je pense notamment à l’OM. Mais globalement, on commence à voir se profiler des tendances. Il est par exemple logique que le PSG soit au rendez-vous, vu l’investissement consenti cet été. Ce championnat est serré, il faut se montrer constant et régulier. Et c’est ce qu’on s’attelle à faire. »

Avant de s’immerger dans la préparation du prochain AJ Auxerre-LOSC, samedi 15 octobre (19 heures), Rudi Garcia et les Dogues auront un œil sur leurs internationaux qui évolueront à partir de ce vendredi, à l’image de Mathieu Debuchy avec les Bleus face à l’Albanie.