À étudier les conditions de ce TFC-LOSC de près, la confrontation réserve quelques données à prendre en considération : d’une part, le climat ressemble davantage à une fin d’été indien, plutôt qu’à un début d’hiver (comme celui qui touche actuellement le Nord de la France). Ensuite, cette rencontre se joue un vendredi, exception faite pour permettre aux Dogues de bien préparer le Moscou-LOSC de mardi. Enfin, l’un des Lillois, en l’occurrence Chedjou, passe le cap symbolique des 100 matchs disputés en championnat. Ces paramètres réunis, Rudi Garcia et Alain Casanova avancent des formations amputées de Basa et Pedretti côté nordiste, de Capoue, Devaux et Akpa Akpro pour les Sudistes. Le reste se passe sur la verte pelouse du Stadium de Toulouse…

Les défenses prennent le pas sur les attaques

L’entame de match ? Elle se résume à une belle bataille dans l’entrejeu et une pression toulousaine modérée. Puis trois alertes viennent animer la rencontre : Sow tout d’abord, dont le tir fuit le cadre à droite (8’), Didot, qui obtient un corner grâce un tir contré dans l’axe (9’) et Congré, dont la tête vient effleurer les cages de Landreau sur ce coup de pied arrêté (10’). Le pressing des Violets s’intensifient alors : Braaten aurait-il pu bénéficier d’un pénalty sur son duel avec Bonnart ? (14’) Peut-être... Quoi qu’il en soit, un peu à la peine à la récupération du ballon, les Dogues dominés, sortent enfin : Payet déclenche une lourde frappe au-dessus (23’). C’est le quart d’heure lillois ! Entre Gueye et Balmont, le une-deux transperce le rideau défensif toulousain. Il permet au numéro 4 de mettre Ahamada à mal, même si ce dernier repousse. Mavuba, qui suit au deuxième ballon, trouve cette fois les bras du portier (30’). Dans la foulée, la tête de Chedjou sur corner passe de peu à côté (32’). Après cette période faste, le LOSC subit de nouveau. Le festival de Tabanou sur l’aile gauche se termine par l’arrêt d’une main de Landreau (36’). Jusqu’à la pause, les formations se tiennent en respect dans cette partie plutôt cadenassée.

Un pénalty arrêté, des tournants… mais pas de buts

Au pays du rugby, ça ne manque pas d’engagement physique ! Les Toulousains l’ont prouvé durant toute la première période, s’engageant sans calculer dans les duels. Celui que livre Brateen au retour des vestiaires avec Béria est en tout cas puni par M. Turpin, qui signale immédiatement le point de pénalty. Sow s’élance… Ahamada stoppe le tir ! (52’) Ce tournant du match donne bien sûr des ailes aux locaux, le déboulé de Braaten en atteste, même s’il rate la finition (63’). Mais les Lillois accélèrent la cadence. La réplique de Sow n’est cependant pas plus heureuse (64’). Par contre, les balles de KO se multiplient d’un côté comme de l’autre : Cole, qui profite de la sortie hasardeuse du gardien, dévisse d’abord sa reprise de volée (65’), Tabanou se heurte lui à la transversale et à la tête de Bonnart (66’). S’en suit un joli festival de Gueye sur le flanc droit qui sert Hazard en retrait : le tir est puissant, la parade d’Ahamada exceptionnelle… (70’) La pépite belge récidive derrière, cette fois son shoot frise le montant droit (76’). Au bout du compte, les Nordistes ne parviennent pas à percer le coffre-fort toulousain et vont même venir y buter jusqu’au bout. M. Turpin renvoie tout le monde aux vestiaires sur ce nul qui n’arrange véritablement personne. Prochain rendez-vous lillois : Moscou-LOSC, mardi 22 novembre (coup d’envoi 18h).

Feuille de match de la 14e journée de Ligue 1
(vendredi 18 novembre, 20 heures)

TFC-LOSC 0-0 (0-0)
Stadium de Toulouse, 17 653 spectateurs, temps doux et sec

Arbitre : Clément Turpin
Avertissements : Sissoko (11’), Sirieix (18’) pour Toulouse ; Rozehnal (34’) pour le LOSC

Toulouse FC
Ahamada - Ninkov, Congré (cap.), Abdennour, Mbengué - Didot, Sissoko, Tabanou, Sirieix (Machado, 72’), Braaten - Rivière (Bulut, 77’)
Entraîneur : Alain Casanova

LOSC
Landreau - Béria, Chedjou, Rozehnal, Bonnart - Balmont, Mavuba (cap.), Gueye - Cole (Hazard, 65’), Sow (De Melo, 73’), Payet (Rodelin, 87’)
Entraîneur : Rudi Garcia