Ce mercredi 10 février 2021 est une date qui résonne depuis plusieurs mois dans la tête des jeunes lillois, car cette date, c’est leur date, celle de LA grande finale du concours d’éloquence. Une date qui doit leur permettre de livrer le fruit d’un long travail commencé depuis plusieurs mois au Domaine de Luchin. Un dur labeur initié par David Ménart (Directeur administratif et vie sportive et référent du projet éducatif), coordonné par Sofiane Talbi (Directeur Adjoint de LOSC Formation), avec Justine Mariage et Emilie Kolakowski, animé notamment par Mohamed Slim, Président de Prométhée Education et Cyrena Ramdani(Sorbonne Université et école 42).
 
210215 ELOQ02_0.jpg

Un travail de fond de longue haleine

Ainsi, le coup d’envoi de ce concours, "pour oser prendre la parole", a été donné le 1er décembre et depuis, les jeunes ont choisi un thème, écrit et répété leur plaidoirie avec abnégation et application. Leur travail – au cours des divers ateliers proposés – leur a permis de se familiariser avec les techniques et méthodes de l’argumentation en bénéficiant de conseils pour être à l’aise tant balle aux pieds que micro à la bouche. Ils ont appris à se focaliser sur la forme du discours pour persuader, à travailler les techniques de gestion de la voix, du langage non verbal, du regard ou encore de la posture.
 
210215 ELOQ03.jpg
 

Ultimes répétitions avant le grand jour

Après une série d’ateliers sur la confiance en soi, la prise de parole en public, l’argumentation et la forme du discours, les jeunes ont pris la plume pour débuter la rédaction de leur plaidoirie sur le sujet choisi. Le tout sous l’œil des caméras du service médias du LOSC qui a suivi les coulisses de ce futur concours (un doc’ à découvrir très prochainement). Enfin, le jour J approchant, les jeunes ont effectué une ultime répétition dans l’amphithéâtre du Domaine de Luchin au cours d’une séance d’entraînement qui leur a permis de poser les crampons et de prendre le micro. Au programme : peaufiner les derniers ajustements, maîtriser son texte, bénéficier de feed-back pour améliorer sa prestation, gagner en confiance avant cette grande finale.
 
210215 ELOQ04.jpg
 

Une pression positive avant le show

Alors ce mercredi 10 février, lors du grand départ pour cette finale, un silence de cathédrale est de mise dans les mini-bus du club, sur le chemin du Théâtre Sébastopol de Lille. Non, les jeunes n’ont pas les yeux rivés sur leurs téléphones mais sur leurs textes qui défilent sans cesse dans leur tête. Car comme pour un match de foot, la pression est présente et la concentration de mise. Une fois sur place, ils vont prendre la mesure de ce lieu magique qu’est le Théâtre Sébastopol, une scène qui doit leur paraître immense pour prendre leurs repères, poser leur voix sur le micro pour donner le meilleur d’eux-mêmes le moment venu, quand chacun sera face à face avec lui-même devant le jury pour exposer et défendre SA plaidoirie. Le tout dans le respect des règles sanitaires et sans public.
 
210215 ELOQ05.jpg
 

Un jury d’experts dans un lieu magique 

Il est 14 heures lorsque le jury se met en place au balcon pour mieux observer avec de la hauteur et du recul chaque candidat. Un moment unique à venir, rendu possible grâce à Guy Marseguerra, le Directeur des lieux, qui n’a pas hésité à dire un oui enthousiaste quand le projet lui a été présenté. II est bien naturellement dans le jury, tout comme Patrick Robert (Président LOSC Association), Fernando Da Cruz (Manager Général), Mickaël Delestrez (Directeur du centre de Formation), Rachel Saidi (entraîneur D2F), Patrick Deschodt et Bernard Vandamme (Comité Directeur), Guillaume Naslin (Fondaction du football), Mohamed Slim (Prométhée Education) et Benjamin Paillart (Crédit Mutuel Nord Europe).
 
210215 ELOQ07B.jpg
 

Des prestations XXL pour chaque participant

Après des discours initiaux de Patrick Robert et Guillaume Naslin, Valentin Martin, adjoint aux sports scolaires et périscolaires de la Mairie de Lille, a pris la parole devant l’assemblée, avant de laisser le micro aux humoristes Les Jumeaux, maîtres de cérémonie. Et ensuite, les 23 joueurs sont passés un à un sur scène pour défendre avec passion leur plaidoirie. Le verdict ? Trois Lauréats, Gédéon Elonga (1er), Kisley Zita (2e), Cheik Fofana (3e) et un coup de cœur du jury, El Nasry Mistoihi. Au final, il en restera un souvenir magique pour chacun car au-delà du choix du jury, tous sont ressortis vainqueurs en bluffant un jury impressionné par la prestation XXL de ces jeunes joueurs… Un jour gravé et qui comptera dans la vie de demain de chacun et tous ont pu repartir avec le sentiment du devoir (bien) accompli.
 
210215 ELOQ08.jpg
 

Ils ont dit à propos du concours d’éloquence…

 

Patrick Robert (Président LOSC Association)

« Ce qui est en dehors du terrain fait partie de la formation et pouvoir parler, s’adresser aux autres, s’exprimer, avoir des interlocuteurs, ça donne une confiance, une assurance en soi qui est également utile dans l’exercice du football. Je remercie les initiateurs de ce projet de concours d’éloquence, en premier lieu David Ménart, mais aussi Sofiane Talbi, Fondaction du football, Prométhée Education et le Crédit Mutuel Nord Europe. Cette expérience sera profitable pour nos jeunes pour la suite de leurs parcours. Au-delà de leur carrière professionnelle qui est leur but ultime, il faut que nos jeunes sortent de leur formation au Domaine de Luchin avec un bagage en tant qu’homme pour affronter leur vie future. »
 
210215 ELOQ09.jpg
 

Guillaume Naslin (Fondaction du Football)

« Je remercie le LOSC de nous accueillir pour ce concours que l’on étend cette année à davantage de clubs. Je remercie le club de nous rejoindre dans cette aventure. C’est une première étape aujourd’hui et on espère vous emmener très loin dans cette opération et la renouveler car on a vu de très belles choses sur scène. C’est le fruit d’un travail de plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Je suis ravi, heureux, honoré et très impressionné du lieu qui nous accueille pour ce concours. C’est un joli clin d’œil de voir de jeunes sportifs dans un haut lieu de culture de Lille. C’est quelque chose de fantastique et ça nous donne beaucoup d’espoirs pour la suite. Nous étions au PSG la semaine passée, vous êtes la deuxième étape de notre tour des clubs. »
 
210215 ELOQ06.jpg
 

Valentin Martin (Adjoint aux sports scolaires et périscolaires de la ville de Lille)

« Cette initiative fait plaisir car ce lien entre la culture et le sport est essentiel pour faire évoluer les jeunes, s’émanciper, prendre du plaisir, grandir physiquement mais aussi intellectuellement. Ce concours d’éloquence permet de lier les deux, car un sportif, ce n’est pas uniquement des jambes, c’est également une tête. Les sportifs qui réalisent une bonne carrière et une belle reconversion derrière sont ceux qui savent aussi bien s’exprimer. C’est un exercice important dans la formation de jeunes footballeurs. Monter sur scène et parler n’est pas évident. Oser regarder les gens et dire son texte, ce n’est pas facile. J’espère que cette initiative durera dans les années qui viennent. »
 
210215 ELOQ10.jpg
 

Mickaël Delestrez (Directeur du centre de formation)

« Je suis très satisfait du travail accompli par nos jeunes joueurs et de leur investissement. Ils ont affiché une belle faculté à se projeter sur un autre projet que celui qui est lié au football. Nous sommes très contents car il existe, pour cette génération tout au moins, une belle corrélation entre l’état d’esprit affiché sur le terrain, l’envie de progresser et ce qu’ils ont démontré à travers ce concours d’éloquence. »
 
210215 ELOQ11.jpg
 

Gédéon Elonga (lauréat du concours d’éloquence)

« Tout d’abord, je tenais à remercier Sofiane Talbi pour son investissement dans cet événement, ainsi que tous les acteurs comme le Fondaction, Mohamed Slim de Prométhée et toutes les personnes qui nous ont permis de vivre ce moment inoubliable au Sébastopol. Je suis très content et fier d’avoir remporter le "concours". Car Hormis l’enjeu de l’événement, il y’a tout d’abord le cadre. Ces moments seront gravés à vie et dans les années à venir, de bons souvenirs. Pour finir, Je tiens aussi à féliciter toute mon équipe car nous avons su relever le challenge et montrer qu’on manie aussi bien le ballon que les paroles. »