Un apprentissage vitesse Grand V


Le football va si vite… Le 17 septembre dernier, Mickaël Delestrez, entraîneur des U19 du LOSC, et ses jeunes lillois découvrent pour la première fois de leur histoire la Youth League, petite sœur de la Champions League. L'histoire démarre avec un déplacement à Amsterdam pour y défier l’Ajax. Les Dogues y connaissent un apprentissage compliqué et repartent des Pays-Bas avec une défaite (4-0). « Nous pensions avoir bien préparé ce match. Nous pensions même l’aborder de la meilleure des manières, mais nous avons été sanctionnés. Il nous a manqué quelque chose. Nous nous sommes posés beaucoup de questions après ce match, ce qui nous a permis de construire les rencontres suivantes différemment », explique Mickaël Delestrez. « Les joueurs comme le staff, personne n’a apprécié et personne n’a oublié. Nous n’avons pas appréhendé la compétition comme il le fallait. Mais cette défaite nous a servi pour la suite car maintenant, nous savons comment faire », enchaîne-t-il. 

Abattus ? Non. Un Dogue, même jeune, ne lâche jamais rien. Même lorsqu’il se prépare à recevoir le club le plus titré de la compétition, Chelsea (2 victoires en 2015 et 2016, deux finales perdues en 2018 et 2019), au Domaine de Luchin. Face à des Anglais incisifs, les Dogues font d’abord le dos rond puis frappent fort par Noah Fatar et Iddy Ouattara pour offrir au club le premier succès de son histoire en Youth League (2-0). « Contre Chelsea, nous avons eu de la réussite. Nous avons été secoués en première période et ils auraient pu changer le fil de notre histoire en Youth League. Le fait d’avoir résisté à la tempête en première période et finalement d'avoir remporté ce match nous a mis sur une dynamique différente. Les joueurs se sont aperçus qu’ils étaient capables d’avoir des résultats en jouant d’une certaine manière et en y mettant certaines valeurs », analyse l'entraîneur des U19. Victorieux, les joueurs de Mickaël Delestrez ont désormais une double confrontation contre Valence à négocier. Au Domaine de Luchin, ce sont des Lillois appliqués qui l’emportent grâce à Noah Fatar (1-0). Ce jour-là, le LOSC prend même la tête (à égalité de points) avec l’Ajax dans le Groupe H. S’en suit alors un déplacement en Espagne et un nouveau succès (1-2) grâce cette fois à un doublé d’Iddy Ouattara qui propulse les siens seuls en première place de la poule.

T1.JPG


« Le match contre l'Ajax ? Je préfère être dans notre position que dans la leur »


Avec 9 points sur 12 à deux journées de la fin, les Lillois sont en bonne position pour se qualifier. Seulement, ce sont deux gros matchs qui attendent désormais la troupe de Mickaël Delestrez. Mercredi 27 novembre (14 heures) au Domaine de Luchin, les jeunes Dogues affronteront l’Ajax pour une revanche après la défaite subie aux Pays-Bas. Seulement, depuis le match aller, les dynamiques se sont inversées. Les Lillois ont enchainé les victoires tandis que les Néerlandais restent sur une défaite (0-1) et un nul (1-1) contre Chelsea. « Nous abordons ce match comme les autres matchs de Youth League, sauf que le scénario est différent. Ce match est important pour nous alors qu’il est décisif pour eux. Le fait d’avoir enchaîné trois victoires nous donne une position favorable. Eux n’ont pas le droit à l’erreur et ils doivent nous battre pour garder leur destin entre leurs mains. De notre côté, nous nous préparerons comme contre Valence et Chelsea. Je préfère être dans notre position que dans la leur », explique Mickaël Delestrez. 

Après cette « première finale » contre l’Ajax, il ne restera qu’un match pour nos U19 dans la phase de groupes de la Youth League. Ce sera à Chelsea, le mardi 10 décembre prochain (14 heures). Un gros morceau, expérimenté de la compétition, qui n’a connu qu’une seule défaite cette saison lors de sa campagne européenne (face à nos Lillois). Seulement, cette fois, la rencontre sera en terre anglaise. Si le LOSC reçoit bien (deux victoires en deux matchs au Domaine de Luchin), Chelsea peine à la maison (deux matchs nuls en deux matchs). Mais attention, l’expérience adverse n’est pas négligeable, et il faudra le meilleur LOSC possible pour réussir à rejoindre le tour suivant. « On ira à Chelsea jouer contre une équipe qui a fait quatre finales de Youth League. Dans un coin de ma tête, j'espère aller à Londres en étant déjà qualifié », confie le technicien lillois.

YL 1.jpeg


Quels scénarios pour que les Dogues soient qualifiés ?


À deux journées de la fin, c’est une autre compétition qui commence pour les jeunes lillois. « Si on fait un meilleur résultat que Chelsea, nous serons qualifiés. Ce serait un exploit, surtout au sein d’un tel groupe et après ce qu’il s’est passé lors de la première journée. Personne ne peut calculer dans ce groupe. L’Ajax, Chelsea ou nous, ces trois équipes doivent gagner. On aborde le match contre l'Ajax avec l’intention de se qualifier. Je ne veux pas dire aux joueurs que ce qu’ils ont fait est suffisant, je veux qu’ils donnent tout jusqu’à la fin. Aujourd’hui, on doit oublier les 9 points qu’on a pour ne pas se reposer dessus. On a un championnat à deux matchs avec l’Ajax et Chelsea. On doit prendre autant de points qu’eux. Si on fait ça, on sera au prochain tour », précise Mickaël Delestrez. En effet, le LOSC a son destin entre les mains. En cas de victoire contre l'Ajax ou Chelsea, les Dogues seront qualifiés. Même chose en cas de nul contre les deux équipes. 

Il existe également d'autres scénarios. En cas de match nul contre l'Ajax et de défaite contre Chelsea, il faudrait que l'un de nos deux adversaires ne prennent pas les 3 points contre Valence lors de leurs confrontations respectives pour que le LOSC soit présent au prochain tour. En cas de défaites contre l'Ajax et Chelsea, alors il faudrait une contre-performance de Chelsea contre Valence lors de la cinquième journée pour que les Dogues soient qualifiés. Enfin, en cas de défaite contre les joueurs d'Amsterdam mais de match nul à Londres, les Lillois seraient qualifiés. « On doit faire mieux que Chelsea. L’Ajax recevra Valence à domicile lors de la dernière journée. Si nous devons aller jouer notre qualification à Chelsea, alors ça ne sera pas simple. Mais ce sont des questions agréables à se poser car si nous n’avions qu’un seul point et que nous étions hors de course, alors les matchs de Youth League n’auraient pas la même saveur », résume Mickaël Delestrez.

B-20098.JPG


« Si on nous avait dit après le premier match qu'on serait en tête à deux journées de la fin... »


Si nos jeunes lillois passent l’obstacle des phases de groupes, deux solutions s’offrent au groupe de Mickaël Delestrez. En cas de première place, les Dogues seraient immédiatement qualifiés pour les huitièmes de finale de la Youth League. Cependant, si c’est à la deuxième place que terminent les U19 Lillois, il faudra alors passer par un tour de barrages contre une équipe qualifiée par le biais de la Voie des clubs champions. Celle-ci regroupe les 32 vainqueurs des championnats nationaux les mieux classés au classement UEFA. Par exemple, cette année, on retrouve le FC Porto (champion U19 du Portugal), le Stade Rennais (champion U19 de France), Derby County (champion U19 d’Angleterre) ou encore le Real Saragosse (champion U19 d’Espagne) en Youth League par le biais de la Voie des clubs champions. 
 
« Dans cette compétition, il y a souvent des équipes surprises. Peut-être que cette année, ça sera le LOSC, car personne n’attendait qu’on en soit là à deux journées de la fin avec un tel groupe. Nous avons pris la compétition match après match. Ce qui nous a porté, c’est d’être performants sur la durée. Si on nous avait dit après le premier match qu’on aurait 9 points et qu’on serait en tête du groupe à deux journées de la fin, je n’y aurais pas cru. Jamais nous n'avons pensé être dans cette position ». Mais avant d'envisager une possible qualification pour le tour suivant, Mickaël Delestrez et son groupe gardent les pieds sur terre. « Nous, nous voulions défendre les couleurs du club et faire en sorte que nos joueurs appréhendent le haut-niveau du mieux possible pour qu’ils puissent s’enrichir. Ce genre de rencontres doit les aider à rentrer dans notre équipe professionnelle et de jouer le plus haut possible. Aujourd'hui, nous sommes là, et nous ne regarderons personne jouer », conclut Mickaël Delestrez. Ce qui est déjà historique pour la formation lilloise peut s'avérer être une véritable prouesse en cas de qualification. L'histoire, leur histoire, les U19 lillois sont en train de l'écrire. Et en cas de résultat positif ces prochaines semaines, ils pourraient bien garder le chapitre ouvert encore quelques semaines...

B-20097.JPG
 
Vous souhaitez suivre les performances de nos jeunes Dogues en Coupe d’Europe ? Suivez le compte Twitter du LOSC (@losclive) et de LOSC Academy (@LOSCAcademy) lors des deux prochains matchs, le 27 novembre (LOSC-Ajax) et le 10 decembre (Chelsea-LOSC).