Trois jours après leur solide prestation (malgré la défaite) face à Chelsea, les Dogues retrouvent le Stade Pierre Mauroy avec une vraie faim de Crocos. Jusque-là vainqueur à chaque réception en Ligue 1 Conforama, le LOSC peut enchaîner la passe de cinq et consolider sa place dans le haut de tableau du championnat de France.
 

Débats équilibrés

Les crampons plantés dans le gazon, les deux équipes se montrent tout de suite au diapason. Les grosses occasions ne manquent pas, côté Nîmois (3’, 9’) et côté Lillois (9’). Mais au jeu de l’efficacité, avantage à l’équipe de Christophe Galtier. Servi par Xeka, Ikoné bute sur Bernardoni, Rémy, lui, s’y prend à deux fois et ouvre la marque (1-0, 12’). Dans le jargon footballistique, on appelle ça une entame parfaite. Mais face à des Nîmois bien en jambes, un but d’avance ne suffit pas. La preuve, Philippoteaux est à deux doigts (et un brin de chance) d’égaliser mais sa frappe vient heurter le poteau de Maignan (28’). Un avertissement qui réveille des Dogues victime de quelques maladresses depuis quelques minutes : lancé en profondeur, Osimhen se débarrasse du défenseur, sert Bamba qui envoie un ballon qui effleure le poteau de Bernardoni (35’). C’est ce qu’on appelle la réponse du berger à la bergère. Alors qu’on s’approchait de la mi-temps, Philippoteaux s’infiltre dans la surface lilloise et se fait tacler par Fonte. L’arbitre indique le point de pénalty : Ripart s’occupe de le convertir (1-1, 45’). Il faudra mieux faire au retour des vestiaires pour l’emporter.


B-22589_4727-3042-rgb.jpg
 

Force de caractère 

À peine les débats repris, les Dogues montrent de l’envie. Après quelques contre-favorables dans la surface, Xeka est tout proche de marquer (46’). Signe d’une montée en puissance ? Les Lillois essaient en tout cas. S’ils manquent toutefois de précision, les hommes de Christophe Galtier apportent de l’allant et poussent les Nîmois dans leurs retranchements sans toutefois prendre les devants. Alors le coach effectue ses premiers changements, Yazici et Araujo remplacent Bamba et Ikoné. De quoi apporter volonté et fraîcheur dans cette période où les rencontres s’enchaînent à cent à l’heure. Pourtant, le LOSC va se faire surprendre. Servi dans la surface, Denkey donne l’avantage aux siens sur un tacle glissé (1-2, 72’). Alors les Lillois réagissent, et vite ! Motivés et portés par le treizième homme, ils s’en vont vers le but nîmois tel un rouleau compresseur avide de but. Et ça marche ! Sur corner, Osimhen profite d’un cafouillage pour égaliser et voir le Stade Pierre Mauroy s’enflammer (2-2, 80’). Pas rassasié et toujours vainqueur au Stade Pierre Mauroy jusqu'à maintenant en championnat, le LOSC pousse. Le quatrième arbitre indique quatre minutes de temps additionnel et c'est l'espoir lillois qui perdure. Fonte pense libérer tout un peuple sur corner mais sa tête passe au-dessus du cadre. Nous n'irons pas plus loin dans cette rencontre. L'arbitre siffle le coup de sifflet final.
 

C'est sur ce score nul (2-2) que se clôt cette partie ouverte et nerveuse sur le terrain vert. Place désormais à la trêve internationale. Nous retrouverons les Dogues le 19 octobre prochain pour leur déplacement à Toulouse.


losc1_7.png LOSC - Nîmes 779px-Nîmes_Olympique_logo_2018.svg_.png : 2-2 (1-1)

9ème journée de Ligue 1 Conforama
Dimanche 6 octobre (15h00) - Stade Pierre Mauroy

Arbitre : M. Lesage

Buts : Rémy (12'), Osimhen (80') pour le LOSC, Ripart (45'), Denkey (71') pour Nîmes.
Avertissements : Osimhen (38'), Fonte (45'), André (73') pour le LOSC. Philippoteaux (53') pour Nîmes.

LOSC : Maignan - Çelik, Fonte, Soumaoro (cap.), Bradaric - André, Xeka (Soumaré, 72') - Bamba (Yazici, 60'), Ikoné (Araujo, 60') - Osimhen, Rémy
Entraîneur : C. Galtier

Nîmes : Bernardoni (Dias, 44') - Martinez, Paquiez, Briançon (cap.), Miguel - Deaux, Ferhat, Valls, Philippoteaux - Ripart (Fomba, 75'), Denkey
Entraîneur : Bernard Blaquart



Les réactions